Ne faites pas cette erreur (celle que vos grands-parents ont fait parce qu’ils ignoraient la permaculture)


J’imagine que vous commencez à bien intégrer le concept des systèmes dans un design en permaculture.


C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de parler de quelque chose de complètement différent.


Et cette chose, ce sont…. les systèmes !


Et oui, rebelote.


Ce n’est pas un sujet très vendeur et pourtant s’il y a bien une chose qui fait toute la différence dans un bon design en permaculture, c’est celle-là.
Si vous cherchez des méthodes, il y en a plein le web (et quelques-unes sur mon blog 😉)
Si vous cherchez des systèmes, il y en a plein la nature


Bref, pourquoi j’aborde encore ce sujet ?


Et bien j’ai remarqué que pour comprendre quelque chose, il n’y a pas de secret, il faut y revenir plusieurs fois, trouver de nouveaux exemples, des nouvelles métaphores, etc…


Ensuite, il faut appliquer (ça c’est votre rôle) et voir si ça fonctionne (et si ce n’est pas le cas, il faut chercher à comprendre pourquoi).



Mon but avec ces mails, c’est de titiller votre curiosité vers la bonne direction et vous faire passer à l’action (et ainsi trouver votre propre façon de faire de la permaculture).



Les méthodes c’est bien.


Savoir pourquoi on en a besoin, c’est mieux.


Par exemple, dans le dernier mail je vous parlais de mes semis de salade..


Quand vous faites vos semis vous utilisez une méthode.


Cette méthode elle fait fonctionner un système (celui de faire pousser des plantes dans votre potager ou vos pots de fleurs).
Et il y a plein de méthode pour faire fonctionner ce système (semis spontanés, bombes de graines, catapultage de noyau, semis à la volée, etc…)


Votre rôle en tant que permaculteur/trice, c’est de trouver la ou les méthodes les plus efficaces et éthiques en fonction de votre contexte.



Un autre exemple.


Le lombricompostage.


C’est une méthode pour faire fonctionner un système qui est de transformer vos déchets en valeur ajoutée pour votre potager (engrais liquide, terreau/compost, vers de terre, etc…).




Vous pouvez collectionner des listes et des listes de plantes qui sont censées pousser dans votre région..
..mais vous trouverez toujours des exceptions.


Vous pouvez passer votre temps à échelonner des purins de plantes spécifiquement cueillit à 2 heures du matin pour la troisième nouvelle lune de Sagittaire pendant l’année du rat..
..mais il y aura toujours de nouvelles plantes à découvrir (et c’est beaucoup plus sympa de cueillir vos plantes à purins un dimanche ensoleillé lors d’une balade en famille).


Des exemples comme ça, j’en ai plein.


Ce que je vous invite à faire, c’est de vous demander si vous passez votre temps à utiliser des méthodes ou plutôt à équilibrer vos systèmes ?


Si si, identifiez un de vos systèmes et demandez-vous s’il fonctionne bien et s’il peut être amélioré.



Bon weekend.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.