Quand la permaculture urbaine joue dans la cour des grands…

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Et si l’on prenait le temps de penser à l’avenir ? La permaculture urbaine et l’économie circulaire font-elles partie des solutions de demain ?

La permaculture urbaine c’est quoi pour vous ?

Est-ce que ça ressemble à un carré potager rehaussé avec du bois exotique ?

Et remplir ce carré potager avec une vingtaine de sacs de terreau industriel, est-ce que c’est étique ?

Moi, je ne crois pas.

A mon avis, on ne laissera pas un monde meilleur avec ce genre de carré potager recouvert de 2 cm de copeaux de Lin cultivé à l’autre bout du monde.

Et il y a un autre souci avec ça.

Combien de carrés de ce genre sont abandonnés dès la deuxième année ?

C’est un peu le même problème que ces magnifiques hôtels à insectes piqués sur des ronds-points semblables à celui de l’arc de triomphe !

Même si l’esthétique participe à notre bien-être, il ne faut pas oublier le plus important, l’éthique !


Il y a un principe qui est à la base de ma démarche (la permaculture urbaine).

Ce principe se résume en une simple phrase : « les déchets des uns sont les ressources des autres« .

C’est aussi l’un des principes de base de la permaculture vu par l’un de ses fondateurs : David Holmgren.


Regardez…,

la plupart des modes de production (de votre TV jusqu’à votre sac de terreau) ont un point en commun, ils sont linéaires.

On commence par faire entrer de la matière première dans la chaîne de production.

Ensuite, on assemble, on transforme, puis, on vend le produit final et on se débarrasse des déchets inutiles.

Dans quasiment 100% des industries c’est comme ça que ça marche.

En gros ça donne ça :
Matière première > transformation > déchet
Matière première > transformation > déchet
etc…


C’est quoi l’économie circulaire ?

Le principe de l’économie circulaire c’est de revaloriser le déchet.

C’est créer des modes de production non plus linéaire mais circulaire.

Pour reprendre l’exemple que j’ai pris un peu plus haut, l’économie circulaire ça ressemble à ça :
Matière première >transformation > déchet > transformation > déchet > etc….

Vous voyez ce que je veux dire ?

Tenez, prenez quelques minutes pour réfléchir à ce que pourrait devenir la chaîne de production de votre travail, de votre boulangerie ou de votre épicerie de quartier si elle devait s’adapter à l’économie circulaire et dites-le nous dans les commentaires 😉

Si mon explication n’est pas assez claire, on peut aussi en parler dans les commentaires ou lisez la suite 👇


Un exemple d’économie circulaire

S’il y a bien un déchet quotidien en commun dans la plupart des villes et villages du monde entier, c’est le marc de café.

On estime à 7 millions de tonnes de marc de café généré dans le monde chaque année !


Comme beaucoup de choses, le marc de café est considéré comme un déchet alors que c’est une ressource gratuite avec laquelle on peut fabriquer des vêtements anti-odeurs et anti-UV !


C’est aussi une mine d’or pour les champignons comestibles !

Et ça, Chido Govera, jeune zimbabwéenne l’a compris et a industrialisé le concept il y a déjà plus d’une dizaine d’années.

Pour faire simple, elle récupère le marc de café qu’elle mélange à d’autres « déchets » agricoles (épis de maïs, etc…).

Ensuite, elle met tous ces « déchets » dans des sacs dans lesquels elle fait pousser des champignons.

Les champignons comme le pleurote ou le shiitaké poussent 3 fois plus vite dans du marc de café !


Voici donc le parfait exemple d’économie circulaire où l’on revalorise un soi-disant « déchet ».

Et ce n’est pas tout !

Une fois que le substrat n’est plus assez fertile pour faire pousser les champignons, il est réutilisé comme engrais naturel.

Du coup, il retourne dans le cycle naturel et la boucle est bouclée !


L’économie circulaire c’est copier la nature

Encore une fois la nature est le parfait exemple (#biomimétisme).

Dans la nature il n’y a pas de déchets, tout est une histoire de partage, de cercle vertueux.

La feuille de l’arbre qui retourne à la terre pour de nouveau nourrir l’arbre n’est pas un déchet (alors qu’en ville on fait tout pour s’en débarrasser…).

Et le nectar des fleurs permet aux abeilles de faire grandir leur population et qui, à leur tour, permettent aux fleurs de se multiplier (par la pollinisation).

C’est ça l’économie circulaire !


L’économie circulaire et la permaculture urbaine sur votre terrasse de balcon

Vous n’êtes pas obligé de récupérer tout le marc de café de votre quartier pour faire pousser vos plantes ou des champignons (quoique je tenterais bien l’expérience un de ces quatre…).

En tout cas, ce qui a fonctionné pour moi c’est la culture en lasagne dans des pots de fleurs.

En mélangeant tous les déchets organiques qui sortent de ma cuisine (avec entre autres le marc de café), j’ai fait pousser de très beaux légumes sans utiliser un seul sac de terreau !

Et ça fonctionne toujours aussi bien !

permaculture-terrasse-balcon-systeme-autonome
Après 3 années de culture en lasagne, mon potager est toujours aussi beau et productif !

Bref, si ça vous dit de tenter l’expérience c’est par ici.

Merci.




Fabrice.

Pour recevoir des nouveaux articles chaque semaine et des conseils pour votre potager, inscrivez-vous juste en-dessous 👇



Il y a un tipeee si vous voulez me soutenir en échange de quelques graines.

Et si vous avez aimé cet article, pensez à le partager et à l’épingler sur votre Pinterest ! 👇


Et d’ici là, pensez « économie d’énergie » et faites-nous part de vos réflexions sur le sujet dans les commentaires !


Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.