crise-2020-permaculture-urbaine-jardin-partagé

Ce que la crise va changer dans les années à venir… (+ comment lancer un jardin partagé)


Cet article est tiré du cours de permaculture hebdomadaire. Pour vous inscrire, c’est par ici.



Je pense que la crise ne fait que commencer.


Dans les semaines et les mois à venir, il va y avoir encore beaucoup de personnes qui vont perdre leur emploi.


Beaucoup d’entreprises vont mettre la clé sous la porte.


Certains secteurs d’activité comme le tourisme ou l’événementiel vont avoir du mal à s’en remettre (et peut-être même que certains secteurs vont disparaître).



Bon, ne vous inquiétez pas. Mon tableau n’est pas tout noir.


Certes, il y aura peut-être une deuxième vague de gilets jaunes, mais, cette fois-ci, le contexte sera différent car le monde de demain est à reconstruire



Le monde de demain ?


Oui, le monde de demain.


J’imagine que le monde de demain sera beaucoup plus local au niveau industriel mais aussi au niveau humain.


Cette crise a dévoilé beaucoup de faiblesses au grand jour et je pense que chacun en sortira plus fort et plus indépendant…


C’est ce qu’on appelle “la résilience“.



Bref.


Ma grande prévision c’est que depuis les 10 dernières années vous n’avez pas eu de meilleur moment que maintenant pour lancer un projet de jardin partagé.
C’est aussi valable pour tous les autres projets “bobo écolo” 😉 comme les épiceries solidaires ou les tiers lieux culturels



L’après-crise de 2008


Quand on regarde ce qu’il s’est passé après la crise de 2008, y’a pas photo..


..le secteur des jardins et des espaces verts a explosé !
Et c’est ce qui est en train de se passer ses dernières semaines…


Selon une étude de l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage), il y a eu une augmentation du désir des gens à jardiner (et à prendre plaisir de le faire) après la crise de 2008.


D’autres études ont montré que les jardins familiaux ont perdu de l’intérêt et ont été remplacé par les jardins partagés qui ont explosé par leur nombre durant ces 10 dernières années.


Et il y a bien évidement eu la permaculture qui, dans les années 2009 – 2010, a commencé à avoir du succès en France.



L’après crise de 2008 a changé beaucoup de choses.


Pas assez, mais suffisamment pour que des milliers de personnes deviennent acteur du monde de demain.


Suffisamment pour que chaque grande ville ait, aujourd’hui, son lot de jardins partagés et de magasins bio, local et zéro déchet.


Suffisamment pour que tout le monde est déjà entendu au moins une fois le mot permaculture (même des traders du CAC 40).



Et il y a eu aussi le film “Demain” qui a complètement fait exploser le nombre d’initiatives collectives de ce genre.


Certes, les prochaines semaines vont être difficiles. Mais il y a fort à parier que l’avenir ne soit pas si noir que ça et qu’il ressemble plutôt à ce qu’on a vu émerger ces 10 dernières années en X 2 !



Bref.


Et si on parlait du comment ?


Comment lancer un jardin partagé ?


L’année dernière, j’ai lamentablement foiré le lancement d’un jardin partagé et j’aimerais ici vous partager 3 étapes pour ne pas faire la même erreur.


Tout d’abord, revenons rapidement sur les 2 points fondamentaux de cette erreur :

  1. J’étais seul (ce n’est pas une erreur en soi mais si c’est votre cas, continuez à lire je vais vous expliquer comment ne pas foirer votre lancement).
  2. J’ai lancé le jardin trop vite et en mode “venez on jardine un potager en permaculture tous ensemble” ! C’est génial vous verrez !”.


Le problème quand vous parlez de production alimentaire, vous n’attirez pas forcément les bonnes personnes.
Surtout si votre truc à vous c’est la permaculture, le zéro phyto, les herbes folles et les petites bébêtes…


Du coup, même si je n’ai pas de conseil à vous donner, voici les 3 étapes que je vous invites à suivre si vous voulez tomber sur des gens qui ont les même valeurs que vous :


1.Trouvez un terrain


Faites une demande auprès de votre mairie et montez une association.


2.Lancez un composteur


Comme tout bon permaculteur, prenez un an d’observation.


Pendant ce temps, regroupez quelques palettes pour construire un composteur et lancez-le !


3.Organisez un atelier pour apprendre à composter


Une fois que le composteur est lancé (et que vous maîtrisez le truc de la matière organique azotée et la matière organique carbonée), organisez un atelier compostage pour expliquer comment bien alimenter un composteur ou un lombricomposteur.


Ce genre d’atelier attire beaucoup de monde et au moins c’est une démarche où vous tomberez sur des gens qui ont envie d’apprendre (et non de produire un maximum de légumes).
Et si certains d’entre eux souhaitent découvrir la permaculture… ils savent où vous trouver 😉



Je ne suis pas en train de dire que la permaculture est une pratique peu productive.


Je dis simplement qu’il y a un état d’esprit à avoir et que tout n’est pas si rose.


La permaculture c’est productif, mais c’est difficile à mettre en place (surtout au départ et encore plus si vous êtes plusieurs).


Voilà tout !



Cultivez votre patience et votre tolérance si vous ne voulez pas filer en jardinerie dès les premières attaques de limaces…





Fabrice.






👉 Pour recevoir le cours de permaculture par email,
inscrivez-vous gratuitement ici










crise-2020-permaculture-urbaine-jardin-partagé-pinterest


ET vous, quelles sont vos prévisions d’après-crise ?

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.