La permaculture c’est l’art de se mettre au pied du mur


Quand j’ai découvert la permaculture j’ai cru que c’était une recette miracle..


..je pensais aussi qu’il y avait une seule et unique solution à chaque problème..


..et que chaque plante avait sa place au potager, comme sur un échiquier.



Alors, j’ai cherché à comprendre la méthode ultime d’échec et mat et, au fil des ans, j’ai construit le parfait jardin en permaculture (dans ma tête).


Puis, je suis passé au réel.


Et, certains d’entre vous ont pu suivre mon aventure sur le blog..


..et aujourd’hui dans les mails.


Les premiers pots en lasagnes..


..les premières récoltes..


..les premiers ratés..


..le jardin partagé..


..le “road trip to the C.C.P”..


..etc…



Finalement, après toutes ces années, j’ai compris qu’il n’y avait pas de méthode miracle.


Chaque jardin un unique pour 2 raisons : il est à l’image du jardinier et du contexte dans lequel il jardine (terrasse, terrain en friche, rebord de fenêtre, etc…).


Si aujourd’hui j’ai de la bourrache au jardin partagé c’est parce que j’essaie de voir si, comme le disent certaines personnes, c’est un répulsif à limace.


Si aujourd’hui j’ai un petit tas de cailloux au milieu du jardin c’est parce que j’ai constaté que le lézard nettoie le jardin de certains prédateurs (chenilles, limaces, etc…) et que j’en ai plein autour de chez moi (des lézards).


Si l’année dernière j’ai planté de la luzerne et qu’elle s’étale au jardin c’est parce que d’après Gérard Ducerf (un spécialiste des plantes bio-indicatrices), la luzerne joue le même rôle que le chardon.
C’est-à-dire qu’ils sont tous les deux là pour débloquer le phosphore dans le sol (j’aurais très bien pu laisser faire le chardon mais la voisine déteste cette plante… sacré contexte cette voisine !)


Si aujourd’hui j’ai une serre sur la terrasse c’est parce que dès le départ je me suis fixé l’objectif de tout cultiver de la graine à l’assiette (et que je vise la qualité et la résilience).


Si cette année j’ai planté une vigne sur la terrasse c’est parce que j’ai 2 bacs de fleurs qui retiennent très mal l’humidité et que j’ai besoin d’ombre sur la terrasse.


Si aujourd’hui j’ai des abris pour abeilles sauvages c’est parce que l’année dernière j’ai planté des courgettes et que, pour faire des fruits, elle a besoin d’être pollinisé par les insectes…




Aujourd’hui, peut-être que vous n’avez pas envie de passer par la case “jardinerie” et assécher les tourbières en achetant du terreau pour remplir vos pots de fleurs ..?
C’est une bonne raison pour faire des lasagnes ou au moins de regarder les étiquettes des sacs de terreau…


Peut-être que vous souhaitez jardiner et préserver des variétés de fruits et légumes anciens ?
C’est une bonne raison pour trouver des graines reproductibles ou des plants issus de graines reproductibles chez des horticulteurs qui portent ces mêmes valeurs…


Peut-être que vous aimeriez connaître toutes les meilleures associations de plantes.
Ce qui est une bonne raison pour planter plein de variétés en gros mélange et observer ce qui se passe…



Vous voulez faire de la permaculture ?


Plantez et observez..


..le reste viendra après.



Chaque jardin en permaculture est unique.


A vous de construire le vôtre.


Et n’oubliez pas que c’est au pied du mur que l’on trouve les meilleures idées.



PS : le tipeee.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.