Design en permaculture (balcon & terrasse) – Comment utiliser les « systèmes » pour créer un potager autonome ?

Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

En quoi un potager autonome s’inspire de la permaculture et par quoi commencer pour en installer un sur sa terrasse ou son balcon ?


Vous ne le savez peut-être pas mais la permaculture n’est pas une méthode jardinage.

Selon wikipédia, « La permaculture est une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes en s’inspirant de l’écologie naturelle« .


Pour appliquer la permaculture au jardin (ou sur votre balcon), inspirez-vous des systèmes qui fonctionnent déjà dans la nature (haie, paillage, etc…).

Mais attention !

Copier la nature c’est bien.

Choisir les bons éléments à intégrer dans vos systèmes c’est mieux.

Prenons l’exemple du système le plus connu en permaculture : les buttes de culture.

Parmi les différentes buttes de cultures existantes (lasagne, butte de terre, etc…), vous connaissez certainement celle où l’on intègre du bois en décomposition au centre.

Ici, le bois mort joue un rôle d’éponge et retient l’eau plus longtemps dans la butte !


Ce genre de butte est très efficace. Mais est-ce vraiment une bonne idée de retenir l’eau quand on est sur un terrain argileux et engorgé la plupart du temps ? Je ne crois pas…

Ce qu’il faut retenir dans cet exemple c’est que le système c’est la butte et les éléments c’est ce que vous mettez dedans…


Utilisez les bons éléments pour vos systèmes !


En permaculture on a tendance à tout mélanger.

Plus vous arriverez à être capable de différencier les systèmes et les éléments, plus vous serez apte à concevoir des potagers autonomes efficaces…


Vous connaissez certainement ces 2 principes de base en permaculture.

Est-ce que je prends soin de l’homme et, est-ce que je prends soin de la terre ?


Et bien au moment où vous allez choisir les éléments à intégrer dans vos systèmes, posez-vous ces 2 questions… vous verrez, c’est magique !


Les 3 éléments de base à intégrer dans votre potager autonome


Votre potager autonome a besoin de plusieurs systèmes et vous devez faire en sorte qu’ils fonctionnent ensemble.

Ils doivent être alimentés par des éléments que vous avez à dispositions (eau de pluie, soleil, épluchures de légumes, etc…)…

recuperateur-eau-terrasse-balcon-permaculture
Ce fût est un des systèmes de mon potager autonome (récupérer l’eau de pluie c’est très efficace mais si vous avez un balcon suspendu, attention au poids !)


L’eau


Comme je le dis souvent, l’eau c’est la vie.

Sans eau, vous pouvez cultiver quelques cactus ou quelques plantes grasses mais guerre peu de plantes comestibles.

C’est pourquoi il est indispensable d’imaginer un maximum de systèmes capables de retenir l’eau.

Comme je vous le disais, le récupérateur d’eau de pluie est très efficace ! En fonction de la superficie de la toiture ça peut aller très vite !

Chez moi, une petite pluie de 2 millimètres c’est 200 litres d’eau stockée ! C’est impressionnant !


Il y a d’autres systèmes pour retenir l’eau comme le paillage…

Permaculture urbaine - Le paillage en pot de fleurs pour fertiliser le sol et retenir l'eau.
Juste avant les plantations de mai, je coupe les plantes pour les intégrer au paillage… le paillage est un système qui a plusieurs fonctions : diminuer l’évaporation d’eau et créer un sol fertile et spongieux.

Maintenant c’est à vous d’imaginer une multitude de systèmes pour retenir l’eau sur votre terrasse ou votre balcon.

Plus ce système à de fonctions et plus votre potager devient autonome est résilient !



Le soleil


C’est la plus grande source d’énergie que vous ayez à votre disposition !

Sans photosynthèse, vos tomates n’auraient pas beaucoup de goût.

Sans la chaleur du soleil, vos plantes et toute la biodiversité qu’elles hébergent auraient du mal à rester « vivante ».

En plus, grâce au soleil, vous produisez de la matière organique (plantes, micro-organismes, etc…) qui peut à son tour alimenter toutes sortes de systèmes (paillage, lombricompostage, etc…).

Allez, à vous de jouer,

Comment allez-vous faire en sorte de capter un maximum d’énergie solaire ?


La fertilité


Un potager autonome a besoin de fertilité.

La principale source de fertilité est stockée dans le sol.

Pour que la plante y ait accès, cette fetilité doit être soluble.

Et pour être soluble, elle doit être MICROSCOPIQUE !

C’est la raison pour laquelle il vous faut un ou plusieurs systèmes capables de décomposer la matière organique (sol vivant, lombricomposteur, bokashi, purin, etc…) et ainsi maintenir le cycle des éléments nutritifs…

Alors, quels systèmes allez-vous intégrer à votre potager autonome pour maintenir ce cycle ?

Souvenez-vous, un sol vivant c’est un énorme estomac qui digère la matière organique !


Affûtez votre « vision »…


J’espère que cet article vous aura permis de prendre un peu de recul et de mieux comprendre ce terme de « potager autonome ».

Je sais que les notions de « fonction », « système » et « élément » ne sont pas très simple à différencier.

Mais c’est la clé pour comprendre comment appliquer la permaculture au jardin (et au balcons-terrasses 😉 ).

N’hésitez pas à commenter si quelque chose vous semble flou ou si vous avez besoin d’aide dans vos systèmes.


Pour résumer,

Avec ces 3 ressources d’énergie que sont l’eau, le soleil et la fertilité, vous devriez être capable de créer un potager autonome et adapté à votre environnement.


Maintenant, imaginez tout ce qu’on pourrait faire si tous les potagers autonomes d’un immeuble étaient connectés les avec les autres…


Sur ce, à la semaine prochaine !




Fabrice.

Pour recevoir des nouveaux articles chaque semaine et des conseils pour votre potager, inscrivez-vous juste en-dessous 👇



Il y a un tipeee si vous voulez me soutenir en échange de quelques graines.

Et si vous avez aimé cet article, pensez à le partager et à l’épingler sur votre Pinterest ! 👇


Epingle pinterest permaculture design balcon terrasse


Alors, à quoi ressemble la vision de votre potager autonome ?


Partager l'article 👇
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Une réponse sur “Design en permaculture (balcon & terrasse) – Comment utiliser les « systèmes » pour créer un potager autonome ?”

  1. Je trouve le conseil de s’adapter à SON environnement essentiel. Sur mon balcon, je suis bien loin de la permaculture, mais j’ai déjà fait cette expérience. Rien ne sert de lutter contre les éléments, ça ne marche pas. Le mieux est certainement d’observer et d’être flexible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.