Cet automne, semez de l’avoine dans vos pots de fleurs


L’été touche bientôt à sa fin.


La beauté et la fraîcheur de vos plantes atteignent tout juste leur paroxysme.


Et il est temps de prévoir la suite.


La suite ?


Quelle suite ?



C’est simple.


Si vous n’avez pas déjà fait quelques semis pour cet hiver, votre potager va gentiment dépérir dans les mois qui arrivent…


Alors, si le cœur vous en dit, vous pouvez dores et déjà faire un peu de place et sortir quelques sachets de graines !


Salades, choux, navets, oignons, mâche, épinards, radis, etc…


Il vous reste encore une bonne fenêtre de tir pour agrémenter vos pots de fleurs : )


Et c’est aussi le bon moment pour semer quelques fèves et quelques engrais verts par exemple.





Mais bon.


Le but de ce mail n’est pas de vous donner LA liste de semis à faire en septembre pour votre potager de balcon..


..mais plutôt de vous transmettre une règle fondamentale : celle de ne jamais laisser un pot de fleurs vide de culture.



Vous savez l’importance que je porte sur le fait de cultiver sur sol vivant (même en pot).


Pour moi, la culture sur terreau de jardinerie est une vaste fumisterie.


Un éternel recommencement.


De l’obsolescence programmée.


Du consommable, un point c’est tout.


La « vraie » permaculture urbaine, c’est de la culture en lasagne.


Et, à l’inverse du terreau, la culture en lasagne c’est quasiment infini (même en pot de fleurs).


Pas besoin de repartir à zéro chaque année.


Pas besoin de formule magique à base de NPK.


Il suffit juste de bien entretenir le truc avec du compostage de surface, de l’apport d’azote, de potassium, de phosphore, etc..



Mais il n’y a pas que ça.


Certes, pour rester vivant le sol à besoin d’être nourri, mais aussi d’être structuré.


C’est la raison pour laquelle vous devez respecter la règle fondamentale du « Ne jamais laisser un pot de fleurs vide de culture« .


C’est la base.


Un pot de fleurs vide, c’est un pot de fleurs mort.


N’oubliez jamais ça.


Eté comme hiver, il doit y avoir des plantes qui poussent.


Au pire des cas, laissez pousser les mauvaises herbes.


Et au mieux, faites y pousser des plantes que vous aurez choisi.



Un exemple.


Imaginons que vous décidiez de laisser un de vos pots de fleurs « en jachère » pour cet hiver.


Du coup, vous enlevez toutes les herbes et ajoutez un bon paillage.


Ensuite, vous le laissez là où il se trouve, sans trop réfléchir, lui et sa soucoupe.


Ca peut paraître sain comme démarche.


Vous vous dîtes que vous ne gaspillez pas d’éléments nutritifs au moins.


Mais en fait, c’est tout le contraire !


Ce qui va se passer, c’est qu’il va peut-être se prendre toutes les pluies sur la figure (ou pire, il va sécher dans un coin abrité).


Que tous les éléments lessivables vont être lessivés.


Que la terre va d’une se tasser, et de deux stagner dans l’eau plusieurs semaines voir plusieurs mois !


Et tout ça, ce n’est vraiment pas bon pour votre sol.


Une eau qui stagne, c’est du tassement, de la putréfaction, des parasites et j’en passe.


Et ça ne donne jamais rien de bon pour le printemps suivant…



Vous devez garder votre sol sain.


Le restructurer.


Le purifier.


Et faire en sorte qu’il soit plein de nutriments pour bien démarrer la prochaine saison.



Et pour ça, il n’y a pas 36 milles solutions.


Il faut continuer à le cultiver.


Alors si vous n’avez pas assez de motivation pour continuer le potager cet hiver, il vous reste les engrais verts.


C’est simple et rapide à mettre en place.


Et voici ce que je vous conseille pour ce qui est de la culture d’engrais verts en pots de fleurs…



Pour moi, la base c’est l’avoine.


Déjà, c’est une plante de la famille des poacées.


Et comme vous devez le savoir, s’il n’y avait qu’une seule règle à respecter en terme de rotation des cultures, ce serait les rotations de familles.


Pour faire simple, ça consiste à faire que les plantes de la même famille ne soient jamais cultivées 2 années de suite dans le même pot de fleurs.


(ce qui n’est pas facile quand on a qu’une dizaine de pots de fleurs)


Pourquoi jamais 2 années de suite ?


Parce que les plantes de la même famille ont généralement les mêmes points faibles en terme de maladies, parasites et ravageurs.


Et si l’un de ces parasites ou l’une de ces maladies s’installent, il y a de fortes chances pour que ça perdure dans le temps… (à moins de faire une rupture de famille entre 2 cultures…).



Bref.


Pour moi, l’avoine est l’une des pistes de réflexion pour contourner ce problème.


Faisant partie de la famille des Poacées, l’avoine se démarque de vos plantes potagères.


Si vous vous intéressez un minimum aux familles des plantes que vous cultivez, vous vous rendrez vite compte qu’aucune d’entre-elles ne font partie de cette famille (aucune ou presque).


Ce qui est un avantage non-négligeable (surtout si vous laissez pousser l’avoine jusqu’aux saints de glace ou +).



Bref.


Mais il n’y a pas que ça comme avantage.


L’avoine a des racines riches en microflore.


Une microflore qui a une action purificatrice sur votre sol.


C’est-à-dire qu’elle est composée de petites bactéries qui nettoient des parasites, des champignons nocifs et autres bizarreries.


En plus de ça, c’est la puissance de son système racinaire riche en nutriments que je kiffe.


En fait, si vous la semez à l’automne, ses grosses touffes de racines vont prendre une grande place dans le pot.


Ce qui va décompacter et aérer votre sol et libérer des nutriments lorsqu’il se décomposera après la coupe.


En plus de ça, l’eau ne stagne presque pas, car l’avoine est toujours en train de puiser.


Et pas de soucis si vos pots ne sont pas soumis à l’eau de pluie.


L’avoine est une plante qui s’adapte à tous les climats (dont la sécheresse) et aussi à tout type de sol (mais n’oubliez pas d’arroser de temps en temps).



Bref.


L’avoine, c’est la céréale de base pour garder vos pots de fleurs en vie sans fournir d’efforts.


Après, je vous conseille aussi d’ajouter un engrais vert.


Comme la phacélie, la moutarde ou la vesce.


Ce sont des plantes qui produisent une énorme quantité de biomasse.


Et, contrairement à l’avoine, ce sont des plantes mellifère pour le bonheur des abeilles printanières.



Bref.


Vous l’aurez compris.


C’est soit vous continuez à semer des plantes potagères pour cet hiver, soit vous sortez l’avoine et les engrais verts une bonne fois pour toutes.



Voilà tout pour aujourd’hui.



Si vous n’étiez pas au courant, il y a maintenant une catégorie « kit de graines » sur le site.


Et j’y ai ajouté le kit hivernage.


C’est un kit de graines spécial hivernage de pot de fleurs à semer en automne/hiver.


Et il est bien entendu à base d’avoine (avec une petite surprise pour le printemps ; ) ).



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je suis Fabrice et j'aide les gens à renaturaliser leur environnement

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine 2 cours sur la permaculture

Pin It on Pinterest

Share This