Faut-il couper ou arracher une mauvaise herbe ? (ni l’un, ni l’autre)

par | 10-07-2022


La légende dit qu’en permaculture, on ne désherbe pas.


Sauf qu’en réalité, on est immanquablement amené à le faire…


(surtout quand on jardine sur un terrain)


Dans ce mail, je vais vous parler de la première méthode d’agriculture utilisée par l’homme et de l’invention de la culture en lasagne (rien que ça !).


Pour finir, je vous donnerai mes 3 méthodes de désherbage à appliquer dans vos pots de fleurs.


Accrochez vos ceintures..


..c’est parti !



Il y a environ 8 000 ans, à l’époque néolithique, l’Homme s’est sédentarisé et est passé de chasseur-cueilleur à agriculteur.


A cette période, il pratique « l’agriculture sur abatis-brûlis ».


Cette première forme d’agriculture consistait (et consiste toujours malheureusement) à choisir une forêt fertile, couper les arbres à la hache, les laisser sécher et les brûler à la fin de l’été pour faire les semis à l’automne.


Simple, efficace.


Surtout quand on a l’espace suffisant pour pratiquer ce genre d’agriculture brutale (la population mondiale était d’environ 0,5 million d’habitants pour la même planète bien entendu).



Aujourd’hui, on prend encore ce luxe alors qu’on est 15 000 fois plus sur terre (bientôt 8 milliards)


Alors que la superficie des dernières forêts primaires ne représente que 10 % de la surface de la terre…


Mais bon.


Comme vous le savez, l’Homme sait aussi faire preuve d’intelligence et de douceur quand il le veut.


Et c’est dans les années 1990, qu’un d’entre eux a inventé la légendaire « culture en lasagne ».


D’ailleurs, ce n’est pas à un homme que l’on doit la culture en lasagne, mais a une femme.


Cette femme s’appelle Patricia Lanza.


Patricia avait un grand jardin dans lequel elle jardinait son potager avec l’aide de ses enfants.


Et comme dans toutes les familles, un jour, ils sont partis.


Laissant leur mère, seule, avec ce grand jardin.


Très vite, elle fut submergée par son entretien.


Et, au bout de quelques années, en pleine période de plantation, elle se retrouva avec un potager en friche et non labouré.


Pour elle, il n’était pas question de ne rien faire pousser cette année-là.


Prise de panique, elle décida de disposer en vrac, dans son jardin, du vieux compost, de la tourbe, de la paille et quelques sacs de tonte fraîchement tondu (en gros, c’est ce qu’elle avait sous la main à ce moment-là)…



Elle y planta ses légumes et miracle..


..c’est la première année qu’elle eut autant de récoltes !


Mais aussi la première année où elle eut autant de mauvaises herbes !


C’est la raison pour laquelle (et par un heureux hasard) que, quelques années plus tard, elle eut l’idée de mettre une couche de journaux au fond de sa lasagne pour bloquer la pousse des mauvaises herbes.


Et c’est ainsi qu’est née la légendaire technique de la culture en lasagnes qu’on connait si bien de nos jours…


La technique miracle pour cultiver n’importe quoi, n’importe où et presque n’importe comment..


..même dans un pot de fleurs !


D’ailleurs, pour en revenir un peu au sujet principal de ce mail, parlons des mauvaises herbes de vos pots de fleurs.


Oui, je n’ai pas peur d’employer le mot « mauvaises herbes ».


Dans un espace si restreint qu’un potager en pot, vous devez scrupuleusement sélectionner quelle herbe vous allez laisser pousser ou non.


(du moins au début, avec l’expérience, vous maîtriserez à la graine près ce que vous faites germer ou pas dans vos pots…)



La grande question que vous devez certainement vous poser, c’est « comment désherber sans passer pour un gros barbare de chasseur-cueilleur du néolithique ? ».


Ma réponse est simple (et je terminerais là-dessus).



1/ La méthode Patricia Lanza


C’est la méthode la plus douce.


Le but, c’est de priver la plante de lumière et d’espace.


Si vous avez un paillage, vous avez juste à l’enfouir en dessous sans l’arracher.


Elle mourra d’elle-même tout en enrichissant le sol de votre pot.


Vous pouvez aussi mettre une cloche en plastique sur la plante en plein soleil (demi-bouteille en plastique).


Ca va l’empêcher de pousser et la griller au soleil. (au passage, c’est une super technique pour se débarrasser du liseron 😉 ).


Bref.


A vous de façonner selon votre contexte…



2/ La méthode néolithique


Niveau « sauvagerie », on est au-dessus, là.


Le but, c’est de couper la plante à la base.


Ca, c’est quand elle a pris trop de place.


Que vous avez trop traîné à vous décider à vous en séparer ou non.


C’est radical.


Et surtout, n’hésitez pas à vous servir de la plante coupée pour faire du paillage ou du compostage de surface.



3/ La méthode barbare (ou Homme moderne)


La dernière méthode est la plus rependue et la moins respectueuse du vivant.


Cette méthode, c’est l’arrachage.


Suivant le niveau de développement, le fait d’arracher une mauvaise herbe peut plus ou moins faire de gros dégâts au sol de vos pots de fleurs.


Mais parfois, c’est indispensable pour se débarrasser d’une mauvaise herbe vivace par exemple.


Bien entendu, cette méthode est à privilégier qu’en dernier recours.



Voilà tout pour aujourd’hui.


PS : de rien.


PPS : j’ai réouvert les portes de « l’anti-herbier numérique ».


Donc, si vous voulez devenir un as de la reconnaissance de mauvaises herbes, je vous invite à aller jeter un coup d’œil ici.




Fabrice.




👉 Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail.
Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici


👉 Pour faire appel à mes services, c’est ici 📞

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en permaculture urbaine. Je soigne la terre, le corps et l'esprit.

🌱 J'ai + de 15 ans de pratique dans le jardinage, le potager, la culture en lasagne en pots de fleurs, le compostage, le lombricompostage et le bokashi 

👨‍🎓 J'ai été formé au design en permaculture en 2019 par le célèbre permaculteur Damien Dekarz

🌀 Je suis passionné par l'humain, la faune et la flore (ainsi que par leurs interactions)

🙏 Depuis 2018, j'accompagne l'humain à se reconnecter à soi, à la nature et aux autres au travers du jardinage

 

Faites appel à mes services

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This