La meilleure façon d’apprendre à associer les plantes au jardin


Les associations de plantes, c’est une question qui revient souvent chez les débutants.


Surtout chez ceux qui s’intéressent à la permaculture.


C’est même l’une des premières choses sur laquelle ils se forment (après la culture en lasagne).



Si vous êtes débutants et que les associations de plantes vous intéressent, ce mail va vous faire gagner un temps précieux.



Pourquoi ?


Parce que la façon traditionnelle d’associer les plantes consiste à faire un plan de plantation précis..


..que c’est un véritable casse-tête..


..et que rien ne se passe jamais comme prévu.
Rien de bien surprenant quand on a l’habitude de travailler avec le vivant



Et oui, il y a tout un tas raisons qui peuvent faire foirer vos plans de plantations.


…manque de compétences techniques à la plantation…


…armée de limaces affamées…


…le chat de la voisine…


…les rats taupiers…


…la météo…


…etc…


En général, dites-vous bien qu’au moins une plante sur trois (ça, c’est dans le meilleur des mondes) va être confrontée à un moment ou à un autre à l’un de ces problèmes.


C’est la règle.



Et ce n’est pas tout !


Personnellement, je ne me suis presque jamais intéressé aux associations de plantes au potager.
Le seul truc auquel je me soucie quand on parle d’associations de plantes est lié à leur morphologie (j’essaie de respecter les distances de plantations quoi).


Comme tout le monde, j’ai lu le légendaire bouquin « le poireau préfère les fraises« .


Mais il faut savoir que ce qu’il y a dans ce bouquin (et dans tous les autres bouquins de ce genre) n’est pas valable dans tous les jardins.


Alors oui, c’est l’un des meilleurs bouquins sur le sujet, mais ne prenez pas pour comptant les informations qu’il contient.


Parfois, vous lirez qu’une plante accompagne bien une autre plante et, 2 jours après, vous tombez sur un autre bouquin qui dit exactement le contraire.


Le pire dans tout ça, c’est qu’on ne vous dit presque jamais pourquoi l’association est bénéfique..


..et pourtant, c’est une information primordiale.



La morale de l’histoire si vous ne voulez pas perdre votre temps : testez rapidement.


Par exemple, si vous avez des semis de radis à faire, ajourez d’autres graines (des graines de carotte par exemple).


Et si l’association fonctionne, gardez-là.


Pareil au moment des grandes plantations (à la fin du printemps).


Mélangez tout et n’importe quoi (en respectant uniquement les distances de plantations et l’exposition).


C’est la manière la plus simple et la plus rapide pour apprendre à associer les plantes (testé et approuvé par moi-même).



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.