Le meilleur système de compostage urbain


Si vous regardez bien, en ville, les méthodes pour composter, ce n’est pas ce qui manque !


Personnellement, la toute première que j’ai essayée, c’est la culture en lasagne en sacs de supermarché 😋


A l’époque je ne n’avais pas l’intention de faire du compost mais plutôt de la permaculture en pots de fleurs.
Et je me suis rendu compte que faire pousser des tomates dans un sac de déchets organiques ça donne du bon compost et en plus les tomates en raffolent !


Bref, vous connaissez certainement mon histoire et je ne vais pas vous refaire un topo ici…



A force de tester différentes méthodes de compostage (et d’ajouter compulsivement des pots de fleurs à mon bataillon), j’ai construit un véritable système de compostage simple et efficace.
Depuis quelques mois, je teste le bokashi (je vous en parle bientôt)


Dorénavant, je n’ai aucun problème à recycler l’entièreté de mes déchets organiques.
J’y ai même ajouté les déchets organiques que je récupère chez mes parents et, de temps en temps, je me permets une petite récup’ d’épluchures à la cantine scolaire de mon village 😉


Un des autres avantages d’avoir un système de compostage, c’est que ça permet de composter plusieurs “catégories de déchets” (comme la viande, le poisson et les restes d’assiettes qui ont du mal à composter dans un lombricomposteur ou un pot de fleurs).



En plus, mon système s’adapte en fonction des saisons.


Par exemple, l’automne dernier, j’ai pris soin de bien remplir mon lombricomposteur (qui se trouve à l’extérieur).
Du coup, il peut patienter dans la serre sans que j’aie à intervenir (et avec le froid qui fait, j’ai la flemme d’ouvrir la serre juste pour ça !)


Là, c’est l’hiver et mes déchets terminent soit en compostage de surface dans mes pots de fleurs (c’est plus rapide que d’ouvrir la serre 👌) soit dans le composteur du jardin partagé (ce qui m’incite à y passer régulièrement et vu que je suis en plein design du jardin c’est toujours un moment d’observation à prendre 😁).


Et, pour finir, dans 2 mois c’est le printemps.


Mes déchets iront dans de nouveaux pots de fleurs en lasagnes (et oui, j’en rajoute encore !) puis, petit à petit, dans le lombricomposteur.


D’ailleurs, en parlant de pots de fleurs en lasagne, en ce moment je suis en train d’expérimenter ça dans mon appartement 😂 (je pars d’un grand pot totalement vide).


Affaire à suivre…



Bref !


Je pense que vous êtes maintenant bien éclairé sur l’intérêt d’avoir plusieurs méthodes de compostage.


Et pour terminer, quelle que soit la nouvelle méthode que vous allez choisir, n’oubliez pas l’élément indispensable à tout bon système : c’est le point de collecte.


Et oui, c’est la base (sauf si votre unique méthode de compostage est un lombricomposteur placé dans votre cuisine).


Pour ça, je vous conseille tout simplement de mettre une boîte hermétique à l’endroit où vous passez votre temps à cuisiner.
Le côté “hermétique” c’est surtout pour éviter les moucherons



Voilà tout.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉


Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.