Les plantes épuisent votre sol ! (c’est faux)


Et pourtant, l’agriculture industrielle utilise + de 200 millions de tonnes d’engrais minéraux dans le monde chaque année.


Sans compter les jardineries et les producteurs de végétaux (horticulteurs, pépiniéristes, etc..).


Et moi, j’arrive, là comme ça, pour vous dire une fois de plus que ça ne sert à rien.


Que vos plantes n’épuisent pas votre sol.


Que tout ceci n’est qu’un complot mondial pour vendre de l’engrais en granulés…



Allez, soyons un peu réaliste.


Je ne vais pas nier le fait que les plantes épuisent le sol.


Qu’elles y trouvent des minéraux.


Non.


Ce serait vous mentir.


En fait, c’est juste que le problème n’est pas là.


Je vous rappel que ces minéraux font partie d’un cycle.


Que tout finit par retourner à la terre.


Que la mort fait partie de la vie.


Bon.


Avant que ce mail ne parte dans tous les sens, revenons-en aux fondamentaux.



Le soleil (la lumière), l’air, l’eau et les minéraux.


Ce sont les 4 éléments dont a besoin une plante pour grandir en bonne santé.


Votre boulot à vous, c’est de faire en sorte qu’elles en aient suffisamment à disposition.


Pour ce qui est de la lumière et de l’air, il n’y a pas grand-chose à faire.


Il suffit de mettre la plante au bon endroit et la « recharge » se fait automatiquement.


Ensuite, il faut veiller à ce qu’elle ai assez d’eau.


C’est là que ça se corse un peu.


Vous devez veiller à l’arrosage et il y a des étés où c’est un vrai calvaire (surtout en pot de fleurs).


Puis, il y a les minéraux.


Et là aussi, c’est un peu délicat (encore une fois surtout en pot de fleurs).


Mais ce sont, en partie, les plantes qui créent ces minéraux.


Du moins, elles font partie du cycle (en plus de la roche mère, de certaines réactions chimiques et de plein d’autres facteurs que je ne vais pas détailler ici)


Je m’explique…


C’est en puisant ces minéraux dans le sol que les plantes se développent.


Qu’elles créent du feuillage, des fruits, des graines, des racines, etc..


Et comme je vous le disais, tout ça fait partie d’un cycle.


Un cycle où tout se dépose de nouveau sur le sol.


Où la faune et les champignons les dégradent et les réintègre au sol, jusqu’à ce qu’ils soient de nouveau récupéré par la plante..


..et tout ça, jusqu’à l’infini (ou du moins, jusqu’à aujourd’hui).



Pour nous, jardiniers urbains du vivant, le but, c’est d’arriver à recréer ce cycle dans nos pots de fleurs pour ne pas utiliser d’engrais chimiques industriels (et oui, on est bobo écolo ou on ne l’est pas !).


Et comme d’hab, il n’y a pas de secret.


Il faut un sol vivant.


Un sol capable de recréer, à petite échelle, ce cycle des minéraux.


Un sol riche en champignons et en petites bébêtes.


Un sol capable de digérer tout ce qu’on y intègre.


Un sol capable de s’auto-alimenter..


..mais aussi un sol où l’on peut venir y ajouter quelques éléments naturels chargés en minéraux comme des épluchures et du fumier de cheval (oui, j’ai déjà testé le fumier de cheval en pot de fleurs et je vous en parlerais dans un prochain mail !).



Bref.



C’est tout pour aujourd’hui.



Pour finir, j’ai 2 conseils :


1/ N’oubliez pas de privilégier les engrais qui participent à la construction du sol. Ce sont les déchets végétaux et animaux (en l’occurrence les cadavres de la faune naturellement présente dans votre potager, et non pas les déjections du chat ; ) ).


2/ Pensez aussi aux champignons. Ils améliorent la redistribution des minéraux (par les mycorhizes) ainsi qu’à leur transformation. Pour ça, il suffit d’ajouter des copeaux de bois par exemple.



Ah oui, une dernière précision :


L’engrais liquide c’est bien (lombrithé et jus de bokashi), mais n’oubliez pas que ce ne sont que des solutions courtes terme.


Etant liquide, le surplus non absorbé par la plante est tout simplement lessivé et perdu quasi instantanément.



Pensez long terme.


Pensez cycle.


Pensez décomposition…



PS : Merci pour vos nombreuses commandes de graines suite au dernier mail ! Je n’étais pas prêt ^ ^. Il m’en reste encore pour ceux qui ont loupé l’information.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je suis Fabrice et j'aide les gens à renaturaliser leur environnement

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine 2 cours sur la permaculture

Pin It on Pinterest

Share This