Je rêvais de jardiner en m’inspirant de la permaculture mais je n’avais pas de terrain pour ça.

Je n’avais ni envie de m’installer à la campagne et ni envie de trouver un terrain pour le weekend…

C’est pourquoi j’ai commencé à aménager la terrasse de mon pas-de-porte.

Dans ces 8 m², je cultive de la graine à l’assiette quelques fruits et légumes sans utiliser de terreau industriel, d’engrais de synthèse ou d’autres articles de jardinerie (sauf un peu de terreau pour mes semis) .

Je fais de la culture en lasagne dans des pots de fleurs de récup et des jardinières en bois de palette.

J’ai aussi une petite serre en bois de palette. Elle m’est bien utile pour mes semis et pour protéger mon lombricomposteur des intempéries.

Et pour ce qui est de ce blog, il est là pour vous partager mon expérience, vous inspirer et vous montrer qu’on peut aussi faire du jardinage en permaculture même quand on n’a pas de terrain
!


Salutations !


Moi c’est Fabrice, j’ai 34 ans et je travaille depuis une quinzaine d’années dans les espaces verts.

Depuis de nombreuses années je m’intéresse à la permaculture, à la notion de sol vivant, ainsi qu’à toutes sortes d’interactions que l’on peut observer dans la nature.

Avec le temps, ma vision des choses et ma façon de travailler se sont transformées.

N’ayant pas de terrain pour expérimenter et observer tout ça au quotidien, j’ai aménagé un potager hors-sol inspiré de la permaculture sur mon pas-de-porte d’environ 8m² situé dans un village au sud de la ville de Lyon.

  • terrasse-permaculture-urbaine-potager-bio
  • lombricompost-permaculture-balcon-potager-compost
  • culture-lasagne-jardiniere-bac-pot-fleurs
  • recolte-potager-bio-permaculture urbaine
  • Un lombricomposteur abrité dans une serre de balcon et terrasse.
  • compostage-surface-lombricompostage-pot-fleurs
  • terrasse-balcon-potager-bio-vivant
  • chambres-hotel-insectes-potager-terrasse-balcon
  • buche-hotel-insectes-abeille-potager-urbain
  • hotel-chambre-insecte-pince-oreille-puceron
  • abris-abeille-solitaire-biodiversite-permaculture
  • Une libellule sur un jardin potager urbain sur terrasse de balcon
  • recuperateur-eau-terrasse-balcon-permaculture


Aujourd’hui la terrasse est bien lancée ce qui me donne du temps.

C’est la raison pour laquelle cette année j’ai lancé un jardin partagé dans mon village !

Je suis allé rencontrer le maire et, par chance, il me laisse un terrain à une centaine de mètres de chez moi !

Je vais enfin cultiver en pleine terre et l’excédent de semis, boutures, etc de la terrasse vont servir à quelque chose !

… affaire à suivre 🙂


C’est quoi le potager minimaliste ?


Je ne vise pas l’autonomie alimentaire.

Je tends juste à aller vers un monde meilleur grâce à des valeurs inspirées de la permaculture

Cultiver quelques fruits et légumes même quand on habite en appartement c’est possible et c’est bon pour la planète.


Les 3 principes de la permaculture urbaine


Prendre soin de la terre


En vous inspirant de la culture en lasagne, vous pouvez cultiver quelques légumes tout en créant un sol vivant (même dans des pots de fleurs !).


En semant des graines reproductibles vous allez dans le sens du vivant et de l’abondance (et c’est un bon moyen de stocker l’énergie tout en commençant votre collection de graines).


En accueillant la biodiversité avec des abris à insectes et un sol vivant, vous participez à la préservation et à la multiplication des espèces.


Prendre soin de l’homme


Ce n’est pas parce que vous êtes en milieu urbain que vous ne pouvez pas apprendre la permaculture au jardin.

Une petite terrasse ou un jardin partagé c’est le point de départ pour apprendre à cultiver quelques légumes.

Semez, partagez et faites partie de la solution !


Partager les récoltes


Partez à la découverte des associations de votre ville ou votre village.

Jardins partagés, composteurs collectifs, accueil de la biodiversité en milieu urbain, etc, etc… il y a toutes sortes de mouvements à découvrir pour tendre vers la transition.


PS : Pourquoi, de temps en temps, je glisse des liens vers Amazon dans mes articles ou mes mails ?


Lorsque je parle d’un bouquin ou d’un article que j’apprécie, je glisse un lien qui vous redirige parfois vers amazon (je vous préviens toujours quand c’est le cas car je sais que certains d’entre vous les boycottent).

Sincèrement, qui n’a jamais rien acheté sur Amazon ?

Personnellement, j’essaie de faire vivre les librairies et commerces locaux mais parfois il m’arrive d’acheter sur amazon parce qu’ils ont des livres d’occasions ou rares (ou tout simplement par facilité).

Et puis c’est sympa de passer par leur site…

Ca vous permet de vous faire votre propre avis grâce aux commentaires clients, aux illustrations, extraits de livres, etc… (après, libre à vous d’acheter l’article où vous le souhaitez !).

Et l’avantage pour moi c’est que ce sont des liens affiliés qui permettent à amazon de savoir que c’est moi qui vous envois sur leur site…

En fait, si vous effectuez un achat à la suite de cette visite, je récupère une toute petite partie du montant total sans que cela ne vous coûte rien de + !

Du coup, quand vous achetez en passant par mon lien, vous soutenez un peu le blog (en récupérant de l’argent à amazon 😉).

Et si vous souhaitez soutenir le blog sans passer par amazon, il y a le tipeee.



N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.


Je peux organiser des ateliers, des conférences et des formations autour du sujet de la permaculture en région Auvergne-Rhône-Alpes (Lyon, Valence et Grenoble).



Pour réserver votre appel, c’est par ici



Fabrice.