Le temps des limaces en ville (+ des nouvelles du jardin partagé)


Nous sommes au mois de mai et, jour pour jour, ça fait un an que j’ai lancé le jardin partagé (ça passe vite !).


Ces derniers jours il a beaucoup plu.


Et toutes limaces du jardin sont sorties pour dévorer les quelques plantations que j’avais commencées (salade, tomate et courge..).


Arf, pendant un mois je n’avais pas assez d’eau pour arroser mes jeunes pousses (+ de 40 jours sans pluie) et voilà que maintenant j’ai de l’eau en abondance dans mes barils mais je n’ai plus rien à arroser ! Sacrée loi de la nature…


Les invasions de limaces c’est une catastrophe et j’imagine que vous en avez aussi payé les pots cassés la semaine dernière..
Sinon soyez conscient de votre chance s’il vous plaît 😊



Bref, comme je vous en parlais il y a quelques semaines, cette année j’ai optimisé mes semis et j’ai produit énormément de laitues (+ d’une centaine..).


C’est pas mal de boulot pour finalement me retrouver au pied du mur presque 2 mois plus tard avec zéro laitue..


..et ça fait mal, très mal (j’en ai quelques-unes qui tiennent dans les pots de la terrasse mais plus aucune au jardin partagé).


Comme d’habitude, je ne me décourage pas et je continue à en semer.. ça finira bien par passer !


Bref.


Dans ce moment de solitude j’ai eu de l’empathie pour les personnes qui choisissent d’utiliser un anti-limace (surtout les maraîchers qui vivent de leur production..).
Et ouf que ce n’est pas mon cas..


Mais ça n’a duré qu’une fraction de seconde.


Moi, j’ai choisi de jardiner avec la nature.


De m’insérer dans un écosystème en acceptant de ne pas tout contrôler.


Et, à travers cette voie, je veux être un exemple et démontrer qu’on peut faire un potager en permaculture n’importe où, sans utiliser d’engrais, de fongicides, d’herbicides et d’insecticides (même en ville et dans des pots de fleurs !)


D’ailleurs, je suis en train de constater que ça fonctionne !
Sur la terrasse pour le moment.


Et oui, si vous vous souvenez bien, l’année dernière j’ai eu une magnifique laitue (ce qui a ramené mon taux de 0 laitue récoltée pour 10 laitues plantées à (presque) 1 laitue récoltée pour 10 laitues plantées).


Et cette année (la 3 ème année) je constate que le ratio est en train de se rapprocher des 2-3 laitues récoltées pour 10 laitues plantées !


Vous vous demandez pourquoi j’ai atteint ce genre de résultat ?


Fab aurait-il craqué pour du ferramol sans rien nous dire ?



Non bien évidement !


C’est juste l’équilibre qui commence à s’installer et je suis en train de découvrir pourquoi ! (et si j’avais su ça avant j’aurai sûrement gagné un an ou deux !).




Petit rappel.


Dans un jardin en permaculture, que ce soit sur une terrasse en permaculture urbaine ou un jardin de campagne, on ne lutte pas contre la nature mais on l’utilise pour créer un équilibre.


C’est de la systémie.


Une recherche constante d’équilibre.
D’ailleurs, la nature le fait très bien sans nous…


Un équilibre dans lequel il n’y a pas de place pour les “invasions” (ou du moins pour que les invasions ne soient pas trop importantes et éternelles..).



Pour ce qui est des limaces il est souvent conseillé d’attirer des prédateurs comme le hérisson, le carabe, le crapaud, etc…


Et pour ça, il est nécessaire de leur créer une niche, un abri…


Bref je ne vais pas vous refaire un cours là-dessus.


J’aimerais mettre la lumière sur un prédateur dont on parle peut.


Ce prédateur, c’est le lézard des murailles (c’est le lézard classique que vous voyez de partout, il mesure environ 20 cm).


Et ouais, j’ai bien l’impression qu’il a régulé la population de limaces sur ma terrasse !


Chaque année, je vois de plus en plus de lézards et de moins en moins de limaces.. coïncidence ?


J’ai fait quelques recherches et effectivement le lézard des murailles se nourrit des œufs des escargots et des limaces !
J’ai aussi le sentiment qu’il les mange aussi à l’âge adulte mais ça fait plus d’un an que je surveille ça et je ne l’ai toujours pas pris la main dans le sac !


Sacrée découverte non ?


Du coup, j’ai décidé d’inviter le lézard au jardin partagé..


..et pour ça, j’ai simplement fait un tas de pierre en plein soleil à l’endroit où j’aimerais qu’il s’installe. (l’avantage du tas de pierres c’est qu’il est un abri pour les limaces la journée au même moment où le lézard prend le soleil… du coup, pour lui c’est le gîte et le couvert !).


Et, croyez-le ou non, le lendemain même j’ai vu qu’il y avait déjà un lézard qui faisait bronzette sur une de ces pierres !


Voilà, je vais continuer à observer tout ça et je vous prendrais une belle photo le jour où j’en verrai un dévorer une limace.


Si vous aussi vous êtes en ville ou dans un jardin clos sans point d’eau et que vous ne voyez pas comment attirer les hérissons, les crapauds et autres prédateurs de la limace, je vous invite à installer des abris à lézards.. (attention tout de même au poids si vous êtes sur un balcon).


D’ici un an ou deux vous serez certainement surpris de voir la population de limace diminuer.. du moins c’est ce que j’ai constaté sur ma terrasse et que je vais tester au jardin.



Et pour terminer, une citation de moi (enfin je crois) :


C’est au pied du mur que l’on trouve les meilleures solutions 😉 (et j’adore me mettre au pied du mur).


Voilà tout !


Très belle journée.



PS : un super article à lire et relire sur la culture avec les limaces.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.