À propos        Articles         Podcast
Design de jardin         Ressources gratuites         Formations

Augmente-récoltes-jardin-permaculture-carte

Cet article est la retranscription d’un épisode de mon podcast. Si tu préfère la lecture, tu peux passer cet introduction. Pour une expérience plus authentique, je te conseille l’écoute direct de l’épisode. Tu trouveras le lecteur intégré juste en dessous. Bonne écoute !

Salut, j’espère que tu vas bien. Aujourd’hui, je vais te parler d’un outil essentiel pour tout jardinier en permaculture : la carte de ton jardin. Tu te demandes peut-être pourquoi tu devrais prendre le temps de dessiner une carte alors que tu préfères sûrement mettre les mains dans la terre, planter des arbres et profiter de ton espace vert. Eh bien, laisse-moi te dire que prendre un peu de recul pour visualiser ton jardin dans son ensemble peut faire des merveilles.

Pourquoi et comment faire la carte de ton jardin en permaculture ?

L’objectif de cet article est de t’expliquer comment réaliser une carte de ton jardin en permaculture et quels éléments prendre en compte pour maximiser tes rendements et créer un espace qui te ressemble vraiment. On va voir ensemble comment une bonne planification peut transformer ton jardin en un écosystème équilibré et productif.

Alors, prépare-toi à découvrir comment dessiner une carte de ton jardin peut t’aider à mieux comprendre les énergies qui circulent, à optimiser l’utilisation des ressources naturelles et à créer des synergies entre les différents éléments de ton jardin. C’est parti !


1. Pourquoi faire une carte de son jardin en permaculture ?

Alors, pourquoi se donner la peine de faire une carte de son jardin en permaculture ? Bonne question ! Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une carte peut vraiment faire la différence.

Une meilleure compréhension de ton jardin

Quand tu fais une carte de ton jardin, tu prends du recul et tu le vois dans son ensemble. C’est comme avoir une vue d’hélicoptère qui te permet de comprendre comment tout fonctionne ensemble. Imagine un peu ton jardin comme un réseau mycorhizien sous le sol, où les champignons, les racines et les micro-organismes travaillent en symbiose. De la même manière, une carte t’aide à voir les connexions et les flux d’énergie dans ton jardin.

Optimiser les ressources

Une bonne carte te permet d’optimiser l’utilisation de tes ressources. Par exemple, tu pourras mieux gérer l’eau en identifiant les zones humides et sèches, et ainsi arroser de manière plus efficace. Tu pourras également placer tes plantes en fonction de leur besoin en soleil ou en ombre, et ainsi maximiser leur croissance. En fait, c’est un peu comme utiliser une carte pour une randonnée : ça te montre les meilleures directions à prendre.

Améliorer les récoltes

En comprenant mieux ton jardin grâce à une carte, tu pourras augmenter tes récoltes. En effet, tu sauras exactement où placer tes plantes pour qu’elles reçoivent les bonnes quantités de lumière, d’eau et de nutriments. Comme le disait David Holmgren, cofondateur de la permaculture, l’objectif est de dépenser moins d’énergie pour produire de la nourriture que ce qu’on en retire.

Créer un jardin qui te correspond

Faire une carte de ton jardin te permet de le personnaliser à ton goût. Tu pourras créer des zones spécifiques pour différentes activités, comme un coin lecture sous un arbre, un potager bien exposé au soleil, ou encore un espace de compostage facile d’accès. En planifiant à l’avance, tu crées un jardin qui correspond à tes besoins et à tes envies.

Cartographier son jardin : qui a dit que c’était inutile ?

J’ai eu quelques discussions avec des personnes sur les réseaux sociaux qui pensent que le design en permaculture est inutile et que tout doit se faire à l’instinct. Bien sûr, l’instinct et la pratique sont importants, mais un peu de théorie ne fait pas de mal ! Mélanger théorie et pratique permet de mieux comprendre et de mieux agir. Alors, fais-toi plaisir et prends le temps de dessiner une carte de ton jardin. Tu verras, ça en vaut la peine !


2. Les énergies à prendre en compte

En permaculture, comprendre et gérer les énergies qui traversent ton jardin est essentiel pour créer un espace productif et équilibré. Ces énergies incluent l’eau, le vent, la lumière, la température, et bien d’autres encore. Voyons ensemble comment les identifier et les intégrer dans ta carte (un site où tu peux retrouver pas mal d’informations climatiques pour faire tes calques).

L’eau et l’humidité

L’eau est la ressource la plus précieuse dans ton jardin. Pour bien la gérer, il faut d’abord comprendre comment elle circule et où elle s’accumule. Voici quelques points à prendre en compte :

  • Zones humides et sèches : Identifie les zones de ton jardin qui retiennent l’eau après la pluie et celles qui sèchent rapidement. Cela te permettra de choisir les plantes adaptées à chaque zone.
  • Système de drainage : Si ton jardin a des problèmes de drainage, pense à des solutions comme les fossés, les tranchées ou les mares pour réguler l’eau.
  • Récupération d’eau : Installe des systèmes de récupération d’eau de pluie pour arroser ton jardin de manière durable.

Le vent

Le vent peut être à la fois un allié et un ennemi dans ton jardin. Il est important de connaître ses directions dominantes pour pouvoir protéger tes plantes et structures.

  • Identification des vents dominants : Note la direction des vents dominants sur ta carte. Cela t’aidera à placer des brise-vents comme des haies, des murs ou des treillis.
  • Protection contre les vents forts : Place les plantes les plus fragiles et les structures sensibles à l’abri des vents forts. Les haies peuvent aussi servir de refuge pour la faune.

La lumière et l’ombre

La lumière est cruciale pour la photosynthèse et la croissance des plantes. Analyser l’exposition de ton jardin à la lumière du soleil te permettra de mieux positionner tes végétaux.

  • Exposition au soleil : Observe comment le soleil se déplace dans ton jardin au fil des saisons. Note les zones qui reçoivent le plus de lumière et celles qui restent ombragées.
  • Zones d’ombre : Utilise les zones ombragées pour planter des végétaux qui préfèrent l’ombre, comme certaines herbes aromatiques ou légumes-feuilles.

Le chaud et le froid

Comprendre les microclimats de ton jardin peut te permettre de mieux protéger tes plantes des extrêmes de température.

  • Microclimats : Identifie les zones plus chaudes ou plus froides de ton jardin. Les murs, les clôtures et les structures peuvent créer des microclimats en retenant la chaleur ou en protégeant du vent.
  • Protection contre le gel : Utilise des paillis, des cloches ou des tunnels pour protéger les plantes sensibles au froid.

Exemple d’intégration des énergies dans la carte

Pour illustrer tout ça, prenons l’exemple d’un jardin typique :

  • Zone ensoleillée et venteuse : C’est parfait pour un potager. Plante des légumes qui aiment le soleil, mais installe un brise-vent pour les protéger.
  • Zone humide et ombragée : Idéale pour un coin avec des fougères ou des plantes aimant l’humidité par exemple, comme les hostas.
  • Zone froide et exposée : Plante des arbustes résistants au froid qui peuvent servir de barrière naturelle.

En prenant le temps de comprendre ces énergies et de les cartographier, tu vas pouvoir optimiser chaque coin de ton jardin. Le résultat ? Un espace où chaque plante est à sa place et où les récoltes sont abondantes.

02 - Utilise les micro-climats


3. Les déplacements et les cycles de fertilité

En permaculture, la gestion des déplacements et des cycles de fertilité est essentielle pour un jardin efficace et agréable. Prendre en compte ces aspects dans ta carte te permettra d’optimiser tes efforts et de tirer le meilleur parti de ton espace.

Les déplacements humains

Cartographier les déplacements humains dans ton jardin est crucial pour le rendre pratique et fonctionnel. Voici quelques éléments à considérer :

  • Chemins principaux et secondaires : Identifie les chemins que tu empruntes le plus souvent, comme ceux entre ta maison, ton potager et ton compost. Assure-toi qu’ils sont faciles d’accès et agréables à parcourir.
  • Zones de passage fréquent : Note les zones où tu passes souvent pour t’assurer qu’elles sont bien aménagées.
  • Accès aux ressources : Pense à la facilité d’accès aux ressources comme l’eau, le compost et les outils de jardinage. Un accès pratique réduira le temps et l’effort nécessaires pour les tâches quotidiennes.

La fertilité du sol

Le cycle de fertilité du sol est un aspect clé en permaculture. Bien comprendre et gérer ce cycle peut grandement améliorer la santé de ton jardin.

  • Cycle de la matière organique : La matière organique passe par plusieurs étapes, de la décomposition au compostage, avant de devenir un sol fertile. Cartographie ces étapes pour mieux les intégrer dans ton jardin.
  • Localisation du compost : Place ton composteur dans une zone facilement accessible depuis la cuisine et le jardin. Cela te permettra de recycler les déchets organiques sans effort et d’enrichir ton sol régulièrement.
  • Rotation des cultures : Pratique la rotation des cultures pour maintenir la fertilité du sol. Alterne les plantes de différentes familles pour éviter l’épuisement des nutriments et réduire les maladies.

Exemple d’intégration des déplacements et de la fertilité dans la carte

Prenons un exemple concret pour illustrer comment intégrer ces éléments dans ta carte :

  • Chemin de la maison au potager : Trace un chemin direct et stable depuis ta porte d’entrée jusqu’au potager, en veillant à ce qu’il soit praticable en toute saison.
  • Zone de compostage accessible : Place le composteur près de la cuisine, mais aussi à une distance raisonnable du potager pour faciliter le transport des matières compostées.
  • Zones de repos et d’observation : Crée des petits espaces de repos le long des chemins principaux, comme un banc sous un arbre, où tu peux observer et réfléchir à ton jardin.

Combiner déplacements et cycles de fertilité

Pour optimiser les deux aspects, voici quelques conseils pratiques :

  • Multifonctionnalité : Essaie de rendre chaque déplacement utile. Par exemple, emporte toujours un seau de déchets de cuisine au composteur en allant au potager.
  • Eléments mobiles : Utilise des éléments mobiles et facilement démontables que tu peux déplacer au besoin, surtout si tu envisages des changements dans l’aménagement de ton jardin.

En prenant en compte les déplacements humains et les cycles de fertilité, tu crées un jardin non seulement productif mais aussi agréable à vivre.


4. La biodiversité et l’émerveillement

La biodiversité et l’émerveillement sont des aspects souvent négligés mais essentiels pour créer un jardin en permaculture qui soit à la fois productif et inspirant. Intégrer ces éléments dans ta carte te permettra de développer un écosystème riche et un espace où il fait bon vivre.

La biodiversité

La biodiversité joue un rôle crucial dans la santé de ton jardin. En favorisant une grande diversité de plantes et d’animaux, tu crées un équilibre naturel qui réduit les maladies et les ravageurs, et améliore la fertilité du sol. Voici comment tu peux l’intégrer dans ta carte :

  • Diversité des plantes : Plante une grande variété de légumes, fruits, herbes et fleurs. Cela non seulement améliore la résilience de ton jardin mais attire également une gamme diversifiée d’insectes bénéfiques et de pollinisateurs.
  • Habitat pour la faune : Crée des habitats pour la faune locale, comme des haies, des tas de bois ou des points d’eau. Ces éléments offrent un abri et des ressources pour les oiseaux, les insectes et d’autres animaux.
  • Associations bénéfiques : Utilise des associations de plantes (guildes) qui s’entraident mutuellement. Par exemple, plante des fleurs qui attirent les insectes pollinisateurs à côté de tes légumes pour améliorer la pollinisation et les rendements.

L’émerveillement

L’émerveillement est une source de joie et de motivation dans ton jardin. Créer des zones d’émerveillement te permet de profiter pleinement de ton espace extérieur et de te reconnecter avec la nature.

  • Points focaux : Crée des points focaux qui attirent l’œil et incitent à la découverte, comme un bel arbre, une sculpture, ou une fontaine. Ces éléments ajoutent du caractère à ton jardin et stimulent l’intérêt.
  • Chemins sinueux : Utilise des chemins sinueux plutôt que des lignes droites. Ils encouragent l’exploration et la découverte, et créent un sentiment de mystère.
  • Plantes spectaculaires : Plante des végétaux aux couleurs vives, aux formes intéressantes ou aux parfums agréables. Les plantes comme les roses trémières, les clématites ou les lavandes ajoutent de la beauté et de l’attrait sensoriel.

Si tu veux aller plus loin sur ce sujet, c’est par ici.


5. Concevoir et positionner les éléments

Une fois que tu as bien compris les énergies qui traversent ton jardin et que tu as pris en compte les aspects de biodiversité et d’émerveillement, il est temps de passer à l’étape suivante : concevoir et positionner les différents éléments de ton jardin. Cette étape est cruciale pour créer un espace cohérent, fonctionnel et esthétique.

Choisir et positionner les végétaux

Le choix et le positionnement des végétaux doivent être faits avec soin pour maximiser leur croissance et leur production. Voici quelques conseils pour t’aider :

  • Utilisation des informations sur les énergies : En utilisant les données que tu as collectées sur les énergies (eau, vent, lumière, etc.), choisis les emplacements idéaux pour chaque type de plante. Par exemple, place les plantes qui nécessitent beaucoup de soleil dans les zones les plus ensoleillées de ton jardin.
  • Guildes et successions écologiques : Plante des guildes, c’est-à-dire des groupes de plantes qui se soutiennent mutuellement. Par exemple, associe les plantes fixes d’azote comme les haricots avec des plantes qui en ont besoin comme les tomates. Pense aussi aux successions écologiques : commence par des plantes pionnières qui préparent le sol pour les plantes suivantes.
  • Plantes vivaces et annuelles : Planifie des zones pour les plantes vivaces, qui reviendront chaque année, et des zones pour les annuelles, que tu devras replanter chaque saison. Cela te permet de mieux gérer l’espace et les ressources.

Agencer les structures et autres éléments

Outre les végétaux, ton jardin comprendra probablement plusieurs structures et éléments fixes. Leur positionnement doit également être bien pensé pour optimiser leur utilité et leur intégration dans l’ensemble.

  • Serres : Place les serres dans des zones bien exposées au soleil, mais protégées des vents forts. Une bonne exposition au sud est souvent idéale pour maximiser la chaleur et la lumière.
  • Composteurs : Installe les composteurs à proximité des zones de culture et de la cuisine pour faciliter l’accès. Un emplacement semi-ombragé est idéal pour éviter qu’ils ne se dessèchent trop vite.
  • Poulaillers et autres structures : Positionne les poulaillers de manière à ce qu’ils soient facilement accessibles pour l’entretien quotidien tout en offrant suffisamment d’espace et de sécurité pour les animaux.

Exemple d’intégration des végétaux et des structures dans la carte

Pour mieux comprendre comment intégrer ces éléments dans ta carte, prenons un exemple concret :

  • Potager ensoleillé : Crée un potager dans une zone bien exposée au soleil et abritée du vent. Plante des légumes gourmands en lumière comme les tomates et les courgettes.
  • Haie brise-vent : Plante une haie dense le long de la direction des vents dominants pour protéger les plantes plus fragiles.
  • Serre au sud : Installe une serre au sud de ton jardin pour maximiser l’exposition au soleil tout en la protégeant du vent par une haie ou un mur.
  • Zone de compostage : Place le composteur près de la cuisine et du potager pour un accès facile aux déchets de cuisine et aux matières compostées.

Conseils pratiques pour concevoir et positionner les éléments

Pour t’aider dans cette étape cruciale, voici quelques conseils pratiques :

  • Observer et noter : Passe du temps à observer ton jardin à différentes heures de la journée et à différentes saisons. Note les zones ensoleillées, ombragées, ventées, humides, etc.
  • Prioriser les besoins : Classe les éléments de ton jardin par ordre de priorité en fonction de tes besoins et de tes ressources disponibles. Par exemple, si tu cuisines souvent avec des herbes fraîches, place le jardin d’herbes près de la cuisine.
  • Expérimenter et ajuster : Ne crains pas d’expérimenter et d’ajuster ton design au fur et à mesure. La permaculture est un processus évolutif, et ton jardin changera avec le temps.

Conclusion

Ensemble, nous avons exploré comment une bonne planification et la prise en compte des énergies peuvent transformer ton espace vert en un écosystème équilibré et productif. Récapitulons les points essentiels que nous avons abordés.

Récapitulatif des points clés

  1. Pourquoi faire une carte de son jardin en permaculture ?
    • Une carte permet de mieux comprendre ton jardin dans son ensemble, d’optimiser l’utilisation des ressources et d’améliorer tes récoltes.
    • Elle aide à créer un jardin qui te correspond, en équilibrant théorie et pratique.
  2. Les énergies à prendre en compte
    • L’eau et l’humidité : Identifier les zones humides et sèches, gérer le drainage et récupérer l’eau de pluie.
    • Le vent : Protéger ton jardin des vents forts avec des brise-vents et des haies.
    • La lumière et l’ombre : Étudier l’exposition au soleil à différentes saisons pour positionner tes plantes au bon endroit.
    • Le chaud et le froid : Comprendre les microclimats de ton jardin pour protéger tes plantes des extrêmes de température.
  3. Les déplacements et les cycles de fertilité
    • Les déplacements humains : Cartographier les chemins et les zones de passage fréquent pour faciliter l’accès et l’entretien.
    • La fertilité du sol : Gérer le cycle de la matière organique et positionner le composteur de manière stratégique.
  4. La biodiversité et l’émerveillement
    • Biodiversité : Favoriser une grande diversité de plantes et d’animaux pour créer un écosystème résilient.
    • Émerveillement : Créer des zones d’émerveillement avec des points focaux, des chemins sinueux et des plantes spectaculaires.
  5. Concevoir et positionner les éléments
    • Choisir et positionner les végétaux : Utiliser les informations sur les énergies pour choisir les emplacements idéaux pour chaque type de plante.
    • Agencer les structures et autres éléments : Positionner les serres, composteurs et autres structures de manière à optimiser leur utilité.

Plus rien ne t’empêche de cartographier ton jardin !

Maintenant que tu as toutes ces informations, il est temps de passer à l’action. Prendre le temps de cartographier ton jardin et de planifier soigneusement peut sembler fastidieux au début, mais les bénéfices à long terme en valent largement la peine. Tu créeras un espace plus productif, plus résilient et plus en harmonie avec la nature.

Je t’encourage vivement à commencer dès aujourd’hui :

  • Observe : Passe du temps à observer ton jardin à différents moments de la journée et à différentes saisons.
  • Note : Prends des notes sur les énergies que tu observes (eau, vent, lumière, etc.).
  • Planifie : Dessine une carte de ton jardin en prenant en compte toutes les informations que tu as collectées.
  • Expérimente : N’aie pas peur d’expérimenter et d’ajuster ton design au fur et à mesure.

Si tu as besoin d’un coup de main pour faire ton design, n’hésite pas à faire appel à mes services.

Je te remercie d’avoir lu jusqu’ici et te souhaite une magnifique journée. À très bientôt pour un prochain épisode ou article ! Ciao !

Fabrice

🎁 Ebook gratuit pour démarrer votre jardin en 5 étapes + agenda nature et jardin potager offert :

Avec l'ebook, découvrez les 5 étapes pour démarrer votre jardin comestible, durable et autosuffisant en vous inspirant de la permaculture.

Avec l'agenda, recevez chaque mois un mail avec :
- 2 activités jardinage au potager
- 1 activité pour se reconnecter à la nature
- 6 fiches techniques et tutos permaculture (répartis sur l'année) pour bricoler au jardin
- La liste des activités jardinage au potager et des semis que je fais sur le mois en cours

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi par + de 13 000 personnes sur les réseaux sociaux !

fabrice-potager-minimaliste

Je suis Fabrice Maira.

Je m'appuie sur ma solide expérience de terrain et sur la permaculture pour concevoir des espaces naturels durables.

 

 

🌱 30 ans de jardinage dans les pattes

🐞 7 ans à pratiquer la permaculture en pots de fleurs

👨‍🌾 4 ans dans un jardin partagé dont je suis à l'origine

👨‍🎓 Formé à la conception et au design en permaculture par Damien Dekarz

Pin It on Pinterest

Share This