L’hygiénisme a tué la nature en ville

par | 27-03-2022


L’hygiénisme est né au milieu du XIXe siècle afin d’éradiquer les épidémies de peste et de choléra.


C’est une vision qui consiste à promouvoir l’hygiène et la propreté dans des villes de plus en plus peuplées.


Selon moi, aujourd’hui, nous sommes arrivés à un stade exagéré.


Un stade où ça nous empêche d’avancer vers des villes plus vertes, plus sauvages et plus humaines…


Je pourrais aussi critiquer le fait que l’hygiénisme n’est pas allé jusqu’au bout de sa mission, en particulier pour ce qui concerne la qualité de l’air par exemple (beaucoup trop de voitures en ville).


Mais ce n’est pas le sujet.


Je ne dis pas non plus qu’il faudrait des villes plus sales (elles le sont déjà bien assez).


Moi même, je suis très à cheval sur l’hygiène (chez moi, c’est toujours nickel).


Je dis juste que nous avons besoin de plus de végétaux (et notamment de mauvaises herbes sur certains trottoirs).


Le problème, il est dans notre façon de gérer la nature en ville, pas de gérer l’insalubrité.



Un exemple.


Avant que l’hygiénisme n’apparaisse, les gens faisait déposer du fumier devant leur immeuble pour ne pas entendre le bruit des carrosses…


Je vous laisse imaginer l’état des rues (surtout après un bon orage…).


Il faut comprendre que c’était une vraie nécessité à l’époque.


C’est grâce à l’hygiénisme qu’est apparu le tout à l’égout, l’eau courante, le gaz de ville, les lavoirs publics, les fontaines et les espaces verts.


C’est de l’hygiénisme que sont né le bois de Boulogne et le bois de Vincennes à Paris, le parc de la Tête d’Or à Lyon ou encore Central Park à New-York.



C’est juste qu’aujourd’hui, on est parti un peu trop loin.


.


Aujourd’hui, l’hygiénisme urbain va dans le sens contraire du vivant.



Evacuer les feuilles mortes.


Supprimer la moindre « mauvaise herbe ».


A force de trop vouloir prendre la contrôle sur la nature, nous en oublions qu’elle contribue à notre bien-être…


Nous oublions qu’être entouré de végétaux nous aide à mieux respirer.


A nous sentir plus heureux et plus en sécurité.


Il suffit simplement de vous imaginer dans une ville avec plus de parcs, plus de végétaux et plus de fleurs pour qu’automatiquement, ça vous redonne un sentiment de bien-être, de liberté et de calme.


Ca redonne le sourire.


C’est le vivant qui créer le vivant.


Eradiquer le vivant, c’est éradiquer l’Homme.


Sans la nature, nous ne sommes rien.



Bien évidemment, je ne dis pas que laisser plus de place à la nature sans que ça aille dans le sens contraire de l’hygiénisme sera facile.


Mais j’ai suffisamment confiance en l’intelligence de l’homme pour trouver des solutions aux problèmes auxquels il pourrait être confronté.


On est allé sur la lune quand même !


(ce n’est pas une rangée de pissenlit qui va nous mener à notre perte… quoique ^^)



La permaculture, c’est créer des systèmes au service du vivant..


.. et à votre service !


Et vous, vous en êtes où aujourd’hui ?


Vous avez quelques plantes sur votre balcon ou votre rebord de fenêtre ?


Si oui, c’est cool.


Et quel est le degré de connexion de ces plantes avec leur environnement ?


Des abeilles viennent les butiner ?


Des vers de terre se baladent dans leur pot ?


Des coccinelles viennent y manger quelques pucerons ?


Des oiseaux viennent manger 2 – 3 vers ?



Personnellement, je constate qu’il y a plus de vie sur ma terrasse de 8 m² que dans les 150 m² de jardin chez mon voisin.


Sur ma terrasse, il y a des fleurs sauvages, des abris à insectes et surtout que des pots de fleurs remplis d’un sol vivant.


D’un sol dans lequel il y a des vers de terre, des cloportes et d’autres bactéries et insectes dont je ne connais pas le nom.


Une faune qui fait que ce sol vivant est capable de redistribuer des nutriment et des oligoéléments aux plantes que je cultive d’année en année (+ de 5 ans sans changer de terre dans mes pots).


Un sol dans lequel je peux pratiquer le compostage de surface sans que ma terrasse ne se transforme en déchetterie végétale…


Un sol dans lequel je n’ai pas besoin d’ajouter d’engrais de jardinerie..


..ni même de changer de terreau chaque année.



Vous avez beaucoup de terreau de jardinerie dans vos pots de fleurs ?


Et ça pousse si bien que ça d’année en année ?



Je ne crois pas.


Est-ce qu’il ne serait pas le temps de franchir le pas de la culture en lasagne en pot de fleurs ?


Est-ce qu’il ne serait pas le temps d’ajouter du vivant autour de vous ?


D’ailleurs, nous sommes au mois de mars et c’est la bonne période pour vous lancer dans l’aventure de la culture en lasagne en pot de fleurs.


Si vous avez besoin d’un coup de pouce, vous pouvez télécharger le guide de création d’une culture en lasagne en pot de fleurs de A à Z.


Pour rappel, il y a une offre spéciale ce mois-ci.


Vous avez jusqu’à jeudi pour profiter de l’offre du mois qui consiste à recevoir un kit de graines spécial lasagne pour tout achat du guide.


Profitez-en, c’est la bonne période pour jouer avec le vivant.


Tout pousse bien en ce moment.


(même si vous plantez des trucs dans une lasagne fraîchement finie).



Sur ce, très bon dimanche et à tout de suite dans le guide.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en jardinage urbain

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This