La nature reprend ses droits !


Petit rappel, c’est le dernier jour pour bénéficier de l’offre de lancement du groupe Discord.



Est-ce que vous avez remarqué que la nature reprend ses droits en cette période confinement ?
Question bête...


Si vous n’étiez pas au courant, le nuage de pollution au-dessus de la Chine s’estompe, les eaux de Venise redeviennent limpides, en ville les oiseaux chantent plus souvent et les animaux réinvestissent l’espace.


Et oui, la nature a fait beaucoup de bruit cette semaine sur le net 🙂


Ce qui m’a bien fait rire à Paris c’est ce couple de canards qui a fêté la Saint Valentin avec quelques semaines de retard.


Finalement, le confinement tombe à pic (avec tout mon respect pour les personnes qui souffrent).


C’est la grande période de reproduction, de nichage et d’exploration du territoire… la nature se réveille quoi !



Bref, dans ce mail je voulais vous faire passer un message d’espoir et vous donner la force de continuer ce confinement.


Regardez le bon côté des choses.


Toutes ces belles choses nous montrent que rien n’est perdu.


La nature est encore plus résiliente qu’on ne le pensait et en très peu de temps elle est capable de renverser la tendance.


Tout n’est pas « foutu ».



Je sais que cette période de confinement est relativement difficile.


Moi-même je viens de vivre une semaine particulièrement « longue »..


Mais toutes ces choses me redonnent force et espoir pour continuer le confinement.


En restant chez moi je laisse la nature vivre pleinement son printemps 2020 et j’en profite pour observer, écouter, ressentir..


En plus nous avons énormément de chance, la météo est superbe !
C’est parfait pour jardiner



Et je me disais un autre truc..


.. et si ce confinement faisait partie de la solution ?


..et si on se confinait chaque année, 2 semaines, à la sortie de l’hiver histoire de prendre du temps à la maison avec nos proches ou seul pour faire le point et se retrouver ?


Loin du brouhaha quotidien.


Loin du métro, boulot, dodo.


Ouais.


Confiné tous en même temps !



Ce serait une opportunité pour nous recentrer sur ce qui compte vraiment et ça mettrait la nature au repos.


Une sorte de jeûne qui lui permettrait de se régénérer…


À méditer non ?



Bien évidemment, certaines choses risquent de poser problème pour le déconfinement.


Des oiseaux qui nichent un peu n’importe où.


Des animaux qui font un peu de casse à droite à gauche..


Mais j’ai confiance en la nature bienveillante de l’être humain et j’imagine que tout se passera bien.


Bref, je vous souhaite plein de bonnes choses et j’ai hâte de voir ce que la nature nous aura laissé comme surprise à Pâques 😀🤞



Et si vous êtes définitivement déterminé à lancer votre potager en permaculture, rendez-vous sur le discord 😉



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Est-ce possible de faire de la permaculture seul.e ?


Juste un petit message à passer par rapport au Discord. Vous avez été 6 personnes à vous inscrire et pour le moment je ne vous ai toujours pas envoyé le lien d’accès. Pas d’inquiétudes, j’y travaille. Toutes les infos arrivent bientôt dans votre boîte mail (et si vous ne vous êtes pas encore inscrit.es, c’est par ici) 😉



Ca va bientôt faire une année que j’ai « foiré » le lancement du jardin partagé pour cause de « PFH » (Putain de Facteur Humain).


Tout l’enjeu de ce mail c’est de transformer ensemble ce « Putain de Facteur Humain » en « Précieux Facteur Humain »…


Mais avant tout, laissez-moi vous transmettre la plus grande leçon que j’ai pu tirer de cet échec.



On peut partager les mêmes valeurs mais c’est la manière de les appliquer qui compte vraiment.

Si si c’est important, méditez là-dessus ☝️



Dans ce jardin partagé, j’avais réussi à regrouper une petite dizaine de personnes autour de l’amour de la nature, du jardinage et du partage pour cultiver ses propres légumes.


Le truc c’est qu’aucun d’entre nous n’avions la même manière de l’appliquer.


Par exemple, mon truc a moi c’est de laisser la nature s’installer dans le jardin et, petit à petit, j’essaie de trouver des moyens d’y insérer quelques plantes potagères.


Je m’en foutais de faire un max de culture dès la première année !


J’aime laisser la nature travailler à ma place.


Elle rend le lieu résilient et beaucoup plus agréable.


J’observe et j’utilise des outils de permaculture.


Je fais en sorte de créer des systèmes autonomes et productifs (pour l’humain mais aussi pour les autres..).


Ca, c’est ma vision.


C’est ma manière d’appliquer les valeurs citées un peu plus haut.



Pour d’autres, ça n’a complètement rien à voir !


Leur façons de jardiner est beaucoup plus imposante, conventionnelle et archaïque j’ai envie de dire.


Il faut travailler durement la terre.


Arracher les mauvaises herbes jusqu’aux moindres recoins.


Lutter contre les insectes ravageurs jusqu’aux derniers.


Utiliser des variétés de plantes ultras productives et résistantes aux maladies (au détriment de pouvoir récupérer les graines d’année en année).


Bref.



Le problème il est là.


On veut lancer un projet ultra respectueux pour l’environnement et on se rend compte que dans son quartier, sa ville ou son village (parfois même dans sa famille), personne ne partage les mêmes valeurs (ou du moins comme je le disais, personne ne les applique de la même façon).


Bien entendu, parfois ça marche.


Et, bien heureusement, les exemples ce n’est pas ce qui manque !


Mais, la plupart du temps, ce sont des projets où les gens sont très investis et c’est souvent à la campagne (au milieu de nulle part) que ça réussit le mieux.


Ce n’est pas une critique, c’est un fait.
C’est beaucoup plus simple de respecter la nature quand on y est immergé que lorsque l’on est entouré de béton



Le truc, si vous êtes comme moi, c’est que vous n’avez pas forcément envie de tout quitter pour lancer un projet de permaculture en communauté au beau milieu de la forêt.


Votre truc c’est certainement de faire votre petit jardin en permaculture tranquille sur votre terrasse ou votre petit bout de terrain sans trop vous éloigner de la civilisation..


En tout cas c’est certainement le cas si vous me lisez régulièrement ☺



Bref, la mauvaise nouvelle c’est qu’en ville, ce genre de projets communautaires où l’on jardine avec du bon sens ça fonctionne qu’à une seule condition, qu’il y est une grande crise !


Après la crise de 2008, à Détroit aux Etats-Unis, les gens ont commencé à coopérer et à faire des jardins parce qu’ils n’avaient pas le choix.


C’était soit ça, soit ils crevaient de faim.


C’est pour ça qu’ils ont bricolé quelques serres avec les moyens du bord.


C’est pour ça qu’ils ont jardiné les trottoirs et les ronds-points.


En 2011, au Japon, les gens ont commencé à quitter la ville pour faire des communautés en s’inspirant de la permaculture parce que la catastrophe de Fukushima leur a fait un électrochoc.


C’est pour ça qu’il y a un grand déploiement de la permaculture au Japon ces dernières années.


Bref.



Mais la permaculture ce n’est pas uniquement créer un écovillage dans le Morbian ou un écoquartier suite à une crise financière.


La permaculture ça peut aussi être une démarche personnelle et « hors crise ».


D’ailleurs la permaculture c’est d’abord une prise de conscience.


C’est un cheminement qui part de soi.


C’est ce que j’ai décidé de faire avec la terrasse il y a quelques années et ça a changé ma vie.


Puis, j’ai voulu le partager avec les autres alors j’ai créé le blog du potager minimaliste et j’ai inspiré pas mal de monde à faire de même..


Ensuite, j’ai voulu revenir à quelque chose de plus local, alors j’ai lancé un jardin partagé dans mon village.


Ca a foiré et aujourd’hui je me retrouve seul avec une association qui compte zéro membre.


Mais tant pis, je continue.


Qui sait, un jour ce jardin deviendra un lieu magique pour les enfants de l’école…



En tout cas, je fais les choses uniquement par plaisir et qui m’aime me suive.


La seule chose que je sais, c’est que je ne veux plus convaincre les gens ou partir à la recherche de « convaincus ».


La seule chose qui compte pour moi maintenant, c’est d’avancer !


Le monde va peut-être vivre une nouvelle grande crise et il est temps d’aller de l’avant.


Alors j’avance.


Je teste des trucs.


Si ça marche, tant mieux.


Si ça foire, tant pis, j’essaie d’en tirer une leçon et ce sera toujours un apprentissage de plus.



Le meilleur moyen d’apprendre c’est de se tromper.


Et le meilleur moyen de réussir c’est de se tromper suffisamment de fois pour y arriver.



Hier soir, je lisais un livre de Krishnamurti et il y a un passage qui a raisonné en moi.


Ce passage c’est celui-ci :
« Le désir est toujours dans le futur.. le désir de devenir est inaction dans le présent ».


C’est tellement vrai !


Alors qu’est ce qu’on attend pour agir à notre échelle ?


Non ?



Avant de terminer, je vous rappelle que l’offre de lancement du Discord se termine dimanche à minuit.


Pour vous inscrire, c’est par ici.



La magie du groupe c’est que vous pouvez lancer votre petit projet en solo tout en ayant un entourage avec qui partager votre aventure.


Chaque membre partage ses réussites et ses échecs.


Juste le fait d’avoir un retour constructif sur ce que vous faites, c’est le meilleur moyen de vous surpasser !


Cette fois c’est à vous de jouer !


Par ici pour vous inscrire 😉



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Qu’attendez-vous pour arrêter de faire du jardiland ?


Depuis le début du confinement, je sais que vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir jardiner un petit coin de verdure sur votre terrasse de balcon (ou votre petit terrain).
Et dans ce mail, j’ai quelque chose qui devrait vous intéresser 😉


C’est normal en même temps, c’est bientôt le mois d’avril et la nature n’est pas en confinement !


Mais si vous n’avez pas prévu le coup, la plupart de vos pots de fleurs sont vides de terreau ou remplit de terreau vide de vie.


Et trouver des plantes, des graines, des godets, du terreau et du paillage sans bouger de chez soi, c’est compliqué en ce moment.


Il va falloir faire avec ce que vous avez ! #sytemeD


Déjà, si vous n’avez pas de graines, je vous conseille d’aller vers le site de kokopelli qui, visiblement, continue à expédier (la graine c’est la base).
Par contre, je vous invite à ne pas trop tarder, les délais de livraison s’allongent à vue d’œil…



Je vous avoue que ça va être compliqué de donner des conseils « universels ».


Chaque cas est unique (surtout dans le contexte actuel).


Sur mon site il y a une centaine d’articles où vous trouverez déjà pas mal de tutos, d’astuces et autres ressources pleines de « bon sens » pour jardiner sans passer votre temps dans les jardineries.



Pas mal d’entre vous aimerait composter ou faire une culture en lasagne dans un bac de fleurs.


Je sais aussi que ça vous fait peur.


Peur que ça sente mauvais, qu’il y est des asticots de partout sur votre balcon ou qu’un dragon (ou une chauve-souris) vienne grignoter votre mélange…


Vous ne savez pas quoi mettre et quoi ne pas mettre dans votre mélange.


Parfois vous n’osez même pas mettre ne serait-ce qu’une couche de paillage sur vos pots de fleurs, alors ce n’est même pas la peine d’imaginer déposer une simple peau de banane !



Pourtant, ça fait plus de 2 ans que je vous montre que c’est possible sur le blog et sur les réseaux sociaux.


Comme je vous le disais, sur le blog il y a une centaine d’articles (97 exactement).


Sur les réseaux sociaux il y a des centaines et des centaines de publications (297 rien que sur instagram), tutos, photos, vidéos, etc..
Je vous laisser farfouiller 😉


Malgré tout ça, il y a encore des gens qui viennent me voir et qui n’osent pas passer le cap.


Pourtant, il n’y a pas eu de meilleur moment qu’aujourd’hui pour passer à l’action.


Vous êtes confiné 24h sur 24 à la maison.


Vous pouvez garder l’œil sur vos bizarreries de culture en lasagne toute la journée ! (Et les enfants adorent ça).


Vous n’avez rien à perdre.


Et comme je l’ai souvent répété, recycler vos déchets de matières organiques c’est diminuer vos ordures de 30% (pour le plaisir de ceux qui ramassent les poubelles..).


Et au pire, si ça foire, qu’est-ce que vous perdez ?


Rien !


Vous mettez tout dans un sac-poubelle et terminé.


Au moins vous aurez essayé.



Comme on dit : arrêtez de tourner autour du pot ! 😉


Faites-le !


Vous ne serez pas le ou la première à essayer.


Je connais plein de personnes qui se sont mises à la culture en lasagne en pot de fleurs et toutes ont réussi à faire pousser quelque chose (même sans vers de terre !).



De toute façon, nous devons changer.


Ce virus est là pour élever nos consciences.


L’humain est sur le point de comprendre qu’il ne peut plus vivre « hors-sol ».


Nous devons réintégrer la nature en ville.


Nous devons consommer intelligent.


Diminuer nos déchets (et les recycler).


Penser local.


Chacun doit faire sa part (comme le colibri).


C’est la seule façon de sortir la tête de l’eau (pour être poli).


Berf.



Si vous avez envie de changer drastiquement la manière de cultiver les pots de fleurs et les jardinières de votre balcon (ou votre jardin potager), j’ai mis à votre disposition un groupe d’entraide sur « Discord » (spécial confinement).


Attention, ce groupe est uniquement pour celles et ceux qui font de la « permaculture au jardin » et/ou de la « permaculture en pot de fleurs ».
Ce n’est pas pour faire du « jardiland » ou du « gamme vert land »…


Si vous rêvez de vous lancer avec 2 bouts de ficelle, une peau de banane, un morceau de carton, un peu de scotch et une philosophie basée sur la permaculture, c’est parfait !


Si votre truc c’est le sulfatage de mauvaises herbes et de mauvais insectes, le lien de désinscription se trouve en bas à droite de ce mail.


La permaculture c’est difficile.


C’est tout remettre en question (vous y compris).


Bref, revenons en au groupe discord.



Lorsque vous rejoigniez le groupe, vous avez un « salon de discussion » spécialement dédié à votre projet.


Vous pouvez y poster des vidéos et des photos de votre terrasse ou de votre jardin (ou simplement faire de l’écrit, c’est vous qui voyez).


Chaque membre peut intervenir dans votre salon de discussion pour répondre à vos questions, faire des commentaires et vous donner des conseils.


Vous pouvez vous aussi intervenir dans le salon des autres et je suis bien évidemment présent sur le groupe 😉


Imaginez simplement l’intérêt d’avoir un historique de votre projet au jour le jour…



On peut aussi organiser des discussions en audio ou même des vidéoconférences.


Le but c’est de partager votre aventure et de vous inspirer de l’aventure des autres.



Avec ce groupe, on peut transformer ce confinement en opportunité.


Je sais que c’est une période difficile.


Moi-même je suis confiné seul dans mon appartement (et pas en super forme..), mais comme vous pouvez le voir, je continue d’envoyer des mails, écrire des articles de blog et jardiner la terrasse.


Ca fait quelques semaines que j’ai cette idée de lancer une sorte de groupe d’entraide et c’est le meilleur moment pour le faire !



« Seul on va vite, ensemble on va plus loin »
Proverbe africain



Si vous souhaitez vous inscrire au groupe, il faut vous créer un compte discord (c’est simple et je vous enverrai un mini-tuto par mail si vous n’êtes pas très doué en informatique).


Discord est disponible sur PC, Mac, Android et Iphone (en gros sur ordinateur et téléphone).


Il y a une offre de lancement et elle est valable seulement une semaine.



Encore une fois, ce groupe est là pour vous aider à vous lancer en cette période difficile.


Il n’y aura pas de technique de jardinage anti-limaces.


Pas de sulfatage de pucerons.


C’est un groupe pour donner vie à votre terrasse de balcon ou votre jardin au rythme de la nature.


Pour recycler vos déchets de cuisine dans votre potager quel que soit l’endroit où vous vivez.


Pour faire une lasagne avec trois francs six sous dans votre jardin ou votre balcon.


C’est un groupe d’entraide pour celles et ceux qui souhaitent retrouver le bon sens en s’inspirant de la permaculture.



La seule condition c’est d’avoir au moins un pot de fleurs (ou un petit terrain) et quelques graines avec du terreau ou quelques plantes à disposition.


Ne jardinez plus seul et rejoignez le groupe.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Quelques liens pour s’occuper pendant le confinement


Commençons par du lourd.


Si vous ne connaissiez pas « imagotv » c’est le bon moment de découvrir le Netflix de la transition.


Ce site est une mine d’inspirations positives (mais pas que, il y a aussi quelques documentaires qui plombent le moral et je vous laisse faire le tri 😉).


Imagotv



Si vous aussi vous êtes né dans les années 80 (comme moi), je vous propose maintenant de retourner dans votre enfance à bord du bon vieux 33 tonnes de Jamy et Fred.
Quoique aujourd’hui il n’y a plus de camion ni de Jamy 🤔


Et ouais, « c’est pas sorcier ».


Et dans l’épisode que je vous propose, Sabine et Fred nous parlent de sol et de climat et comme d’habitude c’est passionnant.


Sol et climat – L’esprit sorcier



Allez, on enchaîne sur la « transition » (bonne transition).


Vous connaissez le principe d’une épicerie solidaire ?


Non ?


Pourtant il y en a de plus en plus qui ouvrent dans les grandes villes françaises…


Allez, je vous laisse découvrir ce qu’est une épicerie solidaire.



Bon, allez à l’épicerie c’est cool, apprendre le fonctionnement du corps pour bien s’alimenter c’est bien aussi.


C’est la raison pour laquelle je vous propose de regarder mon coup de coeur de la semaine, « Régéneration le film » d’Alex Ferrini.
Profitez-en, le film est gratuit durant le confinement 🤫


Ca parle d’alimentation crue, de jeûne et aussi de permaculture.



Un autre film gratuit durant le confinement : « C’est quoi le bonheur ? ».


Si vous aimez les témoignages et les prises de conscience, je vous invite à regarder ce documentaire de Julien Peron et Laurent Queralt.



Restons dans l’humain et ses questionnements..


.. et allons à la source : homos sapiens.


Dans ce sublime documentaire d’Arte : « Une espèce à part« , vous serez transporté jusqu’à nos origines.


C’est fascinant à quel point nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans cet océan d’univers…



Si les documentaires c’est pas votre truc, voici un film Suisse (mon coup de cœur de cet hiver).


C’est l’histoire d’Ursli qui vit dans les montagnes suisses avec sa famille..


..je ne vous en dis pas plus. Blottissez-vous sous votre couverture et appréciez ce petit chef-d’oeuvre de simplicité (à mon goût).


D’ailleurs « Ursli l’enfant incompris » se regarde aussi avec les enfants 😉
Si vous préférez regarder le film seul.e et occuper vos enfants pendant ce temps, voici un pdf de 100 activités pour petits et grands



Et pour terminer, si vous préférez la lecture, sachez que la Fnac offre 500 ebook en téléchargement gratuit pendant tout le confinement (à lire sur pc, smartphone ou liseuse).



Voilà tout.


Comme d’habitude, ce sont mes coups de cœur et non pas des partenariats !


Dites-moi ce que vous en pensez et si vous avez des trucs à me partager pour passer le temps, dites-le moi !


Merci !



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Pas de mails cette semaine ? (réponse : oui)


Et oui, mercredi vous n’avez pas reçu votre email habituel.


Le truc c’est que j’ai 2 « problèmes ».


D’une, j’ai été cloué au lit en début de semaine (un coup de froid probablement), et de deux j’ai une conférence à boucler 😎
Si je veux être prêt pour le weekend prochain, je dois mettre les bouchées doubles !



Et oui, je vais faire ma première conférence !


Si vous me suivez sur les réseaux sociaux vous avez peut-être vu passer l’info ces derniers jours..


Une conférence c’est beaucoup de travail.


Donc, jusqu’au 20 mars je risque de ne pas vous écrire aussi régulièrement que d’habitude.



En ce qui concerne la conférence, je suis super content d’avoir été sollicité par les étudiants de l’école de nutrition de Lyon.


Je n’imaginais pas le travail de préparation que ça représentait et j’espère être à la hauteur… (car c’est aussi beaucoup de pression…).


Bref, faire des conférences, ça fait partie du jeu quand on a choisi de partager son savoir.


Même si je suis terrifié de parler en public (mon truc à moi c’est l’écrit 😃), je me suis dit que ça ne coûtait rien d’essayer (et j’ai de plus en plus de demandes…).


Au moins je saurais à quoi m’en tenir s’il s’avère que ce n’est pas « mon truc ».



Bref, si vous habitez Lyon ou que vous êtes de passage le 20 ou le 21 mars (oui, je fais 2 dates ^^), je vous invite à venir me faire un coucou, c’est gratuit et c’est l’occasion pour moi de mettre une tête sur les personnes qui me suivent 😀


Pour finir, j’ai une faveur à vous demander, c’est de partager l’événement Facebook.


Ca permettra aux personnes qui s’intéressent à la permaculture et au jardinage urbain de découvrir mon blog et, pourquoi pas, de se lancer dans une culture en lasagne en pot de fleurs.
Et de rejoindre notre petite communauté qui sait 🤗


Voilà tout et très bon weekend !



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Invitation à l’observation (principe de permaculture numéro 1)


Peut-être que vous lisez ce mail sur votre terrasse au votre jardin.
Si ce n’est pas le cas, allez-y, il y a un peu de soleil aujourd’hui 🙂


Une fois au jardin, regardez autour de vous.


Y-a-t-il ne serait-ce qu’une seule abeille ?


Non ?


Pourtant elles sont de sortie en ce moment.


Et si vous aviez une ou deux plantes mellifères, vous pourriez déjà en observer quelques-unes…


Pas de panique, vous n’êtes pas seul.


J’étais dans le même cas il y a de cela quelques années, sur la terrasse.


Pas UNE SEULE abeille avant le mois de mai !


C’est la raison pour laquelle j’ai commencé à réfléchir à des moyens d’attirer les abeilles le plus tôt possible (ou du moins au début du mois de mars au lieu d’attendre le mois de mai !).
Concrètement je cherchais des plantes mellifères précoces 😊


Bref, ma solution a été de semer (à l’automne) des engrais verts dans mes pots de fleurs (de la phacélie et de la luzerne pour le coup).


Les engrais verts semés à l’automne sont une bonne chose pour vos pots de fleurs.


D’une ils décompactent et enrichissent votre sol grâce à leur système racinaire puissant et nutritif (pour rappel, les engrais verts sont des plantes de la famille des fabacées qui stockent de l’azote dans leurs racines…) et de deux, en les semant à l’automne, ils fleurissent tôt au printemps suivant (en théorie).


Bref, j’étais donc plein d’espoir mais les escargots se sont encore chargés de couper net toutes mes espérances (et la tige de mes jeunes pousses d’engrais verts en l’occurrence).
Si vous n’étiez pas au courant, j’ai une sorte de mini-village auto-suffisant d’escargots sur ma terrasse 🤣


Bref, il y en a de partout !


Mais, il y a tout de même de l’espoir dans mon malheur.


Et ouais, ouf que le cerveau humain est plus astucieux que celui de l’escargot.


J’avais prévu le coup.


J’avais semé quelques graines de ces engrais verts dans des godets que j’avais méticuleusement mis à l’abri des escargots dans la serre de la terrasse.
Ce qui leur a permis d’atteindre une taille assez conséquente pour être ensuite plantés sans risque de se faire dévorer par les escargots !


🧐


Mais mauvaise nouvelle.


Ca a loupé quand même.


Non pas à cause des escargots..


..le problème sur ma terrasse, c’est le manque de soleil.


TOUT L’HIVER, elle est à l’ombre.


Il n’y a qu’à partir du mois d’avril où ça recommence à devenir raisonnablement bien ensoleillé…


Du coup, au début du printemps, tout a du mal à démarrer…
Ca + les escargots c’est la galère !


Bref, tout ça pour rien.


Pas de fleurs.


Pas d’abeilles.


Que des escargots 😅


Alors, j’ai finalement abandonné l’idée d’avoir des abeilles au printemps 😐



Et miracle !


L’année suivante elles ont débarqué dès le mois de mars !


Et vous voulez savoir pourquoi ?


Et bien tout simplement parce que je n’ai rien fait ^^


En fait, à la fin de la saison précédente je n’ai pas eu le temps de « nettoyer » mes pots de fleurs (j’ai eu la flemme si vous préférez).


Je n’ai pas coupé les plants de légumes que j’avais cultivés.


Je n’ai pas rajouté de paillage ou de culture pour l’hiver.


En fait, j’ai tout laissé tel quel jusqu’au mois de mai !


Et, oh surprise, au printemps j’ai eu 2-3 pissenlits sauvages dans mes pots de fleurs !


Parfait pour attirer les abeilles sur ma terrasse (et ouf que j’avais un abri à abeilles sauvages qui traînait, du coup elles y ont pondu 😃)



La morale de l’histoire : l’observation (et la non-action) m’aurait fait gagner 2 ans !


Alors laissez-moi vous donner un conseil (c’est le but de ces mails en même temps).


Laissez faire la nature !


Au début de l’année je vous avais déjà invité à l’observation.
Si si, souvenez-vous de l’exercice d’observation (les 5 couleurs, les 5 sons, etc…).


Et je vous avais invité à laisser la place à quelques « mauvaises » herbes dans vos pots de fleurs.


Et bien, si vous avez suivi mon conseil, vous devez certainement avoir quelques plantes sauvages aujourd’hui (et peut-être même quelques pissenlits si vous êtes chanceux…).


Ce que je vous invite à faire c’est d’en choisir une.


Si si, prenez une minute ou deux pour choisir celle qui vous parle le plus.



C’est fait ?


Maintenant, trouvez quelque chose pour lui faire une étiquette… lui donner un nom (personnellement j’utilise des morceaux de cagettes sur lesquels j’écris au crayon à papier).


Une fois que c’est bon, plantez cette étiquette (ou autre) à côté de la plante et faites-vous la promesse de ne pas la toucher pendant une année complète !


Il n’y a rien de plus enrichissant que d’observer une plante tout au long des 4 saisons !


Vous allez apprendre beaucoup de choses sur elle et, croyez-moi, vous ne l’oublierez jamais !



Tenez, si vous n’avez pas réussi à reconnaître cette plante, je vous invite à la prendre en photo et à la poster sur votre compte instagram en me mentionnant (@lepotagerminimaliste).


Ainsi, je prendrais le temps de vous donner son petit nom !


Il y a aussi le groupe facebook du potager minimaliste si vous n’avez pas instagram.


Voilà tout !


Et pour terminer, voici un extrait tiré du livre « Permaculture – Principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable » de David Holmgren (lien amazon).


« Si une observation attentive est synonyme d’idées nouvelles et de créativité, elle nous permet aussi de recouvrer nos aptitudes les plus fondamentales, que nous sommes semble-t-il en train de perdre au rythme effréné auquel la technologie trouve des solutions de remplacement. Ainsi, en observant le rythme auquel un bébé va à la selle et en prenant les devants pour le mettre au pot au bon moment, on peut faciliter et accélérer l’apprentissage de la propreté et s’épargner quantité d’efforts, d’eau et d’énergie ».



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉