La permaculture en ville selon Michel-ange…

par | 30-01-2022


Voilà plusieurs années que vous avez commencé à jardiner sur votre terrasse.


Plusieurs années que vous essayez de créer une mini-jungle sur votre balcon.


Ca commence un peu à fonctionner, mais c’est encore loin de ressembler à ce que vous voulez.


Loin de ressembler à votre jardin d’éden.


Les récoltes sont minimes et la moitié de ce que vous plantez ne fonctionne pas si bien que ça…



Je vais vous dire une chose.


Vous échouez non pas parce que vous n’avez pas la main verte, mais parce que vous n’avez pas compris une chose essentielle.


Cette chose essentielle, c’est une loi de la nature.


Cette chose essentielle est au cœur de la permaculture (spoil : l’observation).



Vous voulez faire de la permaculture ?


Alors dites-vous qu’il n’y a rien à inventer.


La permaculture, ce n’est pas un tuto youtube.


La permaculture, c’est complexe.


La permaculture, c’est s’adapter au contexte.


Il n’y a pas de recette toute faite.


Ce n’est pas un programme informatique.


Et elle est là, la grande spécificité quand on travaille avec le vivant…



Michel-ange (sculpteur de pierre du XVIe siècle) disait la chose suivante :


« Mon travail consiste à libérer la forme humaine emprisonnée à l’intérieur du bloc ».


Loin de moi à l’idée de comprendre ce qu’il voulait dire par là.


Mais cette phrase me parle.


C’est comme si chaque pierre, de par sa structure, renfermait une forme particulière.


Et c’est comme si son travail consistait à mettre en lumière cette forme…



Ce que je dis est simpliste.


J’en suis conscient.


Mais c’est pour vous faire comprendre la chose suivante.


Chaque jardin est unique.


Tout comme chaque balcon-jardin.


Mettre en place une mini-jungle sur votre balcon, ce n’est pas comme faire du design d’intérieur.


Ce n’est pas votre balcon qui se plie à votre exigence, mais vous qui vous pliez à la sienne.



Si vous voulez jardiner comme Michel-ange sculptait, vous devez :



1/ Vous adapter au climat


Vous ne pouvez pas planter le même type de plante sur un balcon à plus de 1000 mètres d’altitude que sur un balcon en plein centre de Paris.


Chaque climat a ses particularités.


Chaque climat apporte différents types de phénomène météorologique.


Et chaque plante est adaptée à un (ou plusieurs) type de climats et de phénomène météorologique.


Sortez de chez vous.


Allez voir ce qui pousse naturellement dans votre environnement..


..et inspirez-vous en pour végétaliser votre balcon.



2/ Vous adapter à l’exposition


Le climat, c’est une chose.


L’exposition, c’en est une autre.


Surtout quand on parle de potager en ville.


Il est beaucoup plus fréquent de jardiner à l’ombre en ville qu’à la campagne.


C’est une question infrastructurelle…



Si votre balcon est exposée plein Nord, oubliez les tournesols, les tomates, les poivrons et les aubergines.


Pensez plutôt salade, choux et persil.


Pour ce qui est des plantes un peu plus sauvages, j’ai toujours le même conseil à vous donner.


Sortez et observez ce qui pousse à l’ombre…



3/ Penser à l’approvisionnement en eau


L’eau, c’est la vie.


L’humain ne survit que quelques jours sans eau.


Pour les plantes, c’est plus ou moins pareil.


Bref.


Si vous avez peu d’eau, plantez des plantes aromatiques.


Paillez vos pots de fleurs.


Faites des lasagnes.


Récupérez l’eau de pluie…


Le manque d’eau est l’une des principales contraintes en ville.


Concentrez-vous là-dessus dès le début.



4/ Prendre en compte l’infrastructure


Relief.


Bâtiments.


Porte-fenêtre.


Rambarde.


Arbres.


Ligne de désir (en permaculture, une ligne de désir est un chemin qui se trace naturellement selon les habitudes de circulation des humains et des animaux).


Etc…


Toute l’infrastructure qui fait partie de votre environnement à un impact direct sur votre balcon.


Et vous devez le prendre en compte.


En ville, il y a souvent + de courants d’air qu’à la campagne.


Alors, faites-y attention !



5/ Repérer les micro-climats


Sur les balcons urbains, il y a toujours des micro-climats.


Toujours des coins où ça gèle moins en hiver.


Où le soleil tape + en été.


Où la pluie mouille un peu plus.


Repérez-les et mettez-y des végétaux qui apprécieront ces particularités.



6/ Vous adapter au sol


Bon, il n’y a généralement pas de sol sur un balcon (sauf sur une terrasse au Rez-de-chaussée).


Du coup, c’est vous qui créez votre sol.


Sois en achetant du terreau de jardinerie (ce qui est catastrophique).


Sois en créant vos propres lasagnes avec les moyens du bord.


Les moyens du bord, c’est la matière organique que vous avez sous la main.


Et suivant sa provenance et la façon dont vous aller la « cuisiner », vous allez vous retrouver avec des types de sols complétement différents d’un pot à l’autre.


A vous de faire preuve de subtilité.


Certains pots de fleurs retiendront mieux l’humidité.


Mettez-les au soleil avec un plant de tomates.


D’autres sécherons plus vite.


Mettez-les à l’ombre avec un plant de lavande.



Bref.


Adaptez-vous au contexte constamment.


Avancez à pas de loup.


Et vous vivrez dans une mini-jungle urbaine…


Le but de ce mail, c’est de vous aider à trouver quelles sont les principales problématiques de votre balcon.


Une fois que vous les aurez trouvées.


Notez-les dans un coin de votre tête et trouvez un maximum de solutions pour y remédier.


C’est ça aussi la permaculture :


Trouver d’abord les problèmes..


..puis les solutions.


Ensuite, faites en sorte d’atténuer ces problèmes naturellement…



Voilà tout pour aujourd’hui !



PS : pour rappel, l’offre qui consiste à obtenir un sachet de graines de blettes pour l’achat de 2 kits de graines se termine ce dimanche soir à minuit. Pour en profiter, choisissez 2 kits de graines dans la boutique.


A tout de suite.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice et j'aide les gens à renaturaliser leur environnement

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine 2 cours sur la permaculture

Pin It on Pinterest

Share This