C’est parti pour une semaine de mail quotidien !

par | 17-01-2022


Bizarre de recevoir un mail de ma part un lundi matin, non ?


Et bien laissez-moi vous prévenir que ce sera comme ça tous les matins de la semaine jusqu’à dimanche !


Voilà.


Et puis, je vais être direct avec vous.


Je vous prépare une grosse surprise.


Cette semaine, on va parler de vous et de votre « carrière » de permaculteur ou de permacultrice urbain.e.


Si vous avez envie de lancer un gros projet pour 2022, je vous conseille fortement de lire les prochains mails.


Alors bien sûr, je vais vous partager énormément d’informations et de conseils pour au final vous faire une proposition commerciale.


Une proposition d’accompagnement personnalisé pour être plus précis.


Attention, ce n’est pas une simple séance de coaching ponctuelle, mais un accompagnement personnalisé sur plusieurs mois.


Un accompagnement où je ne vais pas vous lâcher !


Si vous avez besoin que je vous mette des coups de pieds au c.. cette année, ne loupez pas cette offre..


..et même si vous n’avez pas besoin d’un accompagnement, lisez les prochains mails, car je vais vous partager quelques précieux conseils…



Bon, si ce n’est vraiment pas le moment pour vous, vous avez la possibilité de vous désinscrire des mails pour cette semaine de lancement.


Pour ça, c’est comme d’habitude.


Vous avez le lien de désinscription tout en bas de ce mail (pas d’inquiétudes, même en vous désinscrivant, vous continuerez de recevoir les mails hebdomadaires à partir de la semaine prochaine).




Aller.


C’est parti.


Parlons un peu de vous et de vos projets de permaculture urbaine.


Peut-être que vous êtes encore en train d’étudier votre projet de fond en comble, mais que vous ne savez pas encore par où commencer.


Ou peut-être que vous vous êtes déjà lancé un peu, mais que les résultats ne sont pas rendez-vous.


Que ça n’avance pas au rythme que vous aimeriez.


Qu’il vous manque du temps, des compétence ou de l’humain.


Peut-être même que vous êtes en train de vous décourager.


Et c’est normal.


Je suis moi-même passé par là avec ma terrasse et le jardin partagé.


C’est difficile de lancer la machine, de s’améliorer et de trouver de nouvelles idées.


Souvent, on part dans tous les sens.


On ne sait pas vraiment par où commencer.


On se rend compte qu’on n’a pas assez de connaissances.


Qu’on n’a pas forcément le temps de tout apprendre et de tout faire.


Qu’on manque d’organisation.


Sur Youtube et internet, il y a trop d’informations et on ne sait plus qui écouter.


A ça, peut venir s’ajouter le manque de place.


Une mauvaise exposition.


Un sentiment d’isolement.


Ou pire.


Un manque d’idées et une vision floue qui nous empêche de voir que l’on fait les mêmes erreurs année après année.



Alors, ok, toutes ces « excuses » sont valables.


Mais si je vous disais que le vrai problème se trouve à un autre niveau ?


Et que toutes les solutions se trouvent en vous ?


Oui, je sais, c’est cliché dit comme ça..


..et pourtant !




Vous habitez en ville avec un état d’esprit de campagnard, et c’est compliqué.


Vous avez l’impression de ne pas être à votre place.


Mais, en même temps, vous n’avez pas envie de quitter le confort urbain.


Pas envie de vous isoler à la campagne.


Alors, vous vous mettez à rêver d’un monde meilleur (surtout si vous êtes inscrit à mes mails 😉 ).


Vous imaginez une ville avec plus de liens entre les gens.


Avec plus de nature sur votre balcon et celui de vos voisins.


Plus de lien et de verdure dans votre copropriété ou le square de votre quartier.


Vous imaginez des bâtiments jonchés de végétaux.


Une tour Eiffel couverte de plantes grimpantes.


Et vous vous imaginez construire ce monde de demain avec vos voisins de palier.



Puis, vous passez le pas de votre porte.


Vous en discutez avec votre meilleur ami et vous vous faites traiter subtilement d’utopiste et tous vos rêves partent en fumée…



Je sais ce que c’est, croyez-moi.


On vit dans un monde où la pensée négative prime sur la pensée positive.


Où les projets de bisounours ne sont pas prit au sérieux.


On préfère pointer du doigt le gouvernement au lieu de prendre ses responsabilités.


Et pourtant, quand on s’y intéresse, il y a plein de beaux projets qui naissent chaque jour et de partout dans le monde..


..il suffit juste de chercher…



D’ailleurs, c’est triste.


Car il faut bien chercher.


Mais encore une fois, l’humain préfère regarder des reportages sur la disparition de l’ours polaire ou sur les conséquences du dérèglement climatique qu’un reportage qui lui fait imaginer un monde meilleur…


C’est notre plus grand travers…



Bon.


Vous me direz que changer le monde en faisant pousser un plant de tomates sur son balcon, ça va être compliqué.


Et vous avez raison.


Mais rappelez-vous que la permaculture, c’est bien plus que du jardinage.


C’est un mode de vie.


Si l’on reprend la fleur permaculturelle ci-dessous, on se rend bien compte du chemin à parcourir.

fleur-permaculture-urbaine


Alors, bien évidemment, vous ne pouvez pas travailler sur tous les aspects de la fleur du jour au lendemain.


Vous ne pouvez pas non plus le faire seul.


Mais, vous pouvez faire un pas de plus.


Un pas de plus vers davantage d’autonomie, de liens et de nature en ville.


Un pas de plus vers la meilleure version de vous-même…



Pas besoin de tout quitter et de recommencer à zéro pour vous consacrer à 100 % dans votre projet.


Il suffit juste d’incarner le changement en commençant petit..


..en commençant à pas de loup…



Et tout ça, on en parle dans le mail de demain.


Ne le loupez surtout pas !


Ce sera le genre de mail à ajouter dans vos favoris 😉


A demain.



PS : si vous avez déjà quelques questions, vous pouvez m’en faire part ici.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en jardinage urbain

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This