Si j’avais eu cet outil d’organisation de semis avant…

par | 28-11-2021

J’aurais gagné du temps.


Beaucoup de temps.



Bon, ça y est les ami.es, le (vrai) froid s’installe.


(d’ailleurs, ces dernières semaines, on a eu le droit à un festival de couleurs automnales, c’était magnifique)


L’hiver est là et les semis de l’année touchent à leur fin.


Il est temps de faire le point sur ce qui a marché (et ce qui n’a pas marché).


Il est temps de revoir votre méthode d’organisation.


De faire quelques ajustements.


De faire en sorte d’échelonner au mieux vos semis de printemps pour ne pas que ça vous prenne autant de temps que l’année dernière.


Je ne vais pas vous cacher qu’au début où j’ai fait mes semis, il y a quelques années, j’étais très désorganisé (peut-être comme vous aujourd’hui).


Je me souviens avoir démarré l’aventure sur un coup de tête, avec une quinzaine de sachets de graines.



A l’époque, ma méthode d’organisation était archi-simple.


Elle était composée de 2 étapes.


Première étape : prendre les sachets, les mettre sur la table avec quelques godets et un peu de terreau.


Deuxième étape : lire le dos des sachets pour savoir quand semer quoi.


Puis, j’y allais au feeling.


Pas de notion de quantité.


Pas de réflexion sur le « timing » ou sur l’échelonnage de mes semis.


Tout au feeling et à la motivation du jour.


C’était marrant.


Mais, au bout d’un moment, c’est devenu une corvée plutôt qu’un plaisir.


Surtout pour les semis du mois de mars (la plupart des semis débutent à ce moment-là).


Comme moi, j’imagine que vous avez remarqué le cruel manque de précisions qu’il y a sur les sachets de graines.


En gros, c’est toujours la même information : « tu peux semer de mars à mai. Pour le reste, débrouille toi ».


Alors que dans la réalité, chaque plante à sa propre vitesse de développement et que vous devez bien prioriser vos semis si vous ne voulez pas louper votre potager…


Bref.


Pas facile de prendre du plaisir dans ces conditions.


Vous faites travailler votre tête, alors qu’à la base, vous vouliez juste planter quelques graines dans des godets de terre.



Et comment envisager d’acheter de nouvelles graines alors que vous n’arrivez même pas à vous en sortir avec une quinzaine de sachets ?



Puis, la vraie raison de faire ses propres semis, n’est-ce pas de viser l’autonomie en graines ?


De viser l’abondance ?


Qui dit faire ses propres semis, dit élever ses propres plants de légumes d’année en année.


Faire ses propres semis, c’est avoir des fruits et des légumes qui s’adaptent à votre terroir, votre climat et votre « doigté » de jardinier.e.


Non ?


En tout cas, apprendre à récolter ses propres semences, c’est l’unique chemin vers l’autonomie et l’abondance.


Et ça commence avec quelques sachets de graines et une bonne méthode d’organisation.



Personnellement, j’étais conscient de ça et c’est la raison pour laquelle je n’ai rien lâché.


Que j’ai concentré tous mes efforts sur « continuer à faire mes propres semis, coûte que coûte et risquer d’avoir peu de récoltes » plutôt que « d’acheter un maximum de plants en jardinerie et moins prendre de risques au niveau des récoltes ».


Je me suis donc tourné vers l’organisation.


J’ai testé de nombreuses méthodes comme la méthode GANTT, les calendriers et les agendas.


Et je me suis rendu compte que ce n’était pas très adapté.


Que c’était tout autant (voir plus) chronophage que le manque d’organisation.


Alors j’ai cherché encore plus loin.


Puis j’ai découvert plein de choses comme la méthode GTD et la méthode ZTD.


Et, au-delà des semis, j’ai complètement revu mon organisation personnelle.


Puis, au bout d’un moment, j’avais tellement mis le nez dedans que j’ai créé ma propre méthode d’organisation de semis basée sur une simple application de prise de note (que l’on retrouve et que l’on peut synchroniser du smartphone au PC).


Une méthode tellement simple qu’il suffit de quelques feuilles de papier pour l’adapter à l’écrit.



Ca fait maintenant quatre ans que j’utilise et améliore cette méthode.


Et je pense qu’elle est enfin arrivée à maturité.


Ca tourne super bien et je n’ai quasiment plus besoin de la modifier.


Grâce à cette méthode, je peux combiner des dizaines et des dizaines de sachets de graines différents sans que ça ne me prenne plus de temps au niveau de l’organisation.


Le jour de semis, je n’ai qu’à sortir ma grainothèque, suivre ma méthode et en seulement quelques minutes, je sais quoi semer, comment semer et en quelle quantité.


Quand je décide d’essayer des nouveaux légumes, je mets moins d’une minute à l’ajouter à mon « calendrier ».


Plus de prise de tête.


En fait, le grand avantage de cette méthode, c’est que je n’ai plus aucune décision à prendre.


J’ai juste à sortir mes sachets, suivre les étapes et en quelques minutes, je suis prêt à semer en masse.


C’est d’ailleurs grâce à ça que ces 3 dernières années, j’ai pu faire tous les semis de la terrasse et du jardin partagé en moins d’une heure par semaine.


Qu’en 2020, j’ai pu semer des centaines de laitues en plus lors de ma grande et légendaire bataille contre les limaces (que j’ai perdu et enfin gagné en 2021 grâce à la méthode miraculeuse du non-agir…).



Bref.


Semer est redevenu un plaisir.


Aujourd’hui, je me sens libre.


Libre de semer ce que je veux et dans la quantité que je veux.


Libre de recommencer à zéro.


Libre de me lancer dans le maraîchage (même si l’idée est loin de moi).


Libre d’ajouter autant de variété de légumes que je veux à ma méthode de semis.


Et libre de continuer à agrandir mon stock de graines.



Comme la méthode est prête, j’ai décidé de vous la partager.


Et le meilleur moyen de vous partager ça, c’est en tête-à-tête.


C’est la raison pour laquelle je lance un coaching entièrement dédié à ça.


Cette méthode, elle s’appelle « Le calendrier SEMIS automatique ».


Alors, laissez-moi vous expliquer rapidement comment ça va se passer.


C’est simple.


Je ne vous lâche pas temps que la méthode n’est pas fonctionnelle pour vous.


Quel que soit le format que vous choisirez (écrit ou numérique), je vous accompagne de A à Z dans l’installation de votre calendrier SEMIS automatique.


Alors juste une petite précision.


Ce n’est pas une méthode miracle.


C’est à vous de faire le travail.


Mon rôle, c’est de vous transmettre la méthode et ce sera à vous de remplir votre calendrier avec vos propres variétés légumes.


Car le grand avantage de cette méthode, c’est que d’année en année, vous allez pouvoir ajuster vos périodes de semis par rapport à votre contexte et vos résultats.


En gros, vous allez être autonome.


Comme le dit Confucius : « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson« .




Comment ça marche ?


On commence par un appel téléphonique.


Je vous dis quoi faire et comment mettre ça en place, pas à pas.


Je reste disponible par message pour répondre à vos questions.


Temps que ce n’est pas opérationnel, je reste joignable (par RDV téléphonique et par message).



J’ai vraiment envie de vous émanciper du travail laborieux que représente l’organisation des semis.


Et il est temps que vous passiez à la vitesse supérieure.



Bref.


Tout ça va me prendre du temps.


Et je ne vais pas pouvoir tous vous accompagner.


C’est la raison pour laquelle je limite le nombre de places disponibles à 5 personnes.


Si vous avez vraiment envie de mettre en place une méthode d’organisation de semis simple et efficace, vous savez ce qu’il vous reste à faire 👇


Pour vous inscrire, c’est par ici.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en jardinage urbain

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This