Pourquoi je ne parle (presque) jamais de techniques de jardinage ?



Qu’est-ce qui a le plus d’importance pour vous ?



Les petites techniques de jardinage ou les compétences fondamentales d’un bon permaculteur urbain ?




Salut, c’est Fab !


Dans ce mail, je vais vous donner la raison pour laquelle je préfère transmettre plus que de simples techniques de jardinage.




En général, les « débutants » en jardinage sont à la recherche de techniques et d’astuces.


Quand et comment semer le radis ou quel engrais naturel donner à ses plantes en pots de fleurs ?


Et c’est normal, on est tous passé par là.


Je n’ai aucun de soucis avec ça (et, de temps en temps, je n’hésite pas à glisser quelques piqûres de rappel).
D’ailleurs, il y a le formulaire si vous avez des questions


Moi-même, j’ai été friand de ça au début.


Mais je me suis rendu compte que c’était loin d’être ça qui faisait pousser mes plantes.


Que c’était loin d’être ça qui m’a poussé à ajouter des pots de fleurs, un bokashi, fabriquer une serre, un lombricomposteur, etc…


Que c’était loin d’être ça qui m’a évité à de nombreuses reprises de baisser les bras quand je n’avais pas obtenu les résultats que j’espérais.


Certes, les petites techniques, ça aide.. ponctuellement..


.. mais ce n’est pas ça qui va faire de vous un.e grand.e permacultueur urbain.e.


(d’ailleurs, on arrive à un stade où l’on trouve de tout et son contraire au niveau des techniques de jardinage sur le net)


Bref.


Je me suis demandé qu’est-ce qui m’a le plus aidé pour améliorer et surtout continuer le potager sur la terrasse et le jardin partagé ?


Qu’est-ce qui me pousse aujourd’hui encore, à faire toujours plus malgré les échecs ?


Et la réponse est claire.


C’est que j’adore rentrer dans la tête des permaculteurs.


D’une, ça m’a permis de comprendre « l’état d’esprit permaculture ».


De deux, j’ai compris qu’ils avaient tous un point en commun : les compétences.


Que ce soit la faculté de reconnaître les plantes, de tout savoir sur le fonctionnement de la forêt (du moins, les 10 % de ce que l’Homme en a découvert) ou de simplement savoir faire un bon compost ou organiser les semis.


La base, ce sont les compétences.


C’est ça qui fait de vous un permaculteur unique et un bon jardinier.


C’est la passion pour les plantes, les animaux ou la terre qui feront qu’à chaque printemps vous ne pourrez pas vous empêcher de semer vos premières graines.


Et c’est ça que je veux vous transmettre dans ces mails et sur le blog.


Je veux vous aider à trouver ce qui sommeille en vous, ce qui vous anime.


Je veux que vous trouviez cette force qui vous aidera à continuer, coûte que coûte.


Je veux vous transmettre des compétences et des systèmes qui vous feront fuir les petites techniques de jardinage.


Je veux que, vous aussi, vous ayez un petit jardin secret (même si c’est juste une jardinière sur un rebord de fenêtre…).



En parlant de secrets, je vais vous en révéler un.


Mon but caché, c’est de construire une armée de permaculteurs urbains.


Une armée capable de reverdir nos villes et nos balcons.


De reprendre la main sur l’espace public.



Nos villes ont besoin de jardins partagés, d’espace de compostages partagés, de poulaillers partagés, de cantines partagées !


Certaines villes sont déjà contaminées par ces petites armées vertes.


Albi, Nantes, Grenoble, Paris, Lyon, etc…


Les exemples, ce n’est pas ce qui manque.


Et pourtant, ce n’est pas encore assez pour que ce soit la « normalité » (mais croyez-moi, on y est presque).


Il y a encore des grandes villes où il n’y a aucune initiative.


Pire.


Il y a des villes qui sont carrément allergiques au simple fait de parler compostage !


Et pourtant, c’est en marche.


De plus en plus de gens se rendent compte que ça ne fonctionne plus, qu’il faut retrouver du bon sens, créer du lien.


Le truc, c’est qu’il faut plus de porteurs de projets.


Des porteurs de projets qui osent aller en mairie pour parler compostage ou jardin partagé.



Et c’est pour ça que je veux faire de vous des passionnés au mental d’acier.


Des passionnés avec des compétences et des savoirs qui leur permettent d’avancer, coûte que coûte.



On se retrouve mercredi pour un nouveau mail.


Bon weekend.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉


PS : j’ai parlé du formulaire pour me poser vos questions, mais vous pouvez aussi simplement me les poser en répondant aux mails

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.