À propos        Articles         Podcast
Design de jardin         Haie fruitière         Agenda offert         Formations

Comment augmenter sa récolte de tomates en pot de fleurs sans couper les gourmands !
Plants de tomates

par | 17-06-2018

Si vous pensez que pour augmenter votre récolte de tomates vous devez couper les gourmands, nous allons voir que ce n’est pas forcément la première chose à faire !

Tous ceux qui ont un jour voulu se lancer dans un potager sur leur balcon ont commencé par la tomate cerise ! C’est la mascotte, on la retrouve dans tous les apéritifs et les salades de l’été ! Facile à cultiver, c’est la plante idéale pour débuter !

De la famille des solanacées et originaire d’Amérique du sud, la tomate se plaît tout particulièrement sur les bords de rivière, les étangs ou les friches. C’est une plante gélive, c’est-à-dire qu’elle ne tient pas le coup en dessous de 0°C. Déjà, en dessous de 15-20°C elle stoppe sa croissance !

En France, elle aurait éventuellement le potentiel de s’installer durablement dans tout le bassin méditerranéen. Les quelques rares gelées hivernales pourraient lui laisser une chance de perdurer.

Les Sudistes, à vos bombes de graines !


Beaucoup de chaleur et un sol humide pour bien faire pousser vos tomates !

La tomate se plaît très bien dans un bac ou un pot de fleurs. Il suffit qu’il soit suffisamment profond (>30 cm) et bien drainé.

Elle apprécie plus particulièrement la culture en lasagne qui est naturellement riche en azote, bien drainée et dotée d’une forte rétention d’eau (si celle-ci est bien faite).


Couper les gourmands de tomates ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un gourmand ?

Un pied de tomate commence à pousser sur une tige. Vous êtes d’accord ?

De temps en temps, cette tige forme une branche avec les feuilles et parfois une grappe avec les fruits.

Et bien souvent au-dessus d’une branche, il se forme une autre tige et cette nouvelle tige, c’est ce qu’on appelle le gourmand.


On dit généralement que les gourmands épuisent la plante et le fait de les couper permettrait d’avoir de plus grosses tomates. De plus, cela stimulerait la plante qui, par un mécanisme d’autodéfense, se mettrait à faire plus de fruits..

..mais ne vaudrait-il pas mieux laisser la plante se développer à sa guise ?

En tout cas, c’est que j’ai décidé de faire, car toutes les cicatrices qu’on laisse en coupant les gourmands sont des portes d’entrée pour des parasites et maladies.


En permaculture on préconise le moindre effort et l’autonomie !

Alors voici les bonnes astuces qui, selon moi, vous permettrons d’augmenter la récolte de vos tomates sans avoir à couper les gourmands !


Préparez votre sol

De base, vos bacs et vos pots de fleurs ont du mal à se régénérer de manière autonome. C’est à vous de nourrir votre sol et votre plante. L’idéal est de faire un apport de compost ou de lombricompost en surface dès le début du printemps. Puis de pailler (avec du foin par exemple) tout juste avant la plantation.

Enfin, il faudrait faire un autre apport de compost ou lombricompost (toujours en surface) au moment de la plantation.

Puis, l’idéal serait de faire des arrosages au purin d’ortie ou au jus de lombrics dilués à un pour dix (soit à 10 %) toutes les 3 semaines environ du mois de juin au mois d’août.

Si vous arrivez à tout faire à la lettre, vous êtes sûr d’augmenter vos récoltes !


Plantez des légumineuses comme le trèfle, la luzerne ou la fève

Mais l’idéal à mon avis, c’est la fève. Semez-la dès la fin de l’automne. Elle prendra sa place dans le bac ou le pot de fleur tout le printemps, puis vous récolterez quelques gousses comestibles et une fois vos tomates prêtes à être plantées, vous n’aurez plus qu’à couper la fève à la base et en faire un paillage pour vos futures plantations de tomates !

Les plantes de la famille des légumineuses sont les seules plantes capables de récupérer l’azote dans l’air et de le stocker dans leurs racines.
Une fois que ses racines commenceront à se décomposer, votre plant de tomate puisera tout l’azote dont il a besoin.


Tuteurez vos tomates

Il vous permettra de coloniser un peu plus l’espace vertical. Et, sur une terrasse ou un balcon c’est pas du luxe !

En faisant monter votre pied de tomate, vous libérez de l’espace au pied ce qui vous permettra de planter quelques laitues, du basilic ou du poivron ! En plus, le tuteurage soutiendra votre plante et limitera la casse lorsqu’il y aura beaucoup de vent ou de fortes pluies.


Paillez avec de la tonte ou de l’herbe fraîche

La décomposition apportera énormément d’azote à votre pied.

Attention tout de même à ne pas mettre un paillage d’herbes fraiches trop épais d’un coup. Faites des fines couches de 1 à 2 centimètres maximum !

La tonte a vite tendance à chauffer et fermenter ce qui n’est pas très bon pour la plante.


Ombragez vos tomates

Même si la tomate adore le soleil, vous verrez qu’en règle générale, lors des fortes canicules, elle souffre du plein soleil. Surtout sur les terrasses ou les balcons où la réverbération est très importante.

Effectivement, la chaleur et le rayonnement du soleil peuvent littéralement brûler le feuillage de votre plante ! Et pas que, même la racine peut brûler si vous cultivez dans des pots en plastique par exemple. Le plastique accumule la chaleur et devient trop brûlant pour les racines.

Donc pour toutes les terrasses et les balcons où le soleil tape fort, apporter un maximum d’ombre avec un arbre, des bambous, une plante grimpante sur un treillis ou un parasol par exemple !

Pour en savoir plus, voici pourquoi je pense que la tomate aime l’ombre.

Voilà, j’espère que ça pousse bien du côté de chez vous !

À bientôt !



Fabrice, pour le potager minimaliste.
Je dessine votre jardin comestible.

recolte-tomate-balcon-terrasse-pot-fleurs-lasagne-pinterest


LES LIENS

Comment réussir ses plantations en pot de fleurs ?
Planter c’est simple, vous allez me dire. On fait un trou, on met la plante et on rebouche. Vous êtes sûr de ne rien oublier ?


Planter des tomates cerise avant les saints de glace
A quelle date planter ses tomates cerise sur terrasse et balcon ? Comment minimiser les pertes au moindre coup de gel ? Qu’est-ce que les saints de glace ?


MES GUIDES

Fabriquer un mini-lombricomposteur
Tutoriel, ceux pour qui la place est limitée, ce « mini-lombricomposteur » de jardinière fait-maison peut s’avérer très pertinent  !


MES ACCOMPAGNEMENTS

Un sol vivant dans un pot de fleurs – La recette
Cette méthode de culture hors-sol, rapide à mettre en place et peu coûteuse, vous permettra de cultiver toutes sortes de fruits, légumes et herbes aromatiques sur votre balcon ou votre terrasse sans acheter un sac de terreau !

🎁 Agenda nature et jardin offert :

Découvrez une approche simple de la permaculture et recevez gratuitement un email, chaque mois et en fonction de la saison, avec deux activités jardin et une activité pour vous reconnecter à la nature.

Des mails inspirants, rempli de bon sens et de principes de permaculture, pour vous reconnecter à la nature et créer un jardin comestible, durable et résilient (même en ville).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi par + de 13 000 personnes sur les réseaux sociaux !

fabrice-potager-minimaliste

Je suis Fabrice Maira.

Je m'appuie sur ma solide expérience de terrain et sur la permaculture pour concevoir des espaces naturels durables.

 

 

🌱 30 ans de jardinage dans les pattes

🐞 7 ans à pratiquer la permaculture en pots de fleurs

👨‍🌾 4 ans dans un jardin partagé dont je suis à l'origine

👨‍🎓 Formé à la conception et au design en permaculture par Damien Dekarz

Pin It on Pinterest

Share This