14 plantes comestibles à récolter (même en milieu urbain) durant l’hiver

par | 9-10-2022


L’automne s’est installé et l’hiver se prépare.


Les potagers de balcons, les jardins urbains et les herbes indésirables du trottoir d’en face fondent lentement.


Seules quelques-unes d’entre elles passeront l’hiver.


Et la bonne nouvelle, c’est que parmi elles, il y en a qui sont comestibles !



Dans ce mail, je vais vous donner 14 plantes comestibles que vous pouvez récolter et consommer tout l’hiver.

(à savoir qu’il y en a bien plus…)


14 plantes que vous trouverez dans les bois, les parcs, les jardins potagers et peut-être même sur votre terrasse.


Je vous rappelle que je ne suis pas un expert en botanique.


Je suis un simple amateur qui commence à avoir assez de bagage pour vous apprendre 2 – 3 trucs sur les plantes sauvages et comestibles en milieu urbain.



Aussi étonnant que cela puisse paraître, la nature a de quoi donner, même en hiver.


En ce moment (et malgré la sécheresse de cet été), il y a pas mal de châtaignes à ramasser.


Il reste aussi quelques noix, quelques glands et quelques figues pour les plus téméraires d’entre vous.


Mais il n’y a pas que dans les arbres que l’on trouve de quoi manger.


Le sol regorge aussi de trésors cachés.


Outre les champignons, il y a tout un tas de plantes et d’arbustes comestibles.


Des baies, des feuilles, des fruits, des racines, etc…



Ici, je vais vous donner ma sélection de 14 plantes sauvages et comestibles.


Des plantes que vous trouverez à coup sûr autour de vous, que vous habitiez en milieu urbain ou en milieu rural.


Que vous soyez dans le sud de la France, en Bretagne ou bien même au fin fond du Morvan…



Pour chaque plante, je vous dirais quelles sont ses parties comestibles.


Et ce sera la seule information que je vous donnerai.


Pour être sûr de la reconnaître, je vous invite à faire vos propres recherches.


Il y a tout un tas de livre et de vidéos qui vous aideront bien mieux que moi dans cette démarche.


Personnellement, je vous conseille la chaîne YouTube « le chemin de la nature« .


Il y a pas mal de pépites et c’est un plaisir de suivre ces vidéos.



Voici ma liste (et juste après je vous dis pourquoi j’ai décidé de ne pas vous aider à les reconnaître) :



Le lierre terrestre : les feuilles et les tiges se mangent avec modération car elles sont riches en huiles essentielles concentrées.


L’oseille : les feuilles sont comestibles avec modération à cause de leur légère acidité.


L’ortie : tout est comestible et sans modération. Un vrai coup de cœur !


La violette : les feuilles et les fleurs sont comestibles, sans modération.


L’églantier : les feuilles, les fleurs et les fruits sont comestibles, mais comme l’oseille, à consommer avec modération à cause de leur acidité.


Le prunelier : les fruits sont comestibles, sans modération.


Le chêne : les feuilles, les fruits, les tiges et l’écorce sont comestibles, sans modération.


Le pin sylvestre et le pin noir : les bourgeons et les aiguilles sont comestibles, sans modération.


Le lamier pourpre : les feuilles et les fleurs sont comestibles, sans modération.


L’alliaire : les racines, les feuilles, les fleurs et les graines sont comestibles, sans modération.


Le maceron : tout est comestible, sans modération.


L’ail sauvage : tout est comestible, sans modération.


Le gaillet gratteron : les feuilles, les fruits et les tiges sont comestibles, sans modération.


Le pissenlit : les feuilles, les fleurs et les racines sont comestibles, sans modération.



Avec cette liste, vous avez déjà de quoi faire.


Préparez vos sécateur, vos gants, vos chaussures de marche et votre panier en osier !


Mais attention :


n’oubliez pas d’être sûr à 200 % que vous cueillez la bonne plante avant de la consommer.


Certaines plantes comestibles ont des cousines (presque) jumelles qui sont potentiellement toxiques.


La cueillette, c’est bien..


..mais apprenez d’abords à reconnaître les plantes, à coup sûr.



Personnellement, j’ai cherché pendant des années LE livre parfait pour avoir LA liste de plantes sauvages et comestibles parfaite à apprendre.


Et ce n’est que très récemment que je me suis rendu que la liste qui me correspondait le plus ne se trouvait pas dans les livres, mais autour de moi.


Qui de mieux que la nature pour vous donner LA liste des plantes indigènes comestibles la plus complète de votre région ?


Et pire encore : c’est dans les livres que vous pensez pouvoir apprendre à reconnaître les plantes ?


A votre avis, quelle est la meilleure méthode pour apprendre à reconnaître les plantes ?


Et bien je vais vous le dire moi : vous vous souviendrez mieux d’une plante découverte « dans la vraie vie », qu’une plante découverte dans un livre.


Dans la vraie vie, vous pouvez utiliser vos 5 sens.


Dans la vraie vie, vous pouvez réviser gratuitement et sans forcer, car les plantes sauvages sont de partout.


Elles se trouvent dans vos pots de fleurs.


Sur le rebord de votre trottoir.


Sur le massif de fleurs devant votre boulangerie préférée.



L’autre avantage d’observer et d’apprendre les plantes dans un environnement familier, c’est d’utiliser le contexte.


Je m’explique.


Une fois que vous avez identifié à 200 % la plante devant laquelle vous passez chaque matin en allant au travail, c’est dans la poche.


Vous pourrez l’observer de janvier à décembre.


Suivre son évolution.


Et une fois qu’elle vous sera familière, vous ne verrez plus qu’elle, quel que soit l’endroit où elle se trouve (en pleine forêt, dans un jardin ou sur votre terrasse).


Croyez-moi.


Ca fait presque 20 ans que j’en fais l’expérience.



Partir de l’observation, c’est le principe numéro 1 en permaculture.


Et ce n’est pas pour rien.


Apprenez à mieux observer..


..et les plantes n’auront plus de secret pour vous.



Si vous voulez allez plus loin et créer votre propre herbier numérique, j’ai une bonne nouvelle.


Je réouvre enfin les portes du coaching sur l’anti-herbier numérique.


Dans ce coaching, nous allons mettre en place votre herbier numérique synchronisé entre votre smartphone et votre ordinateur.


Grâce à lui, vous allez pouvoir ajouter, à la volée, la plante que vous croisez chaque matin.


Vous allez pouvoir réviser à n’importe quel moment de l’année (même en hiver, bien au chaud avec 15 cm de neige).


Vous n’oublierez plus les plantes que vous avez apprises.



Bref.


Si vous voulez plus d’informations, vous pouvez me passer un coup de fil (ou me laisser un message) au 07 56 92 76 60.


Ou sinon, vous pouvez aussi jeter un œil ici et réserver directement votre place.



PS : cet anti-herbier change des vies.


Maintenant, c’est à vous de voir si vous voulez faire partie de l’aventure !




Fabrice.




👉 Ceci est un extrait du cours hebdomadaire de permaculture urbaine par e-mail.
Pour vous inscrire, c’est gratuit et c’est par ici


👉 Pour faire appel à mes services, c’est ici 📞

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fabrice-pomi-potager-minimaliste-permaculture

Je suis Fabrice, conseiller en permaculture urbaine. Je soigne la terre, le corps et l'esprit.

🌱 J'ai + de 15 ans de pratique dans le jardinage, le potager, la culture en lasagne en pots de fleurs, le compostage, le lombricompostage et le bokashi 

👨‍🎓 J'ai été formé au design en permaculture en 2019 par le célèbre permaculteur Damien Dekarz

🌀 Je suis passionné par l'humain, la faune et la flore (ainsi que par leurs interactions)

🙏 Depuis 2018, j'accompagne l'humain à se reconnecter à soi, à la nature et aux autres au travers du jardinage

 

Faites appel à mes services

Recevez gratuitement chaque semaine un cours sur la permaculture urbaine

Pin It on Pinterest

Share This