Comment devenir un expert de la botanique grâce à un simple herbier numérique ?

par | 31-07-2022


Vous vous êtes inscrit à une sortie botanique.


Le rendez-vous est fixé à 14 h, le long du canal, près du chêne.


Il y a une dizaine de participants déjà sur place.


L’organisateur vous salue et invite le groupe à découvrir la première plante.


Cette plante, c’est la saponaire.


C’est une plante vermifuge, expectorante, sudorifique et diurétique, mais pas que.


C’est aussi une plante qui peut faire office de savon.


(et ça, c’est bon à savoir pour votre prochain bivouac le long d’une rivière)


Vous êtes arrivé depuis seulement quelques minutes et vous voilà déjà en train de prendre des photos pour votre anti-herbier numérique.



Le temps passe.


C’est déjà le moment de partir sur une autre plante.


Mais avant de quitter le point de rendez-vous pour marcher le long du canal, l’animateur nature demande une dernière chose aux participants :


« Savez-vous différencier le charme du hêtre ? ».


(effectivement, le charme et le hêtre sont difficiles à différencier)



Personne ne sait quoi répondre.



Sauf vous :


« C’est simple, le charme d’Adam, c’est d’être à poil ».


(remarque qui esquisse un petit sourire sur les autres participants)


Cette phrase mnémotechnique (assez populaire), vous l’avez apprise grâce à votre anti-herbier.


Elle permet de se souvenir que le charme possède des feuilles dentelées (charme d’Adam = charme à dents) et que le hêtre à des poils sur les siennes (d’être à poil = hêtre à poils).



Des phrases comme ça, vous en avez d’autres.


Non seulement dans votre anti-herbier, mais aussi dans votre tête.


Parce que le but de votre herbier n’est pas uniquement de stocker l’information, mais bel et bien de l’apprendre (et de la retenir à vie).


Certes, il vous permet d’apprendre à reconnaître une plante à n’importe quelle saison de l’année.


De ne pas confondre une plante toxique avec une plante comestible.


Mais pas que.


Vous pouvez aussi apprendre des phrases mnémotechniques (comme pour le charme et le hêtre) et des utilités particulières (comme pour la saponaire).



Personnellement, j’adore partager mes connaissances avec mes amis ou lorsque je participe à des balades botaniques.


Je suis loin d’être un expert, mais je sais reconnaître quelques plantes sauvages.


Et les gens adorent ça.


Découvrir le nom d’une plante.


Sentir son odeur.


La goûter.


La cuisiner.


Je ne m’en rendais pas compte, mais à force d’apprendre à reconnaître de plus en plus de plantes, ça s’est remarqué dans mon entourage.


Lors de mes balades, je faisais remarquer à mes amis qu’il y avait telle ou telle plante.


Je prenais le temps d’observer, de sentir et parfois de goûter.


Et tout ceci éveilla leur curiosité.


Jusqu’à ce qu’au printemps dernier, 2 de ces amies m’ont carrément demandé que je les emmène faire de la cueillette sauvage ^^



Comment cueillir et manger l’ortie crue.


Comment reconnaître le plantain et l’ail des ours (et comment en faire du pesto).


A quel moment cueillir la fleur de sureau pour en faire du sirop.


Quelles fleurs sont comestibles pour décorer une salade de printemps ?


Etc, etc…



Donner un nom à une plante et le partager, c’est un premier pas vers sa préservation.


Un premier pas vers le « militantisme végétal » comme j’aime le dire.


Alors, si vous aussi vous voulez organiser des petites balades pour défendre le végétal sans rien y connaître en botanique, il est temps de mettre en place votre anti-herbier numérique ™.


Aujourd’hui, nous sommes le 31 juillet..


..et c’est le dernier jour pour en profiter.



Vous vous posez pas mal de questions sur cet « anti-herbier numérique » (et oui, je sais tout).


A première vue, la promesse est folle pour un simple herbier… non ?


C’est la raison pour laquelle je vous ai concocté une petite liste d’avantages qui devrait répondre à la plupart de vos interrogations :



👉 N’attendez plus le printemps ou l’été pour sortir réviser les plantes, avec l’anti-herbier, révisez toute l’année

👉 Apprenez à reconnaître les plantes à tous leurs stades de développement (et ce, jusqu’à la graine)


👉 Ajoutez à votre anti-herbier « le petit détail qui fait toute la différence » pour être sûr de ne pas confondre certaines plantes entre elles


👉 Construisez vous-même votre collection de plantes préférées (et n’apprenez pas aveuglément toutes celles qu’on vous présente dans les livres)


👉 Découvrez une méthode d’apprentissage basée sur des études scientifiques pour être sûr de retenir le nom des plantes le plus rapidement possible


👉 La méthode en 5 étapes pour ajouter une nouvelle plante à votre anti-herbier


👉 Les 5 principes pour être sûr de reconnaitre une nouvelle plante (+ ma longue liste de groupes Facebook pour être sûr de ne pas vous tromper grâce aux avis d’experts)


👉 Un anti-herbier disponible (et synchronisé) à la fois sur votre téléphone et votre ordinateur


👉 Ajoutez (avec simplicité) une plante à la volée grâce à votre smartphone lors d’une balade botanique


👉 Découvrez une méthode qui vous permettra d’organiser une première petite balade botanique près de chez vous d’ici seulement quelques semaines



Arrêtez de partir à la recherche des plantes que vous avez vues dans les livres, mais partez à la découverte de votre environnement et choisissez quelles plantes ajouter à votre anti-herbier.


(et soyez certain de ne pas les oublier)



Les méthodes que je vous partage sont toujours inspirées de la permaculture.


Pensée en système.


Commencer petit.


Plusieurs fonctions pour chaque élément et chaque fonction remplie par plusieurs éléments.


Etc, etc…



Si vous avez encore une question qui vous taraude l’esprit à propos de cet anti-herbier, posez-la en répondant à ce mail, mais ne tardez pas à passer votre commande, c’est le dernier jour pour en profiter.




Fabrice.




👉 Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail.
Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici


👉 Pour faire appel à mes services, c’est ici 📞

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en permaculture urbaine. Je soigne la terre, le corps et l'esprit.

🌱 J'ai + de 15 ans de pratique dans le jardinage, le potager, la culture en lasagne en pots de fleurs, le compostage, le lombricompostage et le bokashi 

👨‍🎓 J'ai été formé au design en permaculture en 2019 par le célèbre permaculteur Damien Dekarz

🌀 Je suis passionné par l'humain, la faune et la flore (ainsi que par leurs interactions)

🙏 Depuis 2018, j'accompagne l'humain à se reconnecter à soi, à la nature et aux autres au travers du jardinage

 

Faites appel à mes services

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This