Mon nouveau projet, créer un jardin partagé ! (+ bonus)

Partager

Je vous livre mon expérience sur le lancement d’un jardin partagé. Mes démarches, mes doutes, mes échecs, mes réussites, etc…

Vous avez peut-être remarqué que je suis moins présent sur les réseaux sociaux.

C’est pour la bonne cause, je travaille sur un projet de jardin partagé !

Pas d’inquiétude, je continue les articles hebdomadaires sur le blog !



Pourquoi créer un jardin partagé ?

La terrasse, ses pots de fleurs, sa serre, son lombricomposteur et toute sa biodiversité sont maintenant bien lancés !

J’ai moins à m’en occuper et l’envie de « plus grand » se fait ressentir.

Grâce à tous ces pots de fleurs et jardinières, j’ai de quoi faire pousser pas mal de plantes et je peux les multiplier (graines, boutures, etc…) !

Cette petite « nurserie » se doit d’être profitable !

De plus, ce « bout de terrain » me permettrait d’expérimenter la permaculture à plus grande échelle et en pleine terre !

Tout comme sur la terrasse, le but n’est pas d’atteindre l’autonomie alimentaire mais de favoriser la vie sous toutes ses formes !


Je veux créer un écosystème dans lequel la biodiversité de la faune et la flore locale puissent s’épanouir.

Un jardin où tous les produits se terminant par « ide » soient banni (même s’ils sont bio comme la bouillie bordelaise par exemple).

Et, dans tout ce fouillis, on y cultivera aussi des fruits et des légumes !


Mon désir originel…

Pour vous situer j’habite un petit village d’environ 2500 habitants entouré de petites forêts bien sympathiques et des champs cultivés.


Et oui j’habite à la campagne ! Si vous habitez en ville les démarches sont les mêmes pour créer un jardin partagé. C’est même plus simple de trouver du monde pour vous accompagner dans votre projet !


Bien que ce soit un petit village, il y a pas mal de petits commerces et même un marché le dimanche matin…

Lorsque j’arpente les rues, j’observe la nature et j’ai beaucoup d’idées.

J’ai envie de fleurir, de planter des légumes, d’installer des hôtels à insectes, etc… (en même temps c’est mon métier…).

Seul je ne peux pas faire grand-chose sans que ce soit mal vu ou « enlevé » (je parle en connaissance de cause 😉 ).

En créant ce jardin partagé, je donne l’opportunité aux amoureux de la nature de se réunir, discuter et, pourquoi pas, de créer toutes sortes d’initiatives citoyennes !

Je ne compte pas passer ma vie dans ce village mais pour le moment j’y suis bien et j’ai envie de créer du lien social et local !



Seul, vous aurez du mal à lancer ce genre de projet…

A moins que votre village ou votre quartier mette déjà à disposition des jardins individuels ou des micros parcelles de terrains, vous allez avoir du mal à lancer quelque chose seul !

Quoique, je connais des jardins partagés « sauvages » dans certains villages voisins XD

L’avantage avec une structure associative c’est la possibilité d’obtenir des autorisations, des financements et de la crédibilité !



Les avantages d’un jardin partagé

Mise à part le fait d’avoir un terrain de jeu « gratuit », un jardin partagé est, comme son nom l’indique, partagé !

Plusieurs personnes interviennent dans le projet.

Et ce sont vos voisins la plupart du temps !

Échange de plantes, de graines, de connaissances, de tâches, etc…

Les personnes âgées ont des conseils pleins de bon sens et les plus jeunes ont beaucoup d’énergie à la tâche !

Seul on va vite, ensemble on va plus loin !


Lorsque vous présentez un projet au maire avec un groupe de personnes derrière vous, vous avez plus de chances d’être pris au sérieux.

C’est comme un club de foot.

Si vous êtes deux personnes à vouloir un terrain avec 2 belles cages flambant neuves pour taper du ballon, le maire va avoir du mal à accepter votre demande.

Alors que si vous êtes un club officiel avec dix fois plus de personnes, là vous êtes plus crédibles !


Un jardin partagé est multifonctions !

Outre le fait que ce soit un lieu de jardinage, on peut imaginer plein d’autres utilités à un jardin partagé.

Par exemple, vous pouvez en faire un lieu pédagogique pour les enfants et les grands enfants du village (ou du quartier).

Vous pouvez aussi imaginer un lieu de repos pour les touristes, un lieu d’échanges et de vie pour créer du lien social (et local) autre que des ronds points de gilets jaunes !

Et pourquoi pas des jardins partagés sur les ronds-points ?!



L’inconvénient du jardin partagé

Avant d’aborder les inconvénients, je vais revenir sur un cas concret, mon projet !

Le maire me laisse un terrain de 300 mètres carré à côté de la cantine scolaire !


Ca donne encore plus de sens à ce jardin ! Les enfants pourront le visiter, jardiner, composter, observer, etc…

Bref, après avoir lancé la rumeur dans le village il y a quelques mois, j’ai commencé à avoir des retours…

Pour l’instant, j’ai déjà 4 ou 5 personnes intéressées par le jardin partagé (dont 3 personnes à la retraite).

C’est là qu’entre en jeu le premier et principal inconvénient qui inquiète le grand introverti que je suis…

Le P.F.H !


Vous ne savez pas ce qu’est le P.F.H ?

C’est l’acronyme de Putain de Facteur Humain !

😂

Entre le maire qui me place à côté de la cantine scolaire, les 3 personnes à la retraite qui ont bloqué quelques secondes quand j’ai parlé de « permaculture », j’ai un peu peur que le projet m’échappe des mains !

A la base je voulais juste faire de la permaculture dans mon coin moi !


Et la permaculture, c’est primordial pour moi !

Pas de permaculture = pas de jardin partagé !

Mais bon, qui ne tente rien n’a rien. Je continue sur ma lancée et on verra bien où cela me mène.


Quand vous lancez un jardin partagé, c’est vous le moteur du projet et c’est vous qui tenez la barre.

Si vous n’êtes pas aligné avec vos valeurs, le projet n’aboutira pas…

La plupart des gens intéressés veulent juste jardiner ou bricoler le dimanche après-midi sans les inconvénients !


Qui dit moteur dit essence…

Comme vous le savez, mon carburant c’est la permaculture…

En tant que moteur du projet j’ai besoin que cette vision soit commune.

Je suis conscient que ce ne sera pas facile…

Et je pense qu’il vaut mieux mettre les choses aux claires tout de suite, quit à abandonner le projet…

Ce qui nous mène à …



La prochaine étape du projet !

La prochaine étape est claire !

Je vais organiser une petite rencontre sur ma terrasse pour présenter MA vision des choses et rencontrer les futurs jardinier.es !

En tout cas, quand ils verront ma terrasse, ils auront déjà 80% de ma vision 🤣

terrasse-permaculture-urbaine-potager-bio
Récup, semis, compostage, tout y est dans ce petit fouillis !

Allez, j’attends encore quelques semaines et je lance l’invitation !



Pour conclure…

Si vous avez des questions, des conseils ou autres, je vous invite à me contacter ou tout simplement à laisser un commentaire juste en dessous !

Comme je vous le disais le blog ne change pas de cap.

Cet article est juste une parenthèse et la semaine prochaine on revient sur la culture en pots de fleurs.

J’ai tout de même envie de partager cette aventure avec vous.

Alors, si vous m’avez lu jusqu’ici, j’imagine que le sujet vous intéresse…


Et j’ai quelque chose pour vous !

Vous pouvez vous inscrire juste en dessous pour recevoir des mails occasionnels sur l’avancement de mon projet de jardin partagé !
👇

De temps en temps je partagerais l’évolution de mon projet. Coups de gueule, doutes, interrogations, échecs, réussites, etc…

Le but c’est aussi de vous aider à vous lancer vous aussi au travers de mon expérience.

👉 Je veux recevoir les mails de Fab au sujet de son projet de jardin partagé 👈

Si vous connaissez des personnes qui ont ce genre de projet, n’hésitez pas à leur partager cet article, ça peut les aider !

Merci.


Partagez cet article sur votre Pinterest !

jardin-partagé-agriculture-permaculture-urbaine-projet-pinterest

L’espace des commentaires n’a pas bougé, il est juste en dessous !

Fabrice.


Partager

4 réponses sur “Mon nouveau projet, créer un jardin partagé ! (+ bonus)”

  1. Bonjour !
    Très beau projet! Bravo.
    J’es Que vous allez vous entourer de personnes qui vous soutiendront dans le projet.
    J’ai un jardin partagé dans ma résidence, mais pour l’instant, Je suis la seule à m’en occuper. À part le fondateur du jardin partagé, qui n’a pas le temps de s’en occuper car il a fondé un autre jardin partagé plus grand dans la ville; c’est lui aussi qui a mis en place le compostage dans la résidence qui se trouve au sein d’un parc.
    Le petit sur lequel je travail existait déjà depuis 4 ans mais personne s’en occupait !
    Pour ma part, je ne pensais pas être à la hauteur de cette tâche, alors que j’adore la nature et que d’avoir un jardin et transmettre l’amour et le respect pour la nature et notre planète était mon rêve de petite fille!!!
    Jusqu’à ce que toute triste de voir le jardin vide se détériorer, je tombe par hasard sur une vidéo YouTube qui parlait de permaculture ! Ça a été une révélation pour moi!
    En plein hiver alors qu’il neigeait, je me mis à m’en occuper. À pailler la terre, puis introduire des arbustes fruitiers, puis quelques plantes arômatiques. Je me suis mise aux semis à l’intérieur (bien trop de quantité, dû à mon manque d’expérience, mais il fallait que je passe par mes propres érreurs, qui n’en sont pas pour moi). Car j’avais pour objectif aussi de donner de ma production au plus de personnes possibles (voisins, amis, famille, profs, communauté religieuse, etc…).
    Cette semaine je me suis occupée de piquer des plants de tomates cerises et de poivrons dans des pôts de yaourts pour les distribuer.
    J’ai recyclé aussi des bouteilles d’eau pour y mettre des plants de tomates à donner.
    Je m’y suis mise juste à temps avant qu’il ne soit supprimé, car le gardien des résidences et une voisine allaient le supprimer en Mars.
    Le fondateur est venue à ma rescousse en remplaçant une petite caisse dont le bois pourrissait par une plus grande (belle surprise, car ils voulaient l’enlever) et tombais et en refixant l’autre.
    L’urgence et mon objectif premier était qu’il survive, du coup il fallait que je le garnisse rapidement. Et le rende beau.
    Aujourd’hui le jardin revie 😍
    C’est devenue une passion pour moi!
    Tellement à faire encore, tant d’idées comme tu dit pour faire du lien! 🌺🌷🌻🌼🥬🥕🍓🥗🎉🎁😅

    1. 😍
      Merci pour ce témoignage ça redonne de l’inspiration !
      Quelle chance d’avoir eu ce jardin tout prêt de chez toi et en plus de l’avoir sauvé à temps !
      J’espère que ton initiative attirera l’œil de tes voisins qui pourront t’épauler !
      Comme tu le dis si bien les erreurs ne sont pas vraiment des erreurs, ça me rappelle une citation de Nelson Mandela qui dit « Je ne perd jamais, soit je gagne, soit j’apprends ».
      Mille mercis Catherine.

  2. Curieuse de voir comment les choses vont évoluer. Ce n’est pas toujours facile de « lâcher du lest » et d’accepter l’avis des autres. C’est pour ça que pour l’instant je reste sur mon balcon 😉
    Je pense qu’il faut, comme tu le dis, mettre les choses au clair et définir les règles du jeu. Après, la curiosité et l’ouverture d’esprit feront le reste.L’important, ce n’est pas de faire du rendement, mais de retrouver un lien avec la nature… et notre entourage. Bon courage pour ce beau projet!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.