N’installez pas d’hôtel à insectes sur votre terrasse de balcon !

Partager

Dans cet article je vais vous donner la raison pour laquelle vous ne devriez pas installer d’hôtel à insectes sur votre petit potager de terrasse ou balcon !

L’hiver est la période idéale pour améliorer l’aménagement de votre potager hors-sol. L’une des choses les plus importantes pour qu’il s’améliore d’année en année, c’est d’attirer un maximum de biodiversité !

Sans insectes, la matière organique (paillage, compostage de surface, etc…) est moins riche et met plus de temps à se dégrader.

Sans insectes pollinisateurs il y a moins de fructifications, donc moins de récoltes.

Sans biodiversité vous laissez une porte ouverte à la prolifération de parasites.

Les proliférations sont rarement bénéfiques pour vos plantes comme pour la nature (#sujetadebat 🙂 )


Vous vous demander pourquoi je vante l’intérêt d’attirer un maximum de biodiversité alors que le titre de cet article laisse penser totalement l’inverse ?

D’ailleurs, en lisant cet article vous vous êtes dit : « Super ! Une méthode miracle pour ne pas avoir à poser d’hôtel à insectes sur ma terrasse ! »

J’ai le regret de vous dire que vous vous êtes trompé !

Mais pas de panique ! Laissez-moi vous expliquer le fond de ma pensée….



Qu’est-ce qu’un hôtel à insectes ?

Comme son nom l’indique, un hôtel à insectes sert à héberger des insectes (wouah la punchline !). Ils sont censés pouvoir y dormir, se reproduire, déposer leurs cocons (ou leurs larves) et hiberner à l’abri des intempéries et des prédateurs.

La seule différence avec un hôtel classique c’est que l’hébergement est gratuit !



Quel hôtel à insectes choisir ?

Vous vous êtes aussi posé ce genre de questions ?

  • Quelle forme d’hôtel choisir ?
  • Quels genres d’insectes faut-il attirer ?
  • Vont-ils réussir à cohabiter ?
  • Faut-il le fabriquer soi-même ?
  • Si oui quel bois utiliser ?
  • Est-ce que le bois de palette n’est pas nocif ?
  • Ou trouver des pommes de pins ?
  • Des bûches de bois?
  • Des tuiles ?
  • Etc, etc…

Il y a de quoi se décourager non ?



La mode de l’hôtel à insectes

hotel-insecte-biodiversite-urbaine-permaculture

Les hôtels de ce genre on en voit de partout ! Dans les jardineries, les jardins publics, les ronds-points, etc… Leur rôle est davantage pédagogique que de réellement attirer et héberger la biodiversité.

Je ne dis pas qu’ils sont inutiles, mais tout au long de ma carrière de jardinier dans les espaces verts d’une commune, j’en ai observé plusieurs et sincèrement ça ne grouille pas autant que ça là-dedans !

Environ 75% de l’installation n’est pas ou peu utilisée !


Vous vous dites que ce n’est pas grave et que même s’ils fonctionnent à moitié, au moins ça sert à quelques espèces et c’est déjà pas mal non ?

Et bien oui et non, quand vous mettez ça sur un rond-point ou un immense jardin public c’est ok (quoique ce soit un peu ridicule dans certains cas !). Mais, pour que ce soit vraiment efficace, il en faudrait des centaines et des centaines éparpillés stratégiquement dans la ville…

Sur un petit jardin ou une terrasse, il faut penser différemment….



Pourquoi n’ont-ils rien à faire sur votre potager hors-sol ?


C’est du gaspillage de place !

Le moindre mètre carré compte sur votre petit potager ! Ne vous amusez pas à les gaspiller en y mettant des hôtels à insectes volumineux et trop peu efficaces !


Un hébergement compliqué

Si les insectes se retrouvent tous au même endroit pour marquer leur territoire et déposer leurs larves, il risque d’y avoir pas mal de conflits ! Pas la peine de vous faire un dessin, les plus faibles vont se faire manger (ou exclure) alors qu’ils n’ont même pas eu le temps de s’installer !


Une cohabitation difficile

Chaque insecte à des besoins différents mais aussi plusieurs insectes peuvent avoir des besoins semblables… Agencer un hôtel à insectes afin que chacun y trouve sont compte relève de l’ingéniosité !

S’il y avait un réceptionniste spécialisé en zoologie dans chaque hôtel, les insectes aménageraient sans problème !


Trop de vis-à-vis et pas d’assurance habitation !

Imaginez qu’un gros prédateur (chat, oiseau, etc…) remarque votre hôtel à insectes. En quelques coups de patte ou quelques coups de bec, il pourrait décimer une grande partie de la biodiversité de votre potager !

C’est la même chose si un coup de vent, une grosse pluie ou la chute d’un pot de fleurs venait à endommager l’hôtel…



Alors, que faire ?

Ca va vous paraître fou mais nous allons nous inspirer des pièges à phéromones (que je vous déconseille d’utiliser à moins que vous ne vouliez saboter votre potager !).

Les pièges à phéromones sont des pièges (souvent mortels) utilisés pour attirer les insectes « nuisibles ». Chaque piège a des caractéristiques différentes.

Ils ont pour but d’attirer un seul et unique insecte.

Ils ont une couleur et une odeur spécifique et ils doivent être disposés stratégiquement (là où l’insecte concerné passe la plupart de son temps…).

Ces pièges sont étudiés pour ne leur laisser aucune chance…


A votre avis, pourquoi sont-ils si redoutables ?

Pourquoi inondent-ils le marché et remplissent leur rôle aussi bien voir même mieux que certains insecticides ?


Si l’on regarde bien, ils ont tous ce point commun : ils doivent être installés à un endroit bien précis !

On ne met pas mettre un nid d’oiseau à raz terre !


De plus, si l’on mettait tous les pièges au même endroit, les couleurs et les odeurs se confondraient et il ne serait plus du tout efficace !


Pour conclure, ma solution est simple et vous la connaissez peut-être déjà si vous m’avez suivi cet été sur les réseaux sociaux… C’est la chambre ou la cabane à insectes !

hotel-chambre-insecte-pince-oreille-puceron
Une chambre à perce-oreille !
Cliquez ici pour le tuto rapide !

Une chambre à insectes est individuelle, adaptée à la morphologie de l’insecte et, elle doit être mise au bon endroit !

Dans certains cas, on peut la « customiser » afin qu’elle puisse attirer 2 ou 3 types d’insectes capables de cohabiter mais pas plus !



Les avantages de la chambre à insectes


Pas besoin de permis de construire

Pour la construction il suffit de laisser marcher son imagination et de l’installer derrière un pot de fleurs ou de l’accrocher à une banche par exemple. Plus elle s’intègre naturellement au décor, mieux c’est !

Imaginer une chambre à insectes devient un jeu !


Un simple paillage c’est déjà une chambre à insectes. Vous pouvez aussi faire un tas de banches ou un tas de cailloux à la surface d’un pot de fleurs.

Chacun a le droit à sa chambre individuelle avec vue sur la montagne !


Un cocon discret

La cohabitation n’est pas toujours facile et les espèces les plus faibles sont toujours perdantes…

Avec plusieurs chambres à insectes disséminées un peu partout sur votre potager, vous leur offrez plus de sécurité et plus de chance de se développer.

Et s’il y a un problème (intempéries, attaque du chat ou des oiseaux, etc…), vous ne perdez qu’une seule partie de la biodiversité du potager.


Pas de tapage nocturne !

Chaque espèces a une « horloge interne » différente. Certains insectes dorment la journée et d’autres la nuit. Ils ne se reproduisent pas tous à la même période et ils n’entrent pas en même temps en hibernation !


A chacun son étage !

Certains insectes vivent sous terre, d’autres à la surface, et d’autres sur différentes hauteurs.

Grâce aux chambres à insectes, vous vous adaptez au milieu de vie de chaque insecte et vos chances de réussite sont multipliées !



Les 3 chambres à installer en premier !

Vous voilà convaincu j’espère ! Ca peut paraitre compliqué et pourtant c’est bien plus simple et efficace ! En faites, l’hôtel à insectes vous l’avez déjà, ! C’est votre terrasse entière ! A vous d’aménager les chambres de votre hôtel…

Voici quelles sont, selon moi, les premières chambres que vous devriez installer…


Coccinelles

Au printemps et à la fin de l’été, la coccinelle sera votre plus grande alliée ! Chacune d’entre elles peut dévorer une cinquantaine de pucerons par jour !


Abeilles solitaires

L’abeille solitaire qui est en voie de disparition (parce que ce n’est une abeille productrice de miel) est la première pollinisatrice au printemps !

Vous ne prenez pas de risques avec elle !



J’allais oublier votre meilleur allié !

Le ver de terre est le meilleur allié du permaculteur (ou de la permacultrice) urbain(e) ! Grâce à lui vous n’aurez quasiment même plus besoin d’acheter de terreau ! Si vous ne l’avez pas encore laissé s’installer dans vos pots de fleurs, rien de plus simple, je vous explique tout ici !


Fabrice.

Si cet article vous a aidé, pensez à le partager ! J’ai aussi un tipeee si vous voulez me soutenir en échange de quelques graines.

Pour ne plus louper d’articles et recevoir des conseils chaque début de mois, inscrivez votre adresse mail juste en dessous 👇

Vous pouvez aussi épingler l’article sur votre Pinterest ! 👇






LES LIVRES 📚

👉 Jardinez avec les insectes – Vincent Albouy
Comprendre, prévenir, attirer et contrôler les invertébrés au jardin.
AmazonDecitre


📚 N’hésitez pas à consulter ma bibliothèque 📚






SUIVEZ-MOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX 🌈

👉 Instagram

👉 Pinterest

👉 Facebook

👉 Le groupe Facebook

👉 Twitter

hotel-insecte-biodiversite-urbaine-permaculture-pinterest

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager et à parler du potager minimaliste autour de vous ! A dimanche prochain !


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.