Doc (retour vers le futur) avait raison !

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître 🎵


Retour vers le futur. Ce film a bercé mon enfance.


Oui je sais, ce n’est pas très permaculture et pourtant vous vous souvenez de la scène de fin du premier retour vers le futur ?


Celle où « Doc » apparaît avec sa Delorean. Il vient récupérer Marty et sa copine pour les amener dans le futur.


Il est complètement hystérique et fouille dans une poubelle pour y sortir du soda et quelques peaux de banane avec lesquelles il fait le « plein de carburant » de sa Delorean.


Truc de fou !


Je me souviens encore de la première fois que j’ai vu cette scène alors que j’étais tout petit.
Le plaisir de faire le plein aussi facilement !



Bref, ce n’est pas un mail pour les cinéphiles ni pour les mécanos, mais c’est pour vous « imager » un concept.


En ce moment je suis à fond dans les « systèmes ». Pour moi c’est l’élément fondamental de la permaculture.


Je pense même que c’est sa prochaine grande évolution.


Tout le monde a bien compris que la permaculture ce n’est pas seulement du jardinage, des spirales aromatiques et des buttes de culture…


Si je devais résumer la permaculture en une seule phrase, elle commencerait comme ça : la permaculture c’est des systèmes interconnectés


Et pour moi, le tout premier système (et le plus facile) à mettre en place dans un jardin en permaculture, c’est le système du sol vivant.
Un système digestif dans votre jardin ou votre terrasse, c’est la base !


C’est la raison pour laquelle j’ai commencé mon potager urbain (celui de la terrasse) en compostant dans mes pots de fleurs (#cultureenlasagne).



Revenons-en à la Delorean pour la comparer à un sol vivant.


Une voiture c’est un système.


Ce système on peut l’alimenter de 2 façons :


Gratuitement, avec des matériaux éthiques et renouvelables (comme les peaux de banane de la Delorean du futur) ou avec des énergies fossiles et de plus en plus cher (comme l’essence des voitures d’aujourd’hui).


Malheureusement, aujourd’hui vous jardinez peut-être encore avec des énergie fossile (terreau universel, engrais de synthèse, etc…).
Pas de soucis avec ça, je suis là pour vous montrer petit à petit comment faire la transition…



Bref, au moment où je vous parle, votre sol est certainement en panne de carburant. D’ici 2 mois, c’est le printemps et il faut préparer ça !


Vous avez le choix.


Soit vous prenez de l’avance et vous utilisez des matériaux éthiques, gratuits et renouvelables maintenant.


Soit vous attendez le mois d’avril pour courir les jardineries…


Comme je le disais dans le mail de mercredi, en ce moment j’attaque le compostage de surface et je pense que vous devriez faire de même !


Avec toute l’humidité qu’il y a l’hiver, c’est parfait pour mettre les épluchure (ou autres matières organiques) sous le paillage !


Bien évidemment, si vous avez 1000 m² de terrain ça va être dur de tout couvrir mais si vous commencez votre potager cette année ou qu’il se trouve sur une terrasse, c’est largement faisable.



Voilà tout !


PS : c’est aussi le moment de trouver un peu de matière organique carbonée histoire de « recharger » votre paillage et dans cet article je vous donne quelques astuces pour en trouver en milieu urbain.


Sur ce, très bon weekend à vous et à la semaine prochaine !



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.