La peau de banane est incompostabe ???


Vous devez vous demander ce qui s’est passé entre le moment où je vous ai promis monts et merveilles et ce sujet de mail.


(et oui je suis repassé au vouvoiement #bipolaire).


Depuis une semaine je vous promets du contenu de qualité où l’on entre en profondeur dans des sujets importants tels que la permaculture, la transition, etc…


Et là, ça parle de peaux de banane ?


C’est quoi ce truc !


Haha, et pourtant ce que vous vous apprêtez à découvrir risque de changer votre vie à tout jamais… (taux d’exagération : 99%).



Bon, entrons dans le vif du sujet.


La semaine dernière j’étais en balade à la campagne avec des amis.


Comme à mon habitude, j’ai jeté mécaniquement la peau de la banane que je m’apprêtais à manger dans la lisière d’une haie.
Et oui, je suis un “pollueur organique” assumé


Que ce soit en ville ou à la campagne, je ne jette jamais de matière organique dans une poubelle !
Et je suis intransigeant là-dessus


Toute personne qui composte est incapable de jeter ne serait-ce qu’un trognon de pomme dans une poubelle classique (si vous ne me croyez pas, essayez le compostage, vous verrez bien !).



Bref, une amie m’a vu et m’a dit que je ne devrais pas faire ça car une peau de banane met très très longtemps à se décomposer (chose que je ne consens pas du tout et je vous explique pourquoi juste après).



Effectivement, je viens de regarder sur internet et c’est confirmé : “une peau de banane met très longtemps à se décomposer (8 à 10 mois)”.


Déjà, j’ai envie de dire : “Et alors ? On s’en fout !”.


Qu’elle mette 3 semaines ou 3 ans à se décomposer, dans tous les cas elle finira par le faire (ou elle ravira l’estomac d’un mammifère amateur de cuisine exotique).



Bon, trêve de plaisanteries.


Après quelques années de lombricompstage, de culture en lasagne en pots de fleurs et de compostage de surface, je peux affirmer haut et fort que j’ai rarement vu une peau de banane aller au-delà de 8 à 10 mois de compostage.


Je n’ai pas fait de calcul mais en général, sur ma terrasse, elle ne survit pas plus de 3 mois (et je suis très très large).


Laissez-moi vous expliquer.


L’un des facteurs clés d’un bon compostage c’est l’humidité.


Par exemple si vous mettez une peau de banane en plein cagnard sur un sol sec et envahit de chiendent, c’est sûr qu’elle va mettre beaucoup de temps à se décomposer.
Elle va noircir puis sécher et très peu de micro-organisme auront le courage de venir la grignoter.


Par contre, si vous la mettez sous un lit de feuilles mortes riches de vie et bien humides, je peux vous assurer qu’elle ne fera pas long feu (et qu’elle fera le bonheur des vers de terre et des micro-organismes !).



Une deuxième chose.


Personnellement je suis un gros consommateur de bananes.
Décidément je parle beaucoup de moi aujourd’hui.


J’en mets souvent dans le lombricomposteur et s’il y a bien une chose que les vers de compost raffolent plus que tout, c’est la peau de banane !


J’aime observer ce qui se passe dans le lombricomposteur et je peux vous dire que quelques jours après avoir mis une peau de banane, ils sont nombreux à se la partager !


Si vous avez un lombricomposteur, tentez l’expérience 😉


Il suffit de poser la peau (pointe vers le haut comme dans Mario kart) sur le tas de lombricompost bien humide.


Quelques jours après vous pouvez être sûr de trouver une flopée de vers sur le côté intérieur de la peau 😉



Bref, la morale de l’histoire : la prochaine fois que vous mangez une banane (même en ville), n’hésitez pas à jeter la peau dans un massif de fleurs (et n’oubliez pas de retirer les étiquettes 😉 ).



PS : au fait, vous êtes passé récupérer du marc de café au Starbucks ?
Si c’est le cas voici une recette d’engrais naturel à base de peau de banane et de marc de café (vos plantes d’intérieures vous en remercieront en cette période de famine).



Fabrice.

PS : pour recevoir le cours de permaculture par e-mail, abonnez-vous ici 😉

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.