C’est en septembre qu’il faut rentrer vos plantes d’intérieur ! (et pas en hiver)

par | 11-09-2022


C’est la rentrée.


Quelques feuilles mortes commencent à joncher votre terrasse.


Les fleurs de fin d’été (comme l’ipomée) commencent à fleurir.


Doucement, mais sûrement, votre potager se transforme pour accueillir l’automne…



Dans ce mail, je vais vous donner un conseil contre-intuitif pour prendre particulièrement soin de vos plantes gélives.


Contre-intuitif, mais d’une grande utilité si vous voulez avoir, par exemple, un beau citronnier dans le salon pour noël (ainsi que le doux parfum de ses fleurs).


.

Mettre vos plantes d’intérieur dehors, tout l’été, est une très bonne idée.


Et c’est encore mieux de les rentrer l’hiver pour qu’elles gardent une certaine fraîcheur.


Pour que leur croissance ne se stoppe pas.


Pour que leurs feuilles restent bien vertes.


Et pour qu’elles redémarrent de plus belle au printemps prochain.



Que ce soit un citronnier, un bananier, un caoutchoutier ou je ne sais quelle autre plante particulièrement sensible au froid, j’ai une seule et unique consigne, pour vous, aujourd’hui :


n’attendez pas la fin de l’automne, il est plus que temps de les rentrer, dès maintenant.


Pourquoi si tôt ?


Alors que l’été n’est même pas encore terminé ?


Tout simplement parce que les nuits se rafraîchissent.



En soi, des nuits un peu plus fraîches ne vont pas tout de suite poser problème.


La plupart de vos plantes peuvent encore attendre un mois ou deux, sans prendre le risque de commencer à perdre leurs feuilles.


(après, tout dépend de quelle plante on parle, mais je ne peux pas faire du cas par cas ici)


Lisez bien ce qui suit.


Durant les prochaines semaines, vos plantes vont doucement s’adapter à ce rafraîchissement nocturne.


Elles vont ralentir leur métabolisme et passer en mode hibernation.


Si vous attendez le mois de novembre (où les nuits dépassent rarement les 10 ° C), ce mécanisme d’hibernation sera déjà bien entamé.


Et si vous les rentrez à ce moment-là, elles vont subir ce qu’on appelle un choc thermique.


Tout simplement parce qu’elles se seront acclimatées pour passer des nuits à 5 – 10 °C et que, du jour au lendemain, vous leur faites passer des nuits à 15 – 20°C facile.


De plus (et si nous avons fait la paix avec nos confrères russes), vous aurez commencé à mettre le chauffage.


Ce qui aura pour effet d’assécher l’air.


(tout le contraire de ce qui devrait se passer dehors d’ici là)



Bref.


Vous ne voulez pas faire subir ça à vos plantes d’intérieur.


Vous voulez voir votre bananier frôler le plafond au printemps prochain.


Votre fougère s’épanouir sur la fenêtre de la salle de bains.



Alors, faites-moi plaisir et libérez-leur une ou deux petites places au chaud.


.

Encore une fois, je viens de vous démontrer que la valeur se trouve dans ce que vous ne savez pas.


Et une nouvelle fois, ce n’est pas un conseil que je sors d’un livre.


C’est quelque chose que j’ai appris avec l’expérience.


Que j’ai appris en travaillant quasi quotidiennement avec des plantes exotiques en pots de fleurs.


En prenant soin de les protéger du froid, l’hiver, pendant que je les déplaçais dans la benne d’un camion.


En prenant soin de bien les arroser et les ombrager durant les périodes de canicule.


En les transportant de la serre vers un massif de fleurs, un bureau ou un hall de salle de conférences.


(et ce, à n’importe quelle saison de l’année)


Ce sont toutes les erreurs que j’ai commises, qui m’ont appris à me poser les bonnes questions.


Et le but de ces mails c’est de vous transmettre ma réflexion pour vous éviter de faire les mêmes erreurs.



Autre chose.


J’ai envie d’aller plus loin.


Et pour ça, j’ai décidé d’utiliser mon superpouvoir : l’écoute.


C’est donc le retour des consultations minimalistes.


60 minutes au téléphone avec moi.


60 minutes durant lesquelles je me mets à votre écoute pour vous apporter les meilleures réflexions au sujet de vos problèmes en lien avec la permaculture urbaine.


Que ce soit des problèmes de plantes en pots ou de plantes en terre.


Des problèmes d’organisation.


Des problèmes par rapport à vos projets sur la transition écologique.


(et même des problèmes existentiels !)


Ces 60 minutes sont consacrées à votre écoute.


C’est moi qui me mets à votre service.


C’est moi qui réponds à vos questions.



Mais attention, vous n’êtes pas prêt.


D’une, le prix des 60 mn est dérisoire.


De deux, j’ai une super méga garantie pour vous.


Cette consultation est satisfaite ou remboursée.


Oui.


Vous avez bien lu.


Satisfaite ou remboursée.


Si au terme des 60 minutes vous n’êtes pas satisfait pour je ne sais quelle raison, vous avez juste à demander un remboursement et je vous rends votre argent sans poser de questions.


C’est à vous de voir maintenant.


Les cartes sont entre vos mains.


Pour réserver votre consultation en ligne à un prix dérisoire, c’est par ici.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en jardinage urbain

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This