Comment réussir le lancement d’un jardin potager pédagogique scolaire ?


C’est la rentrée scolaire.


Mais pas la peine d’attendre le printemps pour vous bouger les fesses.


C’est maintenant que ça se joue.


Lancer un jardin potager pédagogique scolaire demande un minimum de préparation.


Il faut impliquer les élèves.


Etre organisé.


Anticiper les contraintes.


Prendre en compte le contexte.


Etc…



Vous me direz, mais pourquoi ce mail Fabrice ?


Et bien parce que j’ai souvent l’occasion d’échanger avec vous (pour ça, il suffit de répondre aux mails).



Par ce biais, j’ai remarqué qu’il y avait pas mal de professeurs des écoles, d’employés de mairie, d’élus et de parents parmi mes lectrices et mes lecteurs.


Que le désir de transmettre votre « fibre environnementale » aux tout petit est très fort.




J’ai moi-même mis en place des potagers dans des écoles depuis 2004 (souvent en banlieue).


En général, ça se passe bien..


..les premiers mois.


Puis vient la fin de l’année et les vacances scolaires.


Et là, le potager est abandonné.


Personne ne s’occupe de l’arrosage et, à la rentrée, tout le monde l’a oublié (et le projet tombe à l’eau 90 % du temps).


Mais il n’y a pas que des problèmes d’arrosages, il y a aussi le manque d’implication des enfants, le choix des plantes, le défaut d’organisation, etc…


Bref.


C’est ce qu’on va voir ici.


Et avant de rentrer dans le vif du sujet, laissez-moi d’abord répondre à cette question :


Comment bien préparer un jardin potager pédagogique scolaire ?



En permaculture, tout commence par l’observation.


Donc, commencez par sortir de la classe !


Organisez une balade dans la cour avec les enfants.


Aidez-les à recenser la biodiversité déjà présente (plantes et insectes).


Ensuite, essayez d’organiser un jeu de rôle ou d’inventer des histoires pour faire vivre cette biodiversité.


Par exemple, imaginez le dialogue qu’il pourrait y avoir entre les fourmis et les pucerons.


Faites imaginer aux enfants le dialogue intérieur d’une chenille qui est en train de grignoter une feuille ou d’une limace qui traverse la cour.


Etc..


Il y a un million de choses à observer si vous avez un minimum d’imagination et d’espaces verts dans votre école.


Ensuite, chaque élève choisit une fleur ou un insecte et prend un moment en classe pour faire un dessin ou du collage.


Votre rôle ici, c’est d’observer.


Observer la cour avec les enfants.


Observer leurs réactions par rapport à ce qu’il voit.


Observer ce qui les anime le plus.




Un autre jour, prenez le temps d’imaginer un jardin avec eux.


A quel endroit pourriez-vous le mettre ?


A quoi il ressemblerait ?


Quel matériel vous avez besoin ?


Et surtout, quelles plantes !



Le choix des plantes, c’est primordial.


N’oubliez pas que l’école est vide en juillet-août.


Plus personne ne pourra arroser.


Donc, ne choisissez pas uniquement des légumes d’été.


Choisissez des plantes que vous pouvez récolter toute l’année comme le romarin, le thym, la menthe, la verveine, la mélisse, les salades, les radis, les haricots, les fraises, les framboises, etc…


Pas besoin de plus pour commencer !



Une autre chose importante : l’entretien.


Il faut prendre un temps pour définir toutes les tâches nécessaires.


Une sorte de brainstorming (avec les élèves toujours).


Arrosage, plantations, paillage, tuteurage, nettoyage, etc…


Notez tout ce qui vous passe par la tête.


Ensuite, triez tout ça.


Regroupez les tâches et faites un calendrier (à la semaine, c’est + pratique).


Ce calendrier est là pour disperser les tâches tout au long de l’année scolaire.


Et votre but, ça va être de le remplir.


Donc, chaque élève (groupe d’élèves ou classes) aura la responsabilité à un moment ou à un autre d’arroser, de nettoyer, etc…


(n’oubliez pas de prendre régulièrement des temps où l’on va au jardin juste pour observer et parler de son ressenti en fin de balade)




Pour terminer, j’aimerais vos partager quelques « activités » à faire en classe pour réveiller la fibre environnementale auprès de vos élèves…



1/ L’expérience du vers de terre


J’ai écrit un article là-dessus lors du premier confinement.


Je vous laisse le découvrir ici.



2/ Parler du rôle de l’abeille, de la coccinelle, etc…


L’abeille butine les fleurs.


C’est grâce à elle que les fleurs donnent des fruits.


En plus, certaines abeilles font du miel..


etc…


Pareil pour les coccinelles.


Elles viennent manger les pucerons qui sont sur les plantes.


Du coup, les plantes tombent moins malades.


Etc…


Il y a plein d’histoire à raconter.


Que ce soit pour les plantes, ou pour les animaux.


D’ailleurs, voici un super site pour faire découvrir la nature aux enfants (et ils ont des vidéos YouTube très bien faites !).



3/ Dégustation de graines germées


Faire des graines germées, c’est super simple.


Vous en trouverez dans les magasins bio.


Et voici ma recette :


Matériel : un bocal en verre, un tissu perméable (ou une compresse), un élastique et des graines.


Commencez par mettre les graines et l’eau dans le bocal.


Refermer le bocal avec le tissu et l’élastique.


Laisser tremper entre 6 et 12 heures selon le type de graines (voir sur le sachet).


Puis, videz l’eau du pot (à travers le tissu).


Laissez égoutter et attendez quelques jours que les graines se mettent à germer.


Pour faire ça bien, matin et soir, ajoutez de l’eau pour rincer et secouer un peu tout ça (sans oublier de vider l’eau à chaque fois).


D’ici 2 – 3 jours, vous aurez plein de petites pousses de graines germées à déguster !



4/ Fabrication de bacs à semis avec des bouteilles en plastique


Récupérez des bouteilles en plastique (facile).


Coupez-les en 2 dans le sens de la hauteur et mettez-les toutes à plat sur une table de travail.


Ensuite, remplissez de terreau et faites-y vos semis !



5/ Faire du compost


Voyez avec la mairie si vous pouvez faire installer un composteur dans votre cour.


Les enfants adorent ça !



6/ Récolter ses propres graines et les mettre en sachets


En ce moment il restent peut-être quelques tomates au jardin…


Pourquoi ne pas organiser une récolte de graines ?


Je vous explique tout de A à Z.



Bref.


J’espère vous avoir donné suffisamment envie de lancer un potager dans votre école.


Et n’oubliez pas que c’est en forgeant que l’on devient forgeron !



PS : je me suis inspiré de cet article pour vous faire ce mail.



PPS : S’il vous manque un dernier coup de pouce, j’ai quelque chose à vous proposer.


C’est un appel téléphonique gratuit d’une vingtaine de minutes avec moi.


Aucun engagement.


Juste 20 minutes pour échanger si vous êtes intéressé par le fait de lancer un jardin dans votre école.


Ca peut vous débloquer.


Et moi, ça me permet de mieux vous connaître.


Pour prendre rendez-vous, c’est par ici.



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je suis Fabrice et j'aide les gens à renaturaliser leur environnement

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine 2 cours sur la permaculture

Pin It on Pinterest

Share This