Cette simple astuce va vous permettre de concrétiser votre projet (« la règle des 7 mais » de Rob Hopkins)


C’était il y a un an (presque jour pour jour).


Un samedi matin.


Je suis sorti de chez moi, déterminé à en finir.


Accoudé à la fontaine de mon village avec mon café, j’observais les poissons se déambuler dans l’eau trouble..


Au moment venu, je m’y suis dirigé d’un pas ferme.


J’ai passé le portail.


Ouvert la boîte aux lettres et glissé mon enveloppe.


Cette boîte aux lettres c’était celle de la mairie de mon village.


Cette enveloppe, elle était destinée au maire.


A l’intérieur, il y avait une simple lettre.


Une lettre où je lui faisais part de mon souhait : lancer un jardin partagé inspiré de la permaculture et pour le village.



Un an plus tard c’est chose faite.


Le jardin est lancé.


Tout ne s’est pas passé comme prévu mais je ne regrette rien.



Pour tout vous avouer, ce courrier j’ai mis du temps à le faire (pas à l’écrire en lui-même mais à me décider de l’écrire et de le poster).


En fait, il aura fallu que j’entende une seule phrase pour le faire.


Cette phrase, je l’ai entendu la veille de ce samedi matin, lors d’une discussion avec une membre de l’association « le passe jardin » à Lyon.


Cette phrase est toute simple, mais elle a débloqué quelque chose en moi.


Cette phrase c’était (à peu près) ça :


« Tu sais Fabrice, dans pas mal de jardin partagé, la personne qui est à l’origine du projet se retire au bout de quelques années et pourtant, le jardin continu à vivre… ».


Bam !


Elle a touché dans le mille !
Je l’ai rappelé quelques jours plus tard pour la remercier et lui expliquer ce qui m’avait convaincu de passer à l’action


Cette phrase m’a fait comprendre une chose.


J’avais peur de prendre l’entière responsabilité d’un jardin partagé dans mon village (et de ne plus pouvoir m’en détacher).
Finalement c’est presque le cas pour cette 2 ème année mais ça ne me dérange pas (et je ne compte pas m’arrêter !)



Bref, si j’ai décidé de vous parler de ça aujourd’hui, c’est pour vous aider si vous êtes dans ce cas-là et aussi parce que le weekend dernier j’ai lu le livre de Rob Hopkins – « Le pouvoir d’agir ensemble, ici et maintenant » (lien Amazon).


Dans ce livre, Rob Hopkins partage une chose qui m’a rappelé d’autres doutes que j’avais au départ.


Cette chose, c’est « La règle des 7 mais« .


(Avant d’entrer dans les détails, laissez-moi vous présenter Rob Hopkins)



Rob Hopkins est un enseignant en permaculture britanique.
Et oui, prof de permaculture c’est un vrai métier dans certains pays !


En 2006, avec l’aide des étudiants de l’université dans laquelle il enseigne, il crée le mouvement « en transition » qui recense aujourd’hui plus de 2000 projets (jardins partagés, épiceries solidaires, monnaies locales, etc…).


Ce livre, c’est une interview retranscrite où il explique comment il a vu naître la plupart de ces projets au travers de son mouvement.


A un moment, il dit avoir constaté un pattern dans les raisons qui poussent les gens à abandonner leur projet (un pattern c’est quelque chose qui se répète dans le temps ou l’espace..).


Ce pattern, il en à fait une règle.


La règle des 7 mais :

  1. Mais nous n’avons pas d’argent…
  2. Mais ils ne nous laisseront pas faire…
  3. Mais il y a déjà des groupes écologistes actifs dans cette ville…
  4. Mais personne ne se soucis de l’environnement dans cette ville…
  5. Mais il est sûrement trop tard pour faire quelque chose…
  6. Mais je n’ai pas les qualifications…
  7. Mais je n’ai pas l’énergie pour faire ça !



C’est possible que vous vous soyez reconnu dans l’un ou plusieurs de ces « mais » (moi oui !).


Et si c’est le cas, j’ai une petite astuce pour que vous y remédiez.


Cette astuce, c’est de rajouter à la fin de votre phrase le mot « et si ».


Par exemple, si votre blocage c’est « je veux lancer un jardin partagé mais je n’ai pas les qualifications », vous pourriez très bien rajouter « et si c’était une opportunité pour apprendre à jardiner ? ».



Je vous laisser prendre le temps de faire cet exercice (si vous avez du mal, répondez à ce mail et je vous filerai un coup de pouce).


D’ailleurs, cette astuce du « et si », vous pouvez vous en servir toutes les fois où vous vous surprendrez à vous auto-saboter avec des « mais » (perso, ça m’aide beaucoup).


PS : pour info, Rob Hopkins sortira son nouveau livre le 22 avril prochain..
.. et il est intitulé « Et si ».


Belle transition n’est-ce pas ?



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.