5 conseils pour anticiper l’automne sur son potager de terrasse et balcon

Partager

En septembre, les nuits commencent à se rafraichir et l’automne s’approche à grands pas. Il est temps de changer nos habitudes !

Ne nous affolons pas ! Vous avez encore quelques semaines de récoltes devant vous ! Vos plantes sont au maximum de leur développement et n’ont pas encore dit leurs derniers mots. Et qui sait, nous allons peut-être avoir le droit à un magnifique été indien !

En septembre vos cultures demandent beaucoup moins d’attentions ce qui vous permet d’admirer votre travail et de préparer l’automne.

 

Voici mes 5 conseils.

 

 

Diminuer l’arrosage

Il est temps d’avoir la main un peu moins lourde ! Arrosez peu et moins souvent ! Comme je vous l’ai souvent répété, l’humidité stagnante n’est pas bonne pour vos cultures. Si vos plantes ont la chance d’être arrosées par la pluie, surveillez la météo et n’arrosez pas s’il doit pleuvoir dans les jours qui arrivent !

Même si certaines plantes aiment avoir les pieds dans l’eau, n’oubliez pas que la plupart d’entre elles ont besoin d’oxygène au niveau des racines.

 

Arrosez le matin ou dans la journée !

Et oui, vous n’avez plus trop à craindre à ce que l’eau s’évapore. A moins qu’il y est une nouvelle canicule et que les températures regrimpent au-dessus des 30-35°C (ce qui est peu probable mais qui sait ! )  vous pouvez arroser à n’importe quel moment de la journée ce qui vous permet d’être plus attentif aux différents besoins en eau de vos cultures… Posez-vous toujours cette question :

Est-il vraiment nécessaire d’arroser ? N’oubliez pas de tâter le paillage et de vérifier si c’est humide plus en profondeur.

Les nuits sont plus fraîches et aussi plus humides, n’ayez pas de crainte pour vos plantes elles sont capables de capter l’humidité de l’air par les feuilles !

 

 

Faire le bilan de la saison

Observez ce qui a bien marché et ce qui a moins bien marché et tirez-en des conclusions pour l’année prochaine ! Demandez-vous pourquoi certaines cultures ont mieux fonctionné que d’autres. Expositions, associations, substrat, etc… essayez de découvrir un maximum d’indices !

Prenez des notes, des photos, observez l’envergure que vos plantes ont prise (quit à mesurer !)

tomate-geante-pot-fleurs-permaculture
Un des plants de tomates de la terrasse a dépassé les 2 mètres de haut au moment où j’écris ces lignes !

 

Les espaces perdus

Vous vous apercevrez peut-êtres que des pantes ont moins bien poussé que prévu et que certains espaces auraient pu être optimisés.

Que ce soit aux pieds de vos plantes, sur les murs ou en hauteur, prenez le temps d’observer et d’imaginer comment optimiser au mieux ces espaces pour l’année prochaine (suspensions, treillis, étagères, etc…)

* Si certaines plantes ont moins poussées que d’autres demandez-vous pourquoi. Certaines fois cela vient de nos contenants qui sont trop petits. Peut-être qu’il va falloir envisager de mettre des contenants plus grands pour l’année prochaine !

Le système racinaire de vos plantes est contraint par le volume de vos contenants ! Pour un plant de tomate par exemple, il faut envisager au minimum un pot de 30X30 centimètres.

 

Les bonnes et les mauvaises associations

Il est temps aussi de voir quelles associations ont bien ou moins bien fonctionné. Cette année j’ai remarqué que le concombre et la tomate se mariaient plutôt bien jusqu’au moment où le plant de concombre s’est fait dévorer par les pucerons.

La question que je me pose c’est pourquoi ont-ils attaqué le concombre et non pas la tomate ?

 

D’ailleurs mes plants de tomates ne se font jamais attaquer par les pucerons ! Et vous comment ça se passe sur vos plants de tomates ?

 

Attention à vos compostions !

On n’y pense pas forcément mais dans les associations de cultures en pot, il faut aussi prendre en compte le volume nécessaire par le système racinaire.

Si vous mettez 2 ou 3 plantes qui ont un besoin d’un grand volume de terre pour bien se développer, au bout d’un moment la place va se faire rare et les racines vont commencer à entrer en concurrence. En conséquence, les plantes ne poussent plus et votre terrasse se transforme en un potager de bonsaïs !

 

Les expositions mal optimisées

Il faut capter le maximum de rayon solaire ! Le soleil est l’une des principales énergies qui permet à vos plantes de se développer et fructifier ! Alors, veillez à faire en sorte que toutes vos plantes puissent en profiter !

Attention tout de même avant de faire des conclusions trop hâtives. Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais la durée d’ensoleillement a fortement diminué !

 

Apporter de l’engrais

Attention, pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, oubliez tout de suite, je ne parle pas d’engrais chimique ! Je parle de purin, d’engrais naturels fait-maison, etc…

Le purin de consoude, le must en cette fin de saison

Le purin de consoude est naturellement bien chargé en potassium. C’est quoi le potassium ? C’est ce dont a besoin une plante pour fleurir et fructifier. Idéal pour relancer une dernière fructification !

Pour ceux qui n’ont pas la possibilité de faire du purin de consoude, n’hésitez pas à consulter ma fiche technique qui vous donne une recette sur un engrais fait-maison à base de peaux de banane bio !

 

 

Semis et plantations

Si vous voulez avoir quelques choux, des salades ou des navets pour cet hiver c’est maintenant que tout se joue ! Pas d’inquiétudes vous avez encore de la marge mais c’est le moment de préparer des godets et faire des semis directs.

Les engrais verts

Vous pouvez aussi envisager de faire des semis d’engrais vert pour cet hiver ! Cela permettra de décompacter et nourrir votre substrat et au printemps vous n’aurez plus qu’à tout couper et à y redéposer en surface en guise de paillage.

Si vous avez suivi mes conseils dans l’e-mail du mois d’août, vous avez quelques godets de salades ou d’autres cultures d’hiver prêtes à être plantées !

 

 

Compostage de surface

C’est le moment idéal pour commencer ou reprendre le compostage de surface. Durant l’été il faut plus insister sur le paillage pour diminuer l’évaporation et garder votre substrat humide le plus longtemps possible.

Tout cet apport de matière carbonée (paille, foin, herbes sèches, etc…) accumulée à la surface de vos pots a besoin d’être rééquilibré avec un peu de matière azotée !

Pour septembre, je vous invite à « recharger » votre substrat en matière azotée !

 

Cette matière azotée va apporter de la nourriture fraîche à vos micro-organismes (vers, bactéries, etc…) ce qui leur permettra de se reproduire et reprendre des forces pour cet hiver. Bien évidemment, toute cette matière organique qu’ils vont ingurgiter sera redistribuée sous forme d’oligo-éléments à vos plantes ce qui les « boostera » elles aussi !

En général, la première année de votre culture en lasagne, le niveau (ou volume) de votre substrat est divisé par 2 ! D’où l’intérêt de repartir sur un bon compostage de surface en fin de saison.

 

 

En tout cas j’espère que l’été s’est bien passé et que vos plantes n’ont pas trop souffert de la canicule !

 

 


👋🏻 Si toi aussi tu es intéressé par la permaculture urbaine je t’invite à jeter un œil à mes autres articles et si tu veux recevoir chaque mois mes meilleurs conseils et astuces, inscris-toi à mes contacts privés >>📧<<


 

 

Les liens pour ceux qui veulent aller plus loin :

Pour information certains liens sont des liens d’affiliations vers des produits jugés bons et pertinents. Lorsque vous passez par ces liens pour effectuer un achat, je touche une petite commission mais le prix reste inchangé pour vous. C’est un des moyens de soutenir mon travail, merci !


 

Et toi ? Comment se portent tes cultures en ce mois de septembre ? Qu’as-tu prévu de faire pour bien terminer la saison ? Dis-nous tout dans les commentaires !


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.