Comment trier ses graines en janvier ?

par | 16-01-2022


Cette semaine, on continue notre lancée sur les astuces potagères…


On va parler de vos graines.


Et plus précisément de ce que vous devez faire chaque mois de janvier avec votre stock.



Si vous vous sentez concerné, félicitations.


C’est que vous faites partie de celles et ceux qui ont compris l’importance de devenir autonome en semences.


Vous avez compris que tout part d’une seule et unique chose : la graine.


Bon, je dis ça, mais si vous n’avez que des graines et des plants F1, vous n’irez pas bien loin en ce qui concerne l’autonomie.


(si vous n’étiez pas au courant, il n’est pas possible de récolter et de ressemer des semences issues de gaines F1 sans vous retrouver avec des plantes « difformes »)


Le seul moyen d’avoir des plantes qui ressemblent à leurs « parents », c’est d’utiliser des graines reproductibles…



Bref.


C’est parti.


A vos graines..


..prêt..


..feu..


..partez !



Première étape, regroupez toutes vos graines.


Il vous reste sûrement quelques sachets de l’année dernière.


Peut-être même que vous en avez récolté dans votre potager cette année (des non F1 hein !).


En tout cas, il est temps de faire le point là-dessus.


Si ce n’est pas encore fait, je vous invite à vous fabriquer une grainothèque pour bien ranger tout ça.


Classer vos graines, c’est la base.


Ca évite d’avoir des sachets qui traînent un peu partout et, s’ils sont bien classés (c’est-à-dire alphabétiquement selon ma méthode), ça vous permet de retrouver rapidement ce que vous cherchez.



Deuxième étape, faites le tri.


Ca peut paraître fou, mais les graines ont une date de péremption (même la nature fait du marketing).


Par exemple, les graines de laitue ont beaucoup moins de chance de germer après 2 à 5 ans selon les variétés.


Pour les tomates, c’est de 4 à 10 ans.


Les poivrons, de 2 à 4 ans.


Les haricots, de 3 à 5 ans.


Le radis, de 4 à 5 ans.


Etc…


En général, il suffit de regarder sur les sachets de graines pour savoir quand ont été récolté vos graines (et c’est aussi la raison pour laquelle il faut bien penser à mettre l’année de récolte sur vos sachets de graines perso).



Troisième étape, noter ce que vous mettez de côté.


Comme nous allons le voir dans la quatrième étape, vous allez pouvoir recycler ces graines.


Pour le moment, je vous invite juste à noter quelque part les variétés que vous mettez de côté.


Pourquoi ?


Tout simplement pour ne pas oublier d’en racheter !


Si vous avez mis en place le calendrier SEMIS automatique, la liste de rachat se fait quasi automatiquement, pas besoin de noter.


😉



Quatrième étape, donner une deuxième vie à ces graines « périmées ».


Il ne faut jamais jeter de graines ! (sauf sur de la terre fertile).


Ce n’est pas parce que vos graines sont périmées, qu’elles ne germeront plus jamais.


Profitez-en pour fabriquer des bombes de graines bien chargées.


Vous pouvez aussi faire du semis sauvage.


D’ailleurs, c’est ce que j’ai fait dans le potager de la voisine du jardin partagé 🤫


Je suis actuellement en train d’abandonner le projet de jardin partagé pour cause de « voisine chiante ».


Pour me venger, j’ai semé quelques graines de fleurs dans sa parcelle (#vengance de babosse).


Bref.


Soyez créatifs.


Et vous pouvez très bien les jeter dans vos propres pots de fleurs hein ^^


Parfois, je mélange des graines périmées dans mes « semis ».


Prenons un exemple.


Si vous avez des carottes à semer et des graines périmées de radis, vous pouvez très bien les semer en mélange.


Ca vous fait de la consistance dans votre semis (ce qui permet de semer plus clair) et, de plus, ça vous fera peut-être quelques radis en attendant que les carottes germent.



Cinquième étape (déjà !), vérifier vos quantités.


Ce n’est pas parce qu’il vous reste des sachets que vous aller pouvoir faire votre année avec.


Vérifier si vous avez assez de quantité pour l’année.


Les frais de port pour acheter des graines sont assez cher.


Voyez long terme.


Le mieux c’est de faire une commande par an seulement.



Sixième (et dernière) étape, racheter des graines.


Choisissez des fournisseurs de graines reproductibles tel que kokopelli, la semence bio, germinance, alsagarden, ferme de saint marthe, etc…


Vous avez aussi mes kits de graines qui sont reproductibles (frais de port offert).



Voilà tout.


Ca vous fait pas mal de devoirs pour la semaine prochaine 😉



J’ai une dernière question.


J’aimerais savoir quels sont les problèmes que vous rencontrez dans l’organisation de vos sachets de graines.


Même question pour ce qui est de l’organisation de vos semis à l’année.


Vous n’avez qu’à me dire tout ça en répondant à ce mail.


Ca me donnera des idées pour les prochains mails.



PS : j’ai fini de mettre de l’ordre dans mes sachets de graines.


Cette année, j’ai récolté pas mal de graines de blettes.


Du coup, pour tout achat de 2 kits de graines sur la boutique, je vous offre un sachet de graines de blettes.


L’offre est valable jusqu’à dimanche prochain, minuit (et en ce moment pour tout achat sur la boutique, recevez un accès à vie au discord du potager minimaliste).



PPS : gérer et planifier ses semis est très chronophage.


C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes laissent tomber lorsqu’elles doivent gérer + de 10 variétés à l’année.


Pourtant, faire ses propres semis est tellement important.


Déjà, quoi de plus gratifiant de cultiver de la graine à l’assiette ?


Ensuite, apprendre à savoir comment et quand semer chaque espèce est une compétence à développer si vous voulez avoir des légumes toute l’année dans votre potager.


Et lorsque vous cultivez uniquement des graines reproductibles, vous êtes sûr de viser l’abondance.


Sûr de viser l’abondance en graines, mais aussi l’abondance en mauvaises herbes potagères.



Sur ce.


Bon dimanche.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice et j'aide les gens à renaturaliser leur environnement

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine 2 cours sur la permaculture

Pin It on Pinterest

Share This