Pourquoi vous ne devriez plus comparer votre potager à celui des autres ?


La réponse est simple.


Comment voulez-vous créer le potager de vos rêves si vous imitez celui des autres ?


….


Je sais que vous passez du temps à regarder tout un tas de potagers sur youtube et Instagram..


..et que vous vous dites que c’est trop de travail, que vous n’êtes pas capable d’arriver aux mêmes résultats.


Peut-être même que vous habitez en ville et que le potager de vos rêves se trouve au fin fond de la pampa..


..mais loin de vous l’idée de quitter votre appartement et votre boulangerie préférée.


Peut-être que vous ne vous sentez pas légitime face aux experts permaculteurs que vous suivez sur internet..


.. et que vous ne savez pas quel conseil appliquer en premier.



Il n’y a pas de soucis avec ça.


C’est normal.


Le truc c’est qu‘il ne faut pas que ça devienne un blocage.


Surtout pas maintenant !


Les saints de glace sont bientôt terminés et la meilleure saison au potager est sur le point de commencer !


C’est maintenant ou jamais !



Quoi que vous fassiez, il y aura toujours un jardin plus joli, plus grand, avec plus de biodiversité, plus de fleurs, plus productif, plus permaculturel, etc, etc…


Quoi que vous fassiez, il y aura toujours quelqu’un de plus expérimenté en permaculture, de plus avancé sur son système de compostage ou de récupération des eaux pluviales.


Vous aurez beau devenir excellent dans la culture indoor de la tomate, il y aura toujours une autre personne experte sur la culture du chou-fleur en sous-sol.



C’est la raison pour laquelle vous devez ne retenir que deux points de comparaison : vous et votre potager.


C’est tout !


Chaque début de saison demandez-vous si vous en savez plus que l’année dernière et si votre potager ressemble un peu plus à celui de vos rêves.


Et pour ça il n’y a pas de secret, vous allez devoir tester et vous tromper !



Je vais vous dire un truc.


J’ai une grande conviction.


Cette conviction c’est de ne jamais faire de plans de plantation mais de planter au feeling.


Pourquoi ?


Parce que c’est au moment des plantations que je prends le plus de plaisir !


Pendant plus d’une quinzaine d’années c’est comme ça que j’ai planté les massifs de fleurs dans la commune pour laquelle j’ai travaillé.


Alors que tous mes collègues travaillaient sur des plans organisés au centimètre près, moi dès que j’avais un massif ou une jardinière à planter, je laissais ma créativité s’exprimer.


Dès que j’avais quelques plantes en RAB dans le camion, je trouvais toujours un coin de rue dans lequel je pouvais la planter !


J’avais cette petite signature et tout le monde savait que ça venait de moi…


Et c’est comme ça que j’ai appris : en m’éclatant !


Certes, je me trompais souvent mais c’est aussi comme ça que j’ai appris à associer les plantes et à comprendre leurs besoins (et j’ai fait de belles découvertes !).



🙂



Sur ma terrasse et sur le jardin partagé c’est pareil, j’ai la même allergie aux plans.


Je ne me soucie pas des rotations de culture ni des associations de plantes.


Non. J’en ai rien à faire parce que je sais que la meilleure manière d’apprendre c’est en faisant marcher sa créativité.. en imaginant.



Je m’explique.


Quand vous plantez, imaginez la forme finale de votre plante et, en fonction de ça, créez du volume, des tapis, des formes retombantes, etc…


Le but c’est de maximiser l’espace et de ne pas laisser de trou entre les plantes (à leur taille finale bien entendu).


Par exemple, plantez une laitue au pied d’une tomate.


Mettez un basilic à côté de cette laitue comme ça il aura le temps de trouver sa place jusqu’à ce que vous la récoltiez.


N’oubliez pas non plus de jouer sur le “mélange” des plantes.
Quand je parle de mélange je parle du fait qu’elles s’entremêlent…


Par exemple, prenez de la hauteur avec un tournesol et faites y grimper quelques haricots ou quelques pois.


C’est en travaillant avec votre imagination que vous créez “le potager de vos rêves” et, accessoirement, que vous apprenez à associer les plantes (ce qui est beaucoup plus facile que vous ne le croyez).


Alors ne perdez plus votre temps et à votre plantoir ! (attention tout de même aux risques de gelées 😉).



Et pour finir, une citation de Krishnamurti :


“Le désir de devenir est inaction dans le présent”.



PS : Demandez à ce que je vous rappelle et posez-moi toutes vos questions (- 40 % sur la session téléphonique jusqu’à la fin des saints de glace).



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.