6 principes pour maintenir le sol de vos pots de fleurs vivant

Partager

Créer un sol vivant dans un pot de fleurs ce n’est pas très difficile. Par contre, faire en sorte de la garder en vie, c’est une autre paire de manche…

Lorsque vous végétalisez votre balcon, votre terrasse, votre cour ou votre toit , vous permettez à une multitude d’insectes (surtout les butineurs si vous mettez des plantes mellifères) d’agrandir leur territoire et leur population.

Si en plus de ça vous avez un sol vivant dans vos pots et jardinières, vous donnez aussi l’opportunité à la vie souterraine de réinvestir ces lieux privés de nature.

Un sol vivant dans un pot de fleurs c’est une réserve de biodiversité souterraine !



Comment ça marche ?

Pour rappel, un sol vivant dans un pot de fleurs est inspiré de la technique des lasagnes. C’est un peu comme un compost hors-sol.

Dans ce genre de sol, quasiment tous type de plante pousse. De la plante potagère exotique en passant par les herbes sauvages de votre quartier !

Vous avez simplement à mélanger la matière organique que vous avez à disposition (épluchure de fruits et légumes, paille, bois mort, etc…) dans un pot de fleurs.

L’avantage c’est que vous pouvez directement y planter vos plants de tomates, vos arbustes ou vos herbes aromatiques quelques jours à peine après l’avoir terminé.

Pas besoin d’attendre que le compost soit mûr. Si votre mélange est bien équilibré, la plante se sentira à l’aise pour installer son système racinaire !

terrasse-balcon-potager-bio-vivant
Je ne vous garantis pas que tout y pousse mais la plupart des plantes potagères que l’on utilise s’y sentent bien.
Vous ne trouvez pas ?


Le principal avantage de cette technique c’est que vous pouvez vous passer du terreau industriel qui, je vous le rappelle, est l’une des raisons de l’assèchement de la plupart des tourbières françaises et dans le monde !

Tout comme pour sa réalisation, la maintenance de ce sol vivant fonctionne principalement grâce à la revalorisation de vos déchets de matières organiques (qui représentent environ un tiers du volume de votre poubelle) !

Il y a aussi d’autres principes qui entrent en jeu

Voyons voir lesquels !



Les 6 principes pour maintenir votre sol vivant


L’eau

On ne le dit pas souvent mais l’eau c’est la vie !

Environ 70% de la surface de la terre est couverte d’eau et c’est en grande partie grâce à elle que la vie y est possible.

Si vous maintenez votre sol suffisamment humide, vous accélérez et facilitez le développement de la vie.

Un sol humide facilite les échanges entre les végétaux, les micro-organismes, les micro-nutriments, les oligo-éléments, etc…

Attention à l’excès d’humidité, votre sol a aussi besoin d’oxygène alors laissez-le respirer entre 2 arrosages !


Équilibre carbone/azote

Pas facile de vous donner un quota. Essayez par vous-même. Observez et sentez régulièrement votre sol. Il doit sentir bon la forêt.

Un bon équilibre carbone/azote c’est un mélange où il y a suffisamment de matière organique azotée (matière fraîche) pour la matière organique carbonée (matière sèche).


Quels sont les risques d’un mauvais mélange ?

Si vous mettez trop de matière fraîche (épluchures de légumes, etc…) le mélange va être trop humide. Il va s’asphyxier et s’acidifier. Rien ne poussera dans votre pot mis à part quelques champignons bizarres 🍄

Un excès de matière sèche quant à lui donnera un mélange trop pauvre en azote et trop sec.

Vos plantes n’auront pas assez d’azote à leur disposition pour pouvoir faire de belles feuilles bien vertes, il y aura trop d’oxygène ce qui aura tendance à assécher le mélange et les racines des plantes (surtout en période de grands vents).

Lorsque vous faites du compostage de surface, pensez aussi à bien respecter cet équilibre carbone/azote…


Paillage

Un sol paillé c’est la base !

Si vous avez déjà quelques pots de fleurs (ou même un potager en pleine terre) c’est la première chose à faire !

Paillez aussi souvent que possible avec les moyens du bord. Herbes et feuilles sèches, copeaux de bois, bois morts, etc…

Le paillage doit permettre à votre sol de bien respirer tout en le protégeant des agressions extérieures.

choix-terreau-pot-fleur-potager-balcon
Ici, on voit clairement que le paillage n’est pas assez épais !

C’est aussi un abri pour les micro-organismes, les insectes et les limaces !


L’aggradation

Pour faire simple, votre sol doit constamment avoir de quoi manger.

La plante a tout le temps besoin de se nourrir. Dans un pot de fleurs, son stock d’aliments est vite consommé…

C’est pour cela que je vous conseille de faire du lombricompostage, des purins, du compostage de surface, etc…

Pour mieux comprendre ce terme d’aggradation des sols, je vous invite à lire mon article qui tente de répondre à la question suivante : « Est-ce qu’une plante en pot de fleurs est vivante ?« .


La culture régulière

La nature à horreur du vide.

Un sol n’est pas fait pour être « nu ».

Un sol en bonne santé est un sol cultivé, un sol où il y a des plantes…

Un sol non cultivé c’est un désert.

Et dans le désert il n’y a que du sable et de la poussière.

Il y a rarement d’eau et de végétaux.

On a tendance à croire qu’il faut laisser la terre se reposer l’hiver.

C’est faux, laissez pousser les mauvaises herbes, cultivez des engrais verts et des plantes résistantes au gel.

Ainsi, les racines décompacteront votre sol et apporteront de la matière organique.

Un sol nu est un sol qui se dégrade !


La non-intervention

Je parle de non-intervention dans le sens où vous devez le moins possible gratter ou retourner la surface de la terre.

Au moment des plantations, évitez un maximum de gratter la surface de la terre.

Laissez les micro-organismes en paix.

Mon conseil plantation
Si vous voulez planter une plante en godet, écartez le paillage de votre pot de fleurs, creusez légèrement la surface de la terre (à peine un tiers de la hauteur de la motte) et déposez votre plante.

Pour améliorer la reprise de l’enracinement, recouvrez la motte de terreau.

Autour de la motte, ajoutez de la matière organique azotée (épluchures de fruits ou légumes) tout en évitant le contact direct des racines avec les épluchures.

Ensuite, recouvrez avec le paillage et arrosez bien !



Pour conclure…

Dans cet article je vous donne les principales pistes pour maintenir votre sol vivant.

Maintenant c’est à vous de voir comment faire en sorte de le maintenir vivant tout en réutilisant un maximum des déchets que vous produisez.

La permaculture c’est aussi revaloriser les déchets que vous produisez. Observez vos habitudes de vie et les déchets que vous produisez. Vous risquez d’êtres surpris.es !

Souvenez-vous d’une chose, plus vos apports de matières organiques sont équilibrés et diversifiés, mieux votre sol se portera !

Si vous n’avez pas encore créé de sol vivant dans vos pots de fleurs, vos bacs et vos jardinières, je vous invite à le faire et pour vous aider voici le guide !


Fabrice.

Si cet article vous a aidé, pensez à le partager ! J’ai aussi un tipeee si vous voulez me soutenir en échange de quelques graines.

Pour ne plus louper d’articles et recevoir des conseils chaque début de mois, inscrivez votre adresse mail juste en dessous 👇

Vous pouvez aussi épingler l’article sur votre Pinterest ! 👇






MES ACCOMPAGNEMENTS

Besoin d’un accompagnement personnalisé ?
C’est par ici > http://bit.ly/2O4uvlt





LES RÉSEAUX SOCIAUX 🌈

Instagram
http:/bit.ly/2xucDLa

Pinterest
http://bit.ly/2xFGT59

Facebook
http://bit.ly/2QM4Kc5

Le groupe Facebook
http://bit.ly/2zo5CgA

Twitter
http://bit.ly/2xEwNkZ





LE TIPEEE 🌱

Soutenez mon travail et recevez les graines de la terrasse en contrepartie !
http://bit.ly/2NwQdmD


6-principes-maintenir-sol-vivant-pot-fleurs-pinterest

La terre de vos pots de fleurs est vivante ? Discutons-en dans les commentaires !

Fabrice.


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.