Cultiver des légumes bio en ville

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Les opportunités de cultiver des fruits et des légumes bio en ville se multiplient. L’agriculture urbaine est en plein essor et les balcons verdissent !

Trouver une parcelle de terre en ville n’est pas une chose facile. Les jardins ouvriers, les jardins loués par la mairie ou par des particuliers sont bien souvent déjà occupés et en trouver un près de chez soi c’est mission impossible.

Mais, de nos jours, il devient de plus en plus fréquent de voir émerger des regroupements citoyens (via des associations comme par exemple les incroyables comestibles) qui se réapproprient l’espace public et plus particulièrement les espaces verts.

Gardez l’œil ouvert, les jardins publics et les massifs de fleurs cachent parfois quelques belles surprises !


Bien évidement, si vous avez votre propre balcon, une terrasse, une cour ou même un rebord de fenêtre, cela devient encore plus intéressent !
Passionné de nature, vous avez surement déjà quelques pots de fleurs alors n’hésitez pas, lancez votre potager urbain à domicile !


Un potager urbain pour devenir autonome en légumes ?

Mettons tout de suite les choses au clair. Si vous souhaitez atteindre l’autonomie en légumes avec un potager urbain, cela risque d’être un peu difficile.

A moins d’avoir trouvé une parcelle assez grande et pas très loin de chez vous ou si vous avez accès à une grande terrasse (un toit par exemple), vous aurez du mal à atteindre l’autosuffisance.

Mais bon, rien est impossible ! En combinant plusieurs espaces de culture (chez vous, chez les amis, la famille, les jardins partagés, etc…) c’est surement faisable mais il faut avoir le temps.
Je vous partagerais quelques astuces pour trouver plus rapidement un bout de terrain, près de chez vous, à la fin de cette article.


Par quoi commencer ?

Voyez le côté pratique car l’entretien d’un potager demande une attention régulière.
C’est avant tout un lieu de détente où vous pourrez faire vos petites expériences, bricoler et observer la nature !
Donc, le plus évident pour commencer est de trouver un espace, aussi petit soit-il, au plus près de votre lieu de vie.

Un des principes de la permaculture n’est-il pas de mettre l’humain au centre ?


Faire de la permaculture urbaine sur un balcon, une terrasse ?

Oui pourquoi pas, il est tout à fait possible de faire de la permaculture sur un balcon !

Je ne vous conseille pas d’installer directement un poulailler, une serre et une éolienne ! Pas la peine d’aller si vite et si loin ! Personnellement j’ai commencé avec seulement quelques pots et c’est amplement suffisant !


En quelques mots

  • Faites vos petites expériences, voyez ce qui fonctionne le mieux et renouvelez-le, simplifiez-le !
  • Prenez le temps de connaître votre espace de culture et amusez-vous à imaginer ce que VOUS aimeriez y ajouter !
  • Laissez faire la nature, pas la peine non plus de tout mettre en place dès la première saison !

Pourquoi ne pas vous occuper d’un premier pot, puis d’en ajouter un autre, puis un autre et encore un autre… Vous avez de mars à octobre pour vous éclater et faire vos expériences !


Partir de rien sur sa terrasse de balcon c’est possible !

Une jardinière ou un simple pot de fleur sur un balcon ou un rebord de fenêtre vous permet déjà de vous lancer dans cette aventure.
Personnellement j’ai toujours eu quelques pots à entretenir, mais lorsque j’ai commencé à remplacer les fleurs par des tomates cerises, mon regard à totalement changé.
Je me suis surpris à observer mes plantes évoluer beaucoup plus souvent et à apprécier les odeurs et le plaisir de récolter ses propres fruits, ce n’est pas comparable !


Changer vos habitudes !

Je continuais tout de même à gratter la surface de la terre (on dit aussi biner) pour qu’elle soit bien aérée afin de faciliter l’arrosage et d’empêcher la pousse des « mauvaises herbes ».
Mais c’est une opération ennuyante à répéter presque chaque semaine !

Un binage vaut deux arrosages mais croyez le ou pas, un paillage vaut trois binage !


Tout à vraiment pris un sens quand j’ai commencé à me servir de l’herbe que j’arrachais (et qui finissait à la poubelle la plupart du temps) pour pailler mes pots.
En faite, on retire toute ces « mauvaises herbes » de son pot afin qu’il soit esthétiquement propre et que notre plante ne soit pas « concurrencée »

Lorsque j’ai apporté un paillage et que j’ai laissé l’herbe pousser, je suis passé de jardinier conventionnel à observateur de la vie !

Mauvaises herbes

 
Comment trouver une parcelle quand on habite en ville ?

Bon, une fois que vous avez votre petit laboratoire près de chez vous, effectivement rien ne vous empêche de trouver un jardin partagé !
Cela vous permettra de trouver des personnes dans le même état d’esprit que vous.

Vous pourrez apprendre des plus expérimentés, faire des échanges de graines, de plants ou de matière première comme du paillage par exemple !


En utilisant le bouche à oreille, vous pourrez peut-être trouver un petit potager dans votre quartier.
Mettez une petite annonce à la boulangerie, à l’épicerie ou sur votre profil facebook !

Regardez aussi les événements autour de chez vous comme les 48 heures de l’agriculture urbaine où vous trouverez des personnes qui recherchent elles aussi une parcelle à cultiver.

 

Ce 21 & 22 avril se déroulera les 48h de l’agriculture urbaine dans plus d’une vingtaine de villes : Paris – Lyon – Lille – Albi – Strasbourg – Saint-Etienne – Tournai – Toulouse – Nice – Nantes – Marseille – Montpellier – Grenoble – Brive-la-Gaillarde – Bordeaux – Martigues – Pornic – Villeneuve d’Ascq – Thouars… Check le site officiel du mouvement pour voir ce qu’il y a de prévu près de chez toi ce weekend ! => http://www.les48h.fr #les48hdelagricultureurbaine #agricultureurbaine #permacultureurbaine #urbangarden #natureenville #potagerbalcon #potagerterrasse #permaculturebalcon #potagerenpots #jardindebalcon #biodiversité

Une publication partagée par La permaculture sur terrasse 🥗 (@le_potager_minimaliste) le


  •  
  •  
  •