Quoi mettre au fond d’une jardinière ou d’un pot de fleurs ?

par | 9-01-2022


C’est une nouvelle année.


Un nouveau départ.


Le mois de janvier est aussi un mois où l’on commence à préparer le printemps au potager.


Un mois où l’on fait ses premiers semis de laitues.


Où l’on fait le point sur sa grainothèque.


Et où l’on se prépare aussi à ajouter quelques jardinières sur sa terrasse ^^



Peut-être même que je vous ai influencé à faire votre première lasagne en pot !


(c’est ma plus grande fierté)



Si vous avez loupé mon article « comment fabriquer une jardinière en bois de palette », c’est par ici.


Comme vous le savez, j’aime les choses simples.


Ne vous attendez pas à un tuto détaillé sur le pourquoi du comment vous devez intégrer un système d’arrosage automatique et ultra sophistiqué à votre jardinière.


Non.


1 ou 2 palettes, un pied-de-biche, un sachet de vis et 2 paires de roulettes feront l’affaire.


Cet article, c’est une liste des grands principes pour fabriquer votre propre jardinière.


Il a été écrit dans le but de vous faire comprendre comment il faut penser pour élaborer le plan de votre jardinière (et oui, il faut penser un minimum à la conception).


Quoi faire et quelles erreurs ne pas faire.


Mon conseil de conception : quel que soit le style et la forme de votre jardinière, pensez simple.


Plus les choses sont compliquées, plus vous pouvez faire d’erreurs.


Plus elles sont compliquées, plus elles coûtent cher à la fabrication et à la maintenance.



Bon.


Première question :


Pourquoi mettre quelque chose au fond d’une jardinière ?


Il y a 3 raisons.



Déjà, pour filtrer.


Suivant ce que vous allez mettre dans votre jardinière (de la terre de jardin, du terreau ou une belle lasagne), il se peut que vous ayez des écoulements d’eau un peu sales.


Du coup, mettre en place un fond dans le but de filtrer ces impuretés n’est pas une mauvaise chose…



Autre intérêt de faire un fond : éviter la bouillasse tout en créant une réserve d’eau.


Lorsque vous allez fabriquer votre jardinière, le moment où il ne faudra pas vous louper, c’est celui où vous aller percer votre jardinière (aucun retour en arrière autorisé).


Soit vous percez dans le fond et l’eau s’écoulera instantanément.


Soit vous percez sur les côtés (quelques centimètres au-dessus du fond) et vous créez une réserve d’eau.


(il vaut mieux avoir un fond autre qu’un fond de terre dans ce cas-là…)



Dernière bonne raison de faire un fond : éviter de créer un chignon de racines.


La plupart du temps, lorsque l’on cultive des plantes en pots de fleurs (surtout des arbustes qui restent plusieurs années), elles créent un chignon de racines au fond du pot ou de la jardinière.


Le fond, c’est généralement là où il y a le plus d’humidité et c’est surtout là où la racine est bloquée lorsqu’elle cherche à plonger dans le sol…


Dans certains cas, le fait de préparer un fond empêche ce phénomène de chignon qui est néfaste pour la ou les plantes.



Bref.


Et si on passait au vrai sujet du mail ?


La nature du fond.



Pour faire votre fond, vous avez la possibilité d’utiliser tout un tas de matériaux naturels.


Et, comme d’habitude, je vous conseille de penser « récup et local ».


Pas la peine de passer à jardiland.


Voici mes 3 recommandations :



1/ La terre cuite


Plus précisément, les débris de pots en terre cuite.


Si vous avez quelques pots brisés, vous pouvez les finir avec une massette et les réutiliser pour faire votre fond de jardinière.


C’est un matériau sain et naturel.


De plus, si vous comptez mettre quelques vers de terre dans votre jardinière, l’argile contenue dans les débris pourront, à terme, contribuer à la formation du complexe argilo-humique de votre futur lasagne ^^ (en gros, vous aurez un terreau de meilleur qualité).



2/ Les cailloux


C’est plus facile pour vous de récupérer des cailloux ?


Alors n’hésitez pas.


Mais faites tout de même attention au poids.


Ca peut aller très vite, et même fragiliser votre jardinière sur le long terme.


(au pire, vous pouvez les mélanger avec quelques débris de terre cuite pour alléger le truc)



3/ Le bois mort


En plus de contribuer au bon développement de votre lasagne, le bois mort en fond de jardinière permet de garder l’humidité (effet éponge).



Voilà tout pour aujourd’hui.



Vous sentez ce goût du printemps ?


Même si nous sommes au cœur de l’hiver, il y a une sorte d’appel à jardiner en ce moment.


Une sorte de retour à la terre.


Profitez-en pour faire de belles choses et partagez-moi vos projets en répondant à ce mail !


Merci.



PS : si vous aimez ces mails, faites-le moi savoir en me donnant un petit pourboire sur tipeee.




Fabrice.




PS : Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail. Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en jardinage urbain

 

👉 + de 15 années d'expérience dans le jardinage en milieu urbain, le compostage, le lombricompostage, le compostage "bokashi" et la culture en lasagnes en pots de fleurs

👉 Formé en permaculture par Damien Dekarz

👉 Passionné de l'humain, de la flore et de la faune sauvage (ainsi que de leurs interactions)

👉 Créateur et responsable d'un jardin partagé

👉 Créateur et responsable de la légendaire terrasse du potager minimaliste

👉 Responsable de la création de plusieurs dizaines de jardins (balcons, terrasses, jardins partagés, etc...)

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This